Miser sur ses points forts pour être plus heureux

Selon les recherches des psychologues C. Peterson et M. Seligman, les traits de personnalité qui constituent les principales forces d'une personne sont ceux qui lui permettent le plus d'être heureuse. Ils ont mis au point un test pour mesurer les principales forces d'une personne. La liste des traits mesurés comprend 24 attributs qui sont valorisés à travers l'histoire et les cultures selon les recherches des spécialistes de la psychologie positive.

Il ressort des premières analyses de ces données que les gens dont les cinq principales forces sont la curiosité, l'entrain, la gratitude, l'espoir et la capacité d'aimer et d'être aimé sont ceux qui obtiennet les résultats les plus élevés dans des mesures de satisfaction dans la vie.
Les forces les plus fréquentes selon la recherche sont la curiosité, le sens de la justice, l'amour, l'ouverture d'esprit et l'appréciation de la beauté. Les forces les moins fréquentes sont celles appartenant à la catégorie de la tempérence (qui se définit comme étant la modération dans tous les plaisirs des sens) telles que la modestie, la prudence et le contrôle de soi.

Cent dix mille personnes ont rempli le test en ligne. Les 24 traits de caractères mesurés appartenaient aux catégories suivantes: sagesse et connaissance, courage, humanisme et amour, sens de la justice, tempérance et transcendance.

Seligman explique qu'il est important de programmer des moments agréables en utilisant ses forces et ses talents. Si le trait dominant d'une personne est l'amour de l'apprentissage et la curiosité, un bon moment pour elle peut être une visite à un musée ou quelques heures avec un bon livre. Si sa principale force est la capacité d'aimer, elle pourrait plutôt choisir de passer une soirée avec des amis ou inviter la famille à souper.

Les personnes pessimistes ont plus de difficulté à voir le verre à demi plein, ce qui peut diminuer leur satisfaction et les amener à se centrer sur leurs malchances et ennuis. Seligman suggère de cultiver la gratitude qui, selon les recherches, contribue à augmenter la satisfaction dans la vie. Il conseille un exercice consistant à noter chaque jour trois bonnes choses qui se sont produites dans la journée et pour chacune, se demander quelle est sa contribution pour que cela se produise. Éventuellement, explique-t-il, il deviendra plus facile de voir le beau côté de la vie et il deviendra plus difficile de sous-estimer sa propre contribution aux événements.

Pour rompre le cycle du pessimisme, il recommande remettre en question l'objectivité des pensées automatiques qui surviennent dans les situations difficiles.

Voyez également:

Apprendre l'optimisme et la confiance en soi
Des exercices simples aident à augmenter le bonheur et diminuer la dépression
Remettre en question les pensées automatiques négatives
Le bonheur serait lié à la personnalité et en bonne partie génétique
DOSSIER : Émotions
DOSSIER: Bonheur et bien-être
DOSSIER : Personnalité

PsychoMédia avec sources:
- Peterson and Seligman, Character Strengths and Virtues: A Handbook and Classification, Oxford University Press, 2004.
- psych.upenn.edu


Commentaires

Options d'affichage des commentaires

Sélectionnez la méthode d'affichage des commentaires que vous préférez, puis cliquez sur "Sauvegarder les paramètres" pour activer vos changements.

Re: Le bonheur lié à la personnalité

Maintenant que je sais que la dépression fait partie de ma vie (toujours, une journée sur deux), et peut-être, de ma personnalité, soit, depuis 33 ans et que j'ai 41 ans, je vais, chaque jour, écrire ses 3 petits commentaires positifs.

Je le savais "avant", mais maintenant, j'en vois vraiment l'utilité, étant du type "verre à moitié vide"...

Re: Le bonheur lié à la personnalité

j'ai 28 ans. la dépression fait aussi partie de ma vie. à plusieurs reprises, fortement. et au quotidien, plus discrètement. je suis sûre aujourd'hui (qu'en sera t-il dans un an ?...) qu'elle fait partie de ma personnalité. il faut l'accepter. ou plutôt il faut que JE m'accepte. voila ce qui est le plus difficile. car ce n'est pas valorisant. c'est comme une faiblesse. je veux réussir à m'accepter, avec cette fragilité, cette sensibilité, cette émotivité et ses conséquences. je pense que de s'accepter sert à avancer. si je me connais intérieurement, alors je sais ce qui me rend fragile ou malheureuse, ou angoissée. mais je sais alors aussi ce qui me rend la vie plus douce, parfois belle et joyeuse. elle peut alors l'être plus souvent même.
enfin....j'espère