Pour maigrir, couper la viande, suggère une étude jetant un doute sur les régimes tels que Dukan

Pour une même quantité de calories, la viande était liée à une plus grande prise de poids dans une vaste étude européenne menée avec plus de 400 000 personnes. Cette étude, publiée dans l'American Journal of Clinical Nutrition, suggère que les régimes comportant une part importante de protéines, tels que les régimes Dukan et Atkins, pourraient ne pas aider à long terme, concluent les auteurs.

Anne-Claire Vergnaud et ses collègues de l'Imperial College London ont analysé les données concernant les participants à l'étude ÉPIC portant sur le lien entre alimentation et cancers. Les participants, de 10 pays européens, étaient pesés au début de l'étude et rapportaient leur poids 5 ans plus tard. Ils remplissaient aussi un questionnaire détaillé sur leur alimentation.
La consommation de viande était associée à la prise de poids chez les hommes et les femmes. Le lien était constaté pour la viande rouge, la volaille et les charcuteries. Il était plus important pour les charcuteries, telles que les saucisses et le jambon. Le lien était toujours significatif après avoir pris en compte la consommation totale de calories, l'activité physique et d'autres facteurs pouvant avoir un impact sur le poids.

Chez des personnes prenant la même quantité de calories, 250g de viande de plus par jour (l'équivalent d'un petit steak) était lié à une prise de poids additionnelle de 2Kg sur 5 ans.

Ces résultats vont à l'encontre des régimes pour maigrir qui comportent une grande part de protéines et une faible part de glucides (hydrates de carbone) tels que les régimes Dukan et Atkins.

Bien qu'il ne soit pas clair pourquoi la viande conduirait à une plus grande prise de poids pour une même quantité de calories, une hypothèse est que les aliments denses en énergie comme la viande altérerait la régulation du contrôle de l'appétit. Mais il pourrait y avoir une autre explication relative au style de vie ou à l'alimentation dont l'étude ne tenait pas compte, indiquent les auteurs.

Des limites de cette étude sont qu'à la fin de celle-ci, les participants rapportaient eux-mêmes leur poids et leur alimentation n'était pas ré-évaluée. Des recherches additionnelles sont nécessaires pour confirmer ces résultats.

Voyez également:

Régimes protéinés (ex. Dukan) : opinions d'experts sur les bénéfices et dangers
Régime pour maigrir élevé en protéine et perte osseuse à la ménopause
Maigrir sans régime: 10 stratégies appuyées par les recherches
DOSSIER Psychomédia: Les régimes amaigrissants

Psychomédia avec sources:
BBC, Food Consumer
Tous droits réservés