Selon les recherches des psychologues Christopher Peterson et Martin Seligman, les traits de personnalité qui constituent les principales forces d'une personne sont ceux qui lui permettent le plus d'être heureuse. Ils ont développé un test qui mesure 24 « forces de caractère », regroupées en six grandes catégories de « vertus », qui sont valorisées à travers l'histoire et les cultures.

Il ressort des études menées avec ce test que les gens dont les cinq principales forces, leurs forces dites « signatures », sont la curiosité, la vitalité, la gratitude, l'espoir et la capacité d'aimer et d'être aimés sont ceux qui obtiennent les résultats les plus élevés dans des mesures de satisfaction dans la vie.
Les forces les plus fréquentes sont la curiosité, le sens de la justice, l'amour, l'ouverture d'esprit et l'appréciation de la beauté. Les forces les moins fréquentes sont celles appartenant à la catégorie de la tempérance (qui se définit comme étant la modération dans tous les plaisirs des sens) telles que la modestie, la prudence et le contrôle de soi.

Cent dix mille personnes ont rempli le test en ligne. Les 6 grandes vertus regroupant les 24 forces sont les suivantes : sagesse et connaissance, courage, humanisme et amour, sens de la justice, tempérance et transcendance.

Seligman explique qu'il est important de programmer des moments agréables en utilisant ses forces et ses talents. Si le trait dominant d'une personne est l'amour de l'apprentissage et la curiosité, un bon moment pour elle peut être une visite à un musée ou quelques heures avec un bon livre. Si sa principale force est la capacité d'aimer, elle pourrait plutôt choisir de passer une soirée avec des amis ou inviter la famille à souper.

Les personnes pessimistes ont plus de difficulté à voir le verre à demi plein, ce qui peut diminuer leur satisfaction et les amener à se centrer sur leurs malchances et ennuis. Seligman suggère de cultiver la gratitude qui, selon les recherches, contribue à augmenter la satisfaction dans la vie. Il conseille un exercice consistant à noter chaque jour trois bonnes choses qui se sont produites dans la journée et pour chacune, se demander quelle est sa contribution pour que cela se produise. Éventuellement, explique-t-il, il deviendra plus facile de voir le beau côté de la vie et il deviendra plus difficile de sous-estimer sa propre contribution aux événements.

Pour rompre le cycle du pessimisme, il recommande de remettre en question l'objectivité des pensées automatiques qui surviennent dans les situations difficiles.

Psychomédia avec source : Peterson and Seligman (2004), Character Strengths and Virtues: A Handbook and Classification, Oxford University Press; psych.upenn.edu