Pourquoi les anxiolytiques et somnifères favoriseraient-ils la maladie d'Alzheimer?

Voyez également: Les benzodiazépines liés à un risque accru de démence, confirme une nouvelle étude

Une récente étude française montre que les médicaments anxiolytiques (benzodiazépines) et les somnifères sont liés à un risque accru de développement de démence (dont la maladie d'Alzheimer), a révélé cette semaine le magazine Sciences et Avenir. Ce dernier a interrogé le psychiatre Patrick Lemoine concernant l'explication de ce lien.

Le psychiatre estime qu'il peut probablement être expliqué par une aggravation de l'apnée du sommeil, caractérisée par des arrêts respiratoires, que provoquent les benzodiazépines pendant le sommeil. «On sait parfaitement, dit-il, que ce syndrome d’apnée du sommeil aboutit à des tableaux démentiels». Son point de vue est détaillé dans l'article du magazine.

Il déplore aussi, dans cet entretien, le manque de formation continue des médecins: «La France est le seul pays développé dans lequel on peut avoir passé sa thèse il y a 40 ans, n’avoir lu aucun article ni aucune revue et continuer à exercer !»

Enfin, une autre raison des prescriptions excessives est, à son avis, le fait que la Sécurité sociale ne prenne pas en charge les psychothérapies conduites par des psychologues qui reviendraient, au final, moins cher, estime-t-il.

Article de Sciences et Avenir.

Voyez également:

Psychomédia Tous droits réservés.