10 médicaments dangereux à retirer du marché recensés par l'Express

Le journal français L'Express dresse la liste de 10 médicaments à retirer du marché, ainsi que leurs génériques, en raison de risques d'effets secondaires trop importants par rapport à des bénéfices souvent très modestes.

Le journal se base sur les travaux de la revue indépendante Prescrire. La liste ainsi dressée a été soumise à l'examen du Pr Jean-Paul Giroud, pharmacologue, membre de l'Académie nationale de médecine.

Ces médicaments sont, par ordre alphabétique:

Actos (pioglitazone)
Indication: traitement du diabète de type 2

Faisant partie (avec Avandia récemment retiré du marché) de la famille des glitazones, Actos vise à augmenter la sensibilité à l'insuline. La liste de leurs effets indésirables graves ne cesse de s'allonger: oedèmes maculaires, fractures osseuses chez les femmes, insuffisances cardiaques. En dépit d'une efficacité jugée "faible" par la Haute Autorité de santé et de risques accrus de cancers de la vessie, Actos, est toujours remboursé à 65%.

Adartrel, Requip (ropinirole)
Indication : syndrome des jambes sans repos

L'Adartrel, un médicament utilisé à fortes doses dans la maladie de Parkinson, expose à des effets indésirables pénibles (nausées, comportements impulsifs, libido exacerbée, hallucinations ou paranoïa) et d'autres, graves (syncopes), alors qu'il s'agit au départ de résoudre un problème relativement bénin de sommeil perturbé. De plus, il existe un risque de voir augmenter les symptômes, après une première phase d'amélioration.

Di-Antalvic (dextropropoxyphène et paracétamol)
Indication: antidouleur

Le Di-Antalvic est vendu depuis plus de 40 ans et censé être plus efficace contre la douleur que le paracétamol seul (type Doliprane). Cette supériorité n'a cependant jamais été démontrée. En revanche, les risques de surdosage, fréquents en cas de douleurs aiguës ou chroniques, peuvent être lourds, allant du trouble psychiatrique et cardiovasculaire... à l'arrêt cardiaque. Alertées par plusieurs centaines d'overdoses mortelles (volontaires ou accidentelles) survenues dans leur pays, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse ont interdit tous les médicaments de ce type il y a plusieurs années. L'Europe leur a emboîté le pas en juin 2010, puis les Etats-Unis le 19 novembre. Fabriqué par un laboratoire national (Sanofi-Aventis), le Di-Antalvic est remboursé en France à 65%. Annoncé une première fois en mai, puis en juillet, son retrait définitif est programmé... pour septembre 2011 au plus tard.

Hexaquine (quinine et thiamine)
Indication : crampes musculaires

La quinine, un médicament utilisé contre le paludisme mais aux effets secondaires graves: troubles du rythme cardiaque, baisse du nombre de plaquettes, réactions allergiques sévères. Près d'une centaine de morts ont été attribuées à la quinine aux États-Unis, où elle n'est plus prescrite contre les crampes depuis 1995. Selon la Food and Drugs Administration (FDA), ce trouble, bénin et temporaire, ne justifie pas l'usage d'une substance si dangereuse. En France, aucun autre traitement n'existe contre les crampes, où l'efficacité de l'Hexaquine a été jugée "faible" par la Haute Autorité de santé. Cependant, il est toujours autorisé dans cette indication et partiellement remboursé (à 15%).

Intrinsa (testostérone)
Indication : baisse du désir chez les femmes après ablation des ovaires et de l'utérus

Ce patch n'a pas été autorisé aux Etats-Unis en raison de sa faible efficacité sur la libido féminine et de ses nombreux effets indésirables : virilisation (pilosité aggravée, voix rauque), acné, troubles hépatiques et cardiovasculaires, prise de poids. Les effets du médicament à long terme, notamment les risques de cancer du sein, n'ont pas été évalués. Il a toutefois été autorisé en France début 2007 pour les femmes ménopausées après l'ablation chirurgicale des ovaires et de l'utérus.

