pervers narcissique; apres eux, comment se reconstruire?

Publié le

Premier message

pervers narcissique; apres eux, comment se reconstruire?

#0 Posté le par lynda36

Bonjour!

J'ecris ici dans l'espoir de venir y chercher un peu d'aide... J'aimerais avoir la possibilite de communiquer avec des gens qui ont pu se reconstruire pas mal ou sont dans la voie de le faire apres le passage d'un ou d'une pervers narcissique dans leur vie peu importe le genre de relation entre vous et cette personne!
J'ai pu lire beaucoup sur ce sujet, ce qui m'a aide a repondre a CERTAINES questions, mais malgre tout, je n'arrive pas a me reconstruire!
J'aimerais aller consulter un psychologue, mais je ne peux pas presentement, puisque pour des raisons de maladie physique, il m'est encore impossible de sortir de chez moi!
Je voudrais pourtant m'en sortir, et je ne sais de quelle facon le faire!
Comment fait-on le deuil de tout ca?
Y a-t-il une facon de proceder meilleure que d'autres pour y parvenir?
Comment fait-on pour reaimer la vie?
Je sais pas trop, mais dans les gens qui temoignent d'avoir ete avec des pervers narcissiques, beaucoup expriment de la colere envers cette personne... Pour ma part, oui, il y a de la colere,( mais aussi et sinon plus envers moi d'avoir endure, tolere, pas vu, enfin, pas voulu voir)mais surtout et aussi un immense Mais tres immense sentiment de DEGOUT envers elle qui ne part plus et qui se traduit on dirait par biais dans ma vie...
J'etais une personne si differente avant elle, et j'arrive pas a me retrouver, a retrouver cette personne que j'etais, et qui malgre la maladie physique, etait bien, ce que je ne peux dire presentement, c'est tout le contraire! On dirait que c'est moi maintenant, pas on dirait, mais c'est vraiment comme je me sens, comme si c'etait moi qui etait vide maintenant, a l'interieur, sans ames, comme cette foutue personne, mais avec la souffrance qui l'accompagne!
Comme une personne sans ame, sans vie, qui n'existe que pour exister, qui n'arrive plus a se remplir!
J'ai l'impression, non pas par le lien que l'on avait, mais que simplement par sa seule presence dans ma vie, elle m'a arrache mon moi!
Je n'ai plus de joie de vivre, ni la candeur ou espoir ou croyance en la vie que j'avais, ni la generosite que j'avais avant, comme si j'avais plus rien a donner car j'ai plus rien en-dedans... Mes emotions sont toujours la, par contre, amplifiee (et c'est bien le pire), car ca me fait tres mal!
Redevient-on ce qu'on etait avant?
Quand je pense a cette personne, si quelqu'un entendait ma voix interieure et pouvait savoir comment je la decris maintenant, je crois qu'on m'enverrait un exorciste!.....................
J'ai toujours pardonne dans ma vie, mais la, j'essaie d'y arriver en lisant le pourquoi probable de cette maladie(?), j'ai beau y lire que ca vient de l'enfance) et j'arrive pas a pardonner, mais pas du tout, je crois que j'y arriverai jamais!
Je suis comme desillusionnee de la vie!
Je repense a tout pleins de choses, j'ai les images qui me reviennent et, je suis reellement DEGOUTEE!
Aussi, j'ai peur de devenir comme ca moi-meme, meme si je suis fort emotive.... Parce que la vie n'est plus a l'interieur de moi!
Je suis aussi beaucoup isolee (car je me suis deteriore et etat de sante restreignant), et on dirait que je suis partie pour l'etre plus longtemps encore, car apres avoir eu cette M..... dans mon quotiden, on dirait maintenant que je recherche une perle rare partout, un diamant de valeurs morales et d'authenticite, comme peut-etre pour me faire oublier tout ca, ou peut-etre pour me raccrocher a la vie, ou enfin m'y faire croire!
Autant, avant, je ne jugeais que tres rarement les gens, autant que maintenant, je ne peux supporter meme le superficiel d'une personne qui n'agit pourtant que parfois sur l'espace d'un moment par convenance?
Je ne sais pas trop ce qui m'arrive, mais je n'y suis pas bien du tout!J'aurais prefere en tout point partir avant d'avoir vu completement ce que cette personne etait, pour ne pas le voir tout simplement, ni le vivre, juste me dire qu'elle etait bizarre!
Ca ne faisait pas partie de mon monde et c'etait mieux ainsi!
Autant un jour, grave erreur, j'ai voulu l'aider, autant ensuite, j'ai voulu sauver ma peau!
Autant, ma question etait pourquoi, autant, maintenant, elle est comment?Est-ce que tout ca va prendre fin un jour?
Comment faire pour y arriver, comment faire pour que ce vide a l'interieur parte et que je redevienne un peu celle que j'etais?
J'ai pas envie de mimer comme elle une joie de vivre qui n'existe pas! Meme si ce n'etait pas ce qu'elle mimait....
Comment faire face a ce neant de beaute? A cette mer de degout?
Si quelqu'un peux m'aider, psychologues inclus, j'en serais bien heureuse...
Merci!

