Transport quotidien = stress, fatigue et moindre qualité de vie

Plus longtemps vous conduisez pour vous rendre au travail, plus vous risquez de vous sentir frustré, irrité et stressé. La même chose est vrai du voyagement en train selon des recherches américaines et britanniques. Par ailleurs des données britanniques et canadiennes montrent que le temps de voyagement pour le travail est en augmentation.

Une recherche de psychologues environnementalistes de l'Université de Cornell montre que plus le voyagement est long, plus les passagers vivent un stress physiologique et psychologique et plus ils ont de la difficulté à exécuter une tâche mentale simple à la fin du trajet.
La recherche impliquait 208 personnes qui prennent le train à partir du New Jerey pour travailler à Manhattan. Les chercheurs faisaient une analyse de salive pour mesurer leur niveau de cortisol (hormone de stress), analysaient des questionnaires remplis par les voyageurs et leurs conjoint(e)s et leur demandaient à la fin du trajet d'exécuter une tâche mentale (corriger un texte).

"Le voyagement est un stresseur omniprésent pour des millions d'Américains", dit l'un des auteurs. "Toutefois, nous en connaissons peu sur comment cet aspect du travail, qui peut être l'aspect le plus stressant pour certains, affecte la santé humaine et le bien-être."(1)

En Angleterre, les distances parcourues pour se rendre au travail sont en croissance et les chercheurs mettent en garde contre les impacts que vela peut avoir sur la santé mentale et physique. Ils encouragent les voyageurs à utiliser ce temps pour se ré-énergiser, en lisant le journal, en rêvassant ou en dormant.

Ils ont interrogé 2955 personnes se rendant au travail en train. Une personne sur 4 considérait ce temps comme perdu. Par contre ceux qui lisaient le journal ou des livres, environ la moitié des gens, trouvaient le temps de voyagement plus valable.

Selon cette recherche, entre 1991 et 2001, le nombre de gens voyageant plus de 50 Km a augmenté de 30%. De plus en plus de gens, depuis les 20 dernières années, font un voyagement plus long et exigeant. Les gens les plus scolarisés passent 50% plus de temps à voyager que les autres.

Selon les résultats de quelques études médicales, les longs trajets d'auto sont liés à une pression sanguine élevée, une performance réduite dans des tâches spécifiques, la mauvaise humeur après la journée de travail, la fatigue, la difficulté de concentration et l'irritabilité et des symptômes physiques tels que le cou raide et les douleurs au bas du dos. Un temps de transport élevé signifie aussi, moins de temps pour dormir, pour faire de l'activité physique, avoir des activités sociales et de loisir. (2)

En ce qui concerne les Canadiens, les gens voyagent en moyenne 63 minutes par jour. 25% ont au moins 90 minutes de voyagement par jour selon Statistique Canada. 86 % voyagent en auto.

Entre 1992 et 2005, le temps de voyagement a augmenté, passant de 51 minutes à 59 pour les gens voyageant en auto et de 94 minutes à 106 pour ceux utilisant les transports publics. (3)

Sources:
(1) www.news.cornell.edu
(2) news.bbc.co.uk
(3) www.theglobeandmail.com

Sur ce sujet dans PsychoMédia:

«Comme journaliste, marcher me permet de voir vivre les gens», dit l'animateur de Maisonneuve en direct, qui avoue regretter amèrement ses 25 années passées en banlieue, qui l'ont contraint à vivre l'enfer des ponts."
La marche en ville

"Les auteurs de l'étude considèrent que l'étalement urbain est à la source de nombreux maux, dont l'obésité. Les gens en banlieue présente davantage d'hypertension artérielle, de diabète et de maladies cardiaques."
Davantage de problèmes de santé en banlieue qu'en ville

"Mais les Montréalais pourraient faire beaucoup plus d'exercice car 34 % des travailleurs auraient moins de cinq kilomètres à parcourir pour aller au travail, ce qui peut facilement se faire en mode actif."
Santé: les Montréalais ne marchent pas beaucoup

"Malgré le faible lien entre le revenu et la satisfaction par rapport à sa vie ou le bien-être dans le quotidien, beaucoup de gens sont très motivés à augmenter leurs revenus. Dans certains cas, l'illusion que de meilleurs revenus augmenteraient significativement le bonheur peut conduire à une mauvaise utilisation du temps (comme accepter les longs transports - qui sont considérés comme les pires moments de la journée dans ces recherches) et sacrifier les moments passés à socialiser (qui sont considérés comme les meilleurs moments)."
Meilleurs revenus et bonheur, un lien grandement illusoire

"On a demandé à plus de 900 participantes de considérer les différents épisodes de leurs journées et de les évaluer avec une échelle de 0 à 6 selon leurs associations positives ou négatives." Le transport pour le travail vient après les travaux de la maison et le travail à l'emploi.
Mesures de l'agrément dans le quotidien des femmes

"Pourquoi les gens ont moins d'amis proches n'est pas clair. La principale hypothèse est le temps passé au travail et pour le transport qui laisse moins de temps pour socialiser et joindre des groupes."
Les gens auraient de moins en moins d'amis