Un comité consultatif d'experts chargé de formuler des recommandations à la Food and Drug Administration (FDA) américaine, a estimé jeudi qu'il n'y a pas assez de preuves scientifiques associant les colorants alimentaires artificiels à l'hyperactivité chez les enfants pour justifier un avis d'avertissement sur les étiquettes des aliments ou de nouvelles restrictions d'utilisation. Il a voté, à 8 contre 6, pour le statu quo. Il a recommandé (à 13 voix contre 1) de poursuivre des études supplémentaires sur la question. La FDA n'est pas tenu de suivre les recommandations de ses comités mais le fait habituellement.

Aux États-Unis 9 colorants alimentaires sont permis. La plupart ont été approuvés il y a 80 ans. Leur utilisation a augmenté de 50% depuis 1990. La FDA a soutenu jusqu'à maintenant qu'ils étaient sans danger.

Mais de nouvelles études et une pétition du Center for Science in the Public Interest (CSPI), un groupe de défense des consommateurs, a incité la FDA à réévaluer s'ils pouvaient être liés à l'hyperactivité et à d'autres effets sur la santé.

Les colorants alimentaires n'ont aucune utilité fonctionnelle et, s'ils comportent quelque risque pour la santé, ils devraient être éliminés, soutient Michael Jacobsen, directeur du CSPI.

Deux études britanniques ont montré que les enfants consommant des aliments contenant certains colorants et l'agent de conservation benzoate de sodium avaient un risque plus élevé d'hyperactivité.

En 2009, suite à ces études, le gouvernement britannique a demandé à l'industrie de cesser d'utiliser six colorants. Le Parlement européen a de son côté exigé que les aliments contenant les colorants testés portent une étiquette avertissant qu'ils "pouvaient avoir un effet négatif sur l'activité et l'attention chez les enfants." Plusieurs autres colorants artificiels demeurent permis.

Psychomédia avec source:
Washington Post
Tous droits réservés