"La prise de poids reliée aux médicaments psychiatriques est un problème important", affirme Dr. David Lau, chercheur à l'Université de Calgary et président de Obesity Canada. "Certaines personnes peuvent prendre jusqu'à 40 livres (18 kilos)".

Ce n'est toutefois pas toutes les personnes qui prennent des médicaments psychotropes tels que des antidépresseurs, des stabilisateurs de l'humeur (lithium et anticonvulsivants) ou des antipsychotiques de nouvelle génération (dits antipsychotiques atypiques) qui prennent du poids, mentionne-t-il.

Pour la psychologue Paula Caplan de l'Université Harvard, l'utilisation de plus en plus importante de ces médicaments chez les adultes et les enfants contribue à l'épidémie d'obésité.

Plus d'enfants que jamais prennent des antipsychotiques, dit Dr. David Cohen de l'Université internationale de Floride. Et les enfants prenant ces médicaments peuvent être encore plus susceptibles que les adultes de prendre du poids selon Caplan.

En Floride, mentionne Cohen, 40% des enfants à qui un antipsychotique atypique a été prescrit ont le trouble déficit d'attention et hyperactivité (TDAH). Il y a aussi eu une augmentation drastique des diagnostics de trouble bipolaire accompagnés de prescriptions d'antipsychotiques et d'anticonvulsivants (dits stabilisateurs de l'humeur), ces derniers étant aussi associés à un gain de poids.

Dr. Tracy Latz, psychiatre à l'Université Wake Forest, mentionne, parmi les médicaments les plus fortement associés au gain de poids, les antidépresseurs tricycliques (utilisés des années 1960 jusqu'à la fin des années 1980) et les antidépresseurs plus récents tels que Norset ou Remeron (mirtazapine), Deroxat, Paxil ou Seroxat (paroxetine), Zoloft (sertraline), Celexa (citalopram) et Effexor (venlafaxine).

Avec le Paxil (Seroxat) et d'autres antidépresseurs de la classe inhibiteurs sélectifs de la recapture de sérotonine (ISRS), il y a une perte de poids au début, puis un gain de poids après, précise Cohen.

Les antipsychotiques qui sont les plus susceptibles d'être associés au gain de poids et au diabète sont Clozaril (clozapine), Zyprexa (Olanzapine), Seroquel (quetiapine), Risperdal (risperidone), Modecate (chlorpromazine, fluphenazine) et Haldol (haloperidol), mentionne Lau.

De quelles façons ces médicaments psychotropes amènent une prise de poids n'est pas bien compris. Certains stimulent l'appétit. D'autres peuvent démasquer une tendance innée d'une personne à prendre du poids, ou amener l'organisme à devenir résistant à l'insuline.

Selon Caplan, les médecins ne font pas assez pour avertir leurs patients que les médicaments utilisés en santé mentale peuvent amener un gain de poids substantiel. Elle s'inquiète également du fait que de plus en plus de gens se font prescrire plusieurs médicaments psychotropes différents en même temps.

Enfin, elle met en garde contre l'arrêt soudain de ces médicaments qui peuvent amener de sérieux symptômes de sevrage.

Psychomédia avec source: The Vancouver Sun