L'hormonothérapie chez les femmes ménopausées liée à une atrophie cérébrale

Les traitements hormonaux chez les femmes de 65 ans et plus accélèreraient la perte de tissu cérébral selon une étude publiée dans la revue Neurology.

Des images du cerveau de 1400 participantes, âgées de 71 à 89 ans (8 ans après le début du traitement), montraient une légère réduction du volume du cerveau chez les femmes prenant des hormones de substitution comparativement à celles prenant un placebo (produit inactif).
Cette atrophie concernait le lobe frontal, une région impliquée dans la réflexion et la planification, et l'hippocampe, une région impliquée dans la mémoire. Une perte de volume dans cette dernière région est un facteur de risque pour la démence, précise Susan Resnick, du National Institute on Aging aux États-Unis, coauteure de l'étude.

L'atrophie était plus marquée chez les femmes qui avaient les plus faibles résultats à des tests de fonctions cognitives avant le début du traitement hormonal. Ce qui suggère que l'hormonothérapie accélèrerait un processus neurodégénératif déjà existant.

Cette analyse a été réalisée avec les données de l'étude "Women's Health Initiative Memory Study" (WHIMS). Des résultats précédents de cette recherche ont montré que le traitement avec des hormones œstrogènes avec ou sans progestérone augmentait le risque de démence et entraînait une diminution des capacités cognitives chez les femmes âgées de 65 ans et plus. La recherche avait aussi indiqué des taux plus élevés de crises cardiaques, d' accidents vasculaires cérébraux (AVC) et de caillots sanguins chez les femmes qui prenaient le traitement hormonal, ce qui a conduit à son interruption.

Les mécanismes expliquant l'atrophie constatée ne sont pas connus. L'explication n'est pas une survenue plus grande d'accidents vasculaires cérébraux (AVC) silencieux car l'analyse ne montre pas une plus grande présence de lésions cérébrovasculaires. Il est possible, croient les chercheurs, que la thérapie hormonale soit neurotoxique au-delà d'un niveau optimal d'exposition à l'estrogène ou que l'oestrogène n'ait pas les mêmes effets vasodilatateurs chez les femmes plus âgées que chez les plus jeunes prenant des hormones pour le traitement des symptômes de ménopause.

Psychomédia avec source:
Medpage Today

Voyez également:

Traitement de la ménopause: phytothérapie, compléments alimentaires, médicaments
Les graines de lin réduiraient les bouffées de chaleur de moitié
Ménopause: la thérapie hormonale augmente le risque d'attaque cérébrale
DOSSIER: Ménopause (symptômes, adaptation, traitements)