J'ai lu ou entendu en quelque part, que tout ce qui ne s'exprime pas s'imprime....
J'ai pourtant beau l'exprimer et l'exprimer, ca reste imprime......

Messages récents

je recolle les morceaux tranquilement

#74 Posté le (anonymement) En réponse à : se reconstruire après un pervers narcissique (#16)
Ton témoignage ressemble un peu au mien, sauf que moi j'ai 51 ans et que ça fait seulement 1 an que j'ai eu connaissance de ce trouble débile de pnm, après réflexion non seulement mon père avait des traces mais presque tous les hommes de ma vie. Le dernier était le pire! Le prince changé en monstre. Mais le plus troublant sont ses sermons de faux chrétien, j'ai commencé a allumé quand il a dit (qu'il était une personne très humble) ouff! Bref, je me sent vide aujourd'hui encore plus que je ne l'étais déjà mais enfin je comprend ce qu'il m'arrive et je sais que je guéris tranquillement, je traverse souvent des moments de doutes, des jours ou je me sent une moins que rien et d'autres ou de belles pensées me font sourire et qui jettent un baume sur le coeur. Alors courage à tous, il faut s'entourer de ses meilleurs amis, famille, même s'ils comprennent rien à ce qui nous arrive. Et comme tu dis l'amour viendra, mais dans mon cas je dois vivre pleinement ce que je suis car j'ai toujours vécu avec la moitié de moi-même et que je dois être heureuse seule avant tout.

survivre pour revivre

#73 Posté le (anonymement) En réponse à : le temps , un remède potentiel (#63)
j ai fui mon PN le 24/12/2013. Après 38 ans de mariage.C est un tsunami qui nous semble insurmontable. Moralement et physiquement on est dévastés. Très peu de gens sont aptes à comprendre notre calvaire. On fait l'objet des ragots les plus abjects.il faut en parler pour dénoncer, même si notre histoire semble invraisemblable.S obliger à survivre. Sinon notre PN prétend qu'on est des malades mentaux alors même que ce sont eux qui nous ont volé et saccagé notre joie de vivre.Ils ne nous choisissent pas au hasard. Nous sommes des gens intelligents et sensibles et leur jouissance ultime est de nous dépouiller de ces qualités dont ils sont dépourvus.Nous avons au plus profond de nous un instinct de survie à redécouvrir.Ne jamais se laisser endormir par leurs mensonges. Nous avons l'obligation de nous changer nous ; eux en sont incapables.On doit trouver la petite lumière au bout de ce tunnel obscur où on s'égare.Renoncer à comprendre leur comportement.
la manière dont je m'en sort n'est pas une recette miracle mais si elle peut aider je ne me serais pas battue pour rien. d'abord fuir physiquement. Lire sans relâche sur internet leur pouvoir de destruction et d'emprise et les conseils pour nous aider. Se débarrasser de tout ce qui nous relie à ce monstre.Se réinventer une nouvelle vie.Eviter les personnes, les lieux, tout ce qui nous ramène à lui. Pour ma part je me suis établie un plan de survie par priorités.dormir, manger , me faire violence pour me montrer en public la tête haute. Me reloger et me fixer chaque jour un petit défi. Et J' y arrive. C'est long, douloureux. Au terme de 16 mois je recommence à faire des petits projets, j'ai adopté un gentil chien et par dessus tout j'ai le sentiment de retrouver le calme et la sérénité.Plus d'humiliations quotidiennes, et le retour de cette confiance en moi que j'avais perdue depuis si longtemps.Je ne survis plus, je revis.Pour que mon fils sa femme mes deux adorables petits enfants soient fiers de leur mamie.Je ne laisse plus les pensées négatives me submerger.Mes rares amis sincères sont vigilants et veillent sur moi.C'est dans le fond du trou qu'on les reconnait. Et les faux aussi.Beaucoup plus nombreux comme des parasites.J'ai fait le grand ménage dans mes relations et j'en sors plus lucide. Je ne laisserai plus ma porte ouverte aux relations toxiques.Quitte à passer pour une égoiste autant que cela serve à mon bonheur.
Mes vrais amis eux savent que ce n'est pas le cas et seul leur sentiments comptent.
je vous souhaite à tous la force de retrouver le chemin de la sérénité en osant vous libérer de vos chaînes de victime pour retrouver la liberté.
Ne les laissons pas vampiriser nos pensées. Nous étions des battants. On le redevient.....tous ensemble. Il y a une vie après le PN et elle est belle. Croyez moi. Je ne suis pas superwoman, juste une mamie de 60 ans qui a retrouvé la volonté d'être heureuse.