Ketek (télithromycine)
Indication : infections respiratoires

Ketek n'a pas d'efficacité clinique supérieure à d'autres antibiotiques (famille des macrolides) alors qu'il expose à de nombreux risques pour la santé en cas d'association avec d'autres médicaments. Par ailleurs, les réévaluations conduites par les autorités européennes en 2006 et en 2007 concluent que plusieurs graves effets secondaires sont retrouvés plus fréquemment : le risque d'aggravation d'une myasthénie (faiblesse musculaire), de pertes de connaissance, de troubles visuels, de troubles du rythme cardiaque et d'atteintes hépatiques.

Nexen (nimésulide)
Indications : contre l'arthrose et les règles douloureuses

Nexen est à l'origine de troubles du foie parfois mortels, connus depuis de nombreuses années. La Finlande et l'Espagne l'ont retiré du marché dès 2002 à la suite de cas d'hépatites fulminantes. L'Irlande a suivi en 2007. Les autorités européennes réévaluent actuellement cet antidouleur pour la troisième fois. Le fabricant est chargé de recenser les cas de greffes du foie qui pourraient être liées au Nexen. Les mêmes instances ont pourtant déjà reconnu clairement, l'an dernier, un surcroît de troubles hépatiques graves provoqués par ce médicament.

Vastarel (trimétazidine)
Indications : vertiges, acouphènes, angines de poitrine, troubles du champ visuel

Commercialisé depuis plus de quarante ans, ce médicament très utilisé par les personnes âgées a vu ses indications thérapeutiques s'étendre au fil du temps, sans preuves solides de son efficacité. Depuis une dizaine d'années, en revanche, plusieurs effets indésirables inquiétants ont été observés: tremblements, troubles de la marche et des jambes sans repos, syndromes parkinsoniens. Délivré sur ordonnance, il est remboursé à 35%.

Zyprexa (olanzapine)
Indications : schizophrénie et troubles bipolaires

Le fabricant a reconnu, en 2003, que le Zyprexa pouvait provoquer une obésité sévère. En 2007, il a précisé sur les notices des boîtes vendues aux Etats-Unis que la survenue d'une hyperglycémie (taux de sucre trop élevé dans le sang, l'un des symptômes du diabète) était plus fréquente qu'avec d'autres médicaments de la même génération (type Solian ou Risperdal). C'est là tout le problème, s'agissant d'un traitement au long cours, voire à vie. Plus de 28 000 patients américains ont été indemnisés par la firme pour obésité, hyperglycémie ou diabète.

Zyban (bupropion)
Indication : sevrage tabagique

Les bénéfices du Zyban, une substance proche des anorexigènes amphétaminiques comme le Mediator, sont incertains et, au mieux, très modestes, alors que des effets indésirables graves sont, eux, avérés, comme l'hypertension artérielle. Ce médicament n'apparaît pas plus efficace que les gommes à mâcher ou les patchs à base de nicotine, qui présentent moins d'effets indésirables.

Voyez également:

Médicaments psychiatriques et neurologiques aux effets secondaires surveillés par l'Afssaps
Diabète de type 2: Mediator, Avandia ... et Actos (pioglitazone)?
Autre médicament dangereux: le Champix pour l'arrêt du tabac
Zyban (Wellbutrin), un médicament à éviter pour le sevrage tabagique
La plupart des gens ne s'informent pas assez pour prendre part aux décisions médicales les concernant

Psychomédia avec source:
L'Express
Tous droits réservés

Commentaires

Options d'affichage des commentaires

Sélectionnez la méthode d'affichage des commentaires que vous préférez, puis cliquez sur "Sauvegarder les paramètres" pour activer vos changements.

wellbutrin

l 'article dit que le zyban n'est pas éfficace pour le sevrage "pas plus efficace que les gommes à macher" , mais ne dit pas si le wellbutrin est efficace pour la dépression, et quelle est est le rapport bénefice/risque. Si quelqu'un en sait quelque chose, je suis preneuse.Merci

Zyprexa = dangers

Le zyprexa n'a pas encore été retiré du marché en France. Ce médicament étant désinhibiteur, a été étudié pour être donné à des bègues. Le zyprexa étant désinhibiteur peut donc faciliter le passage à l'acte! (d'où des suicides?) .
Un scandale de plus! mais qui osera en parler?

lévothyrox

bonjour . moi je prend de lévothyrox depuis 1989 qu'est ce qui va se passé maintenant est ce qu'il faut tout arreter ?? ça fait peur
MONIQUE

lévothyrox

Bonjour,pour répondre à votre question je prend du lévothyrox 175 depuis 1993,à part de la fatigue de temps en temps rien de spécial je suis très bien suivi par mon médecin.Ne jamais arreter le traitement de sois meme.Cordialement bonne journée.
René

levothyrox

que doit on faire sachant qu'il y a que celui ci sur le marché
moi j'en prends depuis l'ablation de la thyroïde en 2002 cela nous fait peur soyons plus clair une liste c'est bien mais après ?
on doit continuer a les prendre ou pas et vers quel problème particulier va t'on

bonjour, moi aussi je prend

bonjour, moi aussi je prend du levothyrox depuis 2007 et j'aimerai bien savoir si quelqu'un vous a répondu

psychiatrie et neuroleptiques

le zyprexa (aux même titre que d'autres) est assez dangeureux comme tout neuroleptique , il ne représente que l'arbre qui cache bien d'autres encore. Ce qui fais peur , a savoir que les psychiatres ne sont pas d'accord entre eux , pour certains prescrire ce type de médicaments a vie est un crime , surtout en dehors de la skyzophrénie, le lancet et bien d'autres études ont démontrés les réelles effets a long terme sur le cerveaux, a faire froid dans le dos.

le soucis c'est que tout médicaments peux être bénéfique ou non, il est temps de muselé la boulimie des laboratoires qui ont tendances a élargir l'application a tout et n'importe quoi, sans raison valable , et faire en sorte qu'ils n'influence plus du tout les médecins en facultés de médecine , lors des formations.

peut être alors ,seulement, les gens reprendront confiance en la médecine.

ZYPREXA

Tous les medecins connaissent les effets pervers du zyprexa,qui comme le risperdal , un autre neuroleptique peu tuer... ils donnent ces produits qu'apres avoir évaluer le benefice /risque qu'il soit MG ou psychiatre... en tenant compte de l'état du patient...et en sachant qu'il s'agit de prescriptions de longues durees , qu'il est bien difficile de stopper ... la rechute est malheureusement ineluctable... souvent.

Diantalvic

Depuis 40 ans, j'ai vu ce médicaments aider d'innombrables patients en France : parmi lesquels PCE , pelvispondylite Rhumatismale, arthrosiques, sans avoir vu, dans mon service, d’effets indésirables patents. Il est évident qu'aux USA, LES posologies recommandées étaient plus élevées. Quand à l'argument de l'emploi pour auto lyse il ne tient pas . il suffit du paracétamol, ou de la colchicine , à doses inadéquates pour obtenir le même effet létal.

DIANTALVIC

Ayant une mal formation et donc un défaut de couverture de mes têtes de fémur, j ai retardé la pose de prothése de hanches en utilisant du diantalvic. Je n ai jamais eu d effets secondaires, en reconnaissant bien sur n'avoir jamais dépassé 4 gellule par jour lors de crises douloureuse d arthrose.
Lors de mes opérations de hanches, la clinique m avait donné d'autre médicaments pour calmer mes douleurs post opératoire, mais seul le diantalvic était efficace. Quelque soit le médicament, si on dépasse les doses prescrites par le médecin ou la possologie du laboratoire, il devient dangereux..