revivre

#72 Posté le (anonymement) En réponse à : Grand MERCI Alex (#66)

Oui pourquoi ai-je accepter de rester ? Aujourd'hui il part. Je lui ai accordé 5 ans de ma vie et j'ai honte. Je l'ai accueilli chez moi, ai enduré son caractère destructeur, l'ai imposé à mon fils. Pourtant je me croyais forte, confiante. J'étais autonome, belle, pleine de vie et de projets. J'ai l'impression de n'avoir été qu'un pont vers... une autre...

j'aimerais apprendre de tout cela, croire à nouveau à l'amour, ne pas avoir honte, ne jamais l'avoir connu, ne pas avoir gaspillé mon temps

Ca me rassure de constater que d'autres se font avoir mais ca me désole aussi

Salut, je suis entièrement

#71 Posté le (anonymement) En réponse à : Dépendance (#69)
Salut, je suis entièrement d'accord avec ce que tu dis, je ressens la même chose. Depuis le début de ma relation avec une PN, j'avais au fond de moi un ressenti négatif sur cette personne, des doutes continuellement. Mais je suis qd mm restée 3 ans. Maintenant j'ai finalement réussi à la quitter et à me rendre à l'évidence. Mais j'ai beaucoup de mal à arrêter d'intellectualiser. Comment tu t'y prends? Où en es tu maintenant?

Dépendance

#70 Posté le (anonymement) En réponse à : dur.. (#56)

Salut,

J'ai moi-même connu cette dépendance qui a duré longtemps et m'a fait souffrir énormément et j'en suis sortie, par ce raisonnement : il y a une grande différence entre savoir qu'on n'est victime d'un PN et l'ADMETTRE. Mais ce n’est pas tout…

Le savoir est assez facile. Généralement, on ressent le malaise qui va avec. Mais, voilà, on le nie ou on en doute (c'est là la tâche du PN de nous en faire douter), alors comment l’admettre ?

Un jour, longtemps après que ma difficile histoire ait été terminée, je souffrais toujours et il me manquait. Je tentais d'intellectualiser la situation pour me défaire de ce malaise en la regardant sous toutes ses coutures. Soudainement, j’ai eu un déclic. Voici ce que j’ai compris :

On n'a pas un ressenti pour rien. C'est un système qui nous a été "installé" à la naissance pour s'en servir. Mais voilà que c'est le premier système qu'on met en doute. Mais lui, ne vous ment pas. Il vous fait ressentir la situation telle que vous la vivez.

Le jour où j'ai compris que mon ressenti m'avait tout le temps renseignée, j'ai jeté à la poubelle toutes mes dissertations et j'ai commencé à vivre. Presque systématiquement, mon PN ne m’a plus manqué. Si je me mets à douter, je recherche le souvenir de mon RESSENTI, et je vous jure que l’ennui ne dure pas longtemps !

J'espère que ce truc pourra vous aider.

Dépendance

#69 Posté le (anonymement) En réponse à : dur.. (#56)

Salut,

Je comprends maintenant la dépendance parce que je m'en suis sortie. Ma suggestion n'est peut-être pas la réponse ultime et la recette que je te propose n'est peut-être pas la seule non plus, mais elle a fonctionné pour moi.

Savoir que ces personnes sont malsaines, c'est assez facile. On le sent, mais on en doute car c'est le doute qui nous fait rester avec elles et, en quelque sorte, nous attache (dépendance) à elles.

Quand on ADMET finalement ce qu'on a toujours senti, même si on en a douté souvent, ça fait toute la difference.

Admettre son ressenti, c'est enfin se faire confiance. C'est de cette manière que j'ai admis ce que j'avais ressenti pendant des années en compagnie de PNs mais que je n'arrêtais pas d'intellectualiser et en le faisant, je ne trouvais aucune vérité, mais toute sorte de réponses qui me mêlaient advantage.

Quand un jour j'ai dit. C'est assez. Ce que j'ai ressenti n'était pas là pour rien et était mon "radar" que je n'ai pas écouté, bien entendu, pendant longtemps.

Maintenant, je sais ce que de s'écouter veut dire. On ne nous a pas muni de ce sytème de repérage pour rien. Malheureusement, c'est souvent suite à de douloureuses et trop longues experiences qu'on en tient compte finalement.

Pour ma part je sort d une

#68 Posté le (anonymement) En réponse à : L'autre point de vue (#61)
Pour ma part je sort d une relation compliquer avec ma copine je me sens coupable et pourtant je pense avoir vécu l enfer perte de confiance en moins jamais rien qui aller menace violence perte de poids je ne comprend pas ce qu il c passer tout été pourtant parfais et du jour au lendemain je suis passer du paradis à l enfer