Régimes protéinés (ex. Dukan) : opinions d'experts sur les bénéfices et dangers

Les régimes protéinés pour maigrir connaissent un grand succès actuellement en France. Le Figaro et Le temps ont présenté le phénomène et recuilli les opinions de spécialistes.

Le régime hyperprotéiné du Dr Pierre Dukan en particulier connaît un succès impressionnant, appuyé par un important dispositif marketing.

Les régimes hyperprotéinés ne sont pas nouveaux, indique le Dr Jean-Michel Borys, nutritionniste à Armentières: «Les régimes hyperprotéinés, dont il existe de nombreuses variantes, sont une mode récurrente depuis plus de vingt ans».
Leur principe de base, résume Le Figaro, "est d'augmenter fortement les apports en protéines, au détriment des glucides (féculents, sucres, ...) et des lipides (graisses). Les protéines étant peu stockées par l'organisme, contrairement aux sucres et aux graisses, l'organisme va puiser dans ses réserves lipidiques. De surcroît, les protéines sont bien moins caloriques (4 kcal/g, comme les glucides) que les lipides (9 kcal/g). Les effets sont quasi immédiats. «Les gens perdent du poids rapidement et sans sensation de faim, car les protéines amènent une satiété», précise le Dr Borys. Autre atout, la masse musculaire est-elle conservée".

Selon les variantes, l'alimentation est exclusivement protéique ou presque pendant quelques jours à quelques semaines. Dans cette première phase dite d'attaque, seuls sont autorisés, mais à volonté, les aliments riches en protéines comme les viandes maigres (dont les volailles), poissons, fruits de mer, œufs… Ils peuvent être remplacés ou complétés par des substituts de repas hyperprotéinés. Les autres aliments sont ensuite progressivement réintroduits, en commençant par les légumes verts.

Très déséquilibrées, les régimes protéinés ne sont pas très risqués pour la santé, selon le Dr Borys, sauf pour des personnes souffrant de pathologies comme un diabète, chez qui ils peuvent favoriser des hypoglycémies, ou en cas d'insuffisance rénale.

Quant aux résultats, s'ils sont spectaculaires à court terme, ils sont, comme tous les régimes, beaucoup moins bien établis pour le long terme. "S'ils suivent à la lettre les préceptes du Dr Dukan, les lecteurs sont théoriquement pris par la main, étape par étape, pendant toute leur vie. Mais combien, parmi ces millions de personnes, réussissent à garder le cap, et la ligne, au-delà de quelques mois?".

Une étude américaine publiée en 2009 dans le New England Journal of Medicine (compte-rendu de Psychomédia) concluait, avec un recul de deux ans, que 4 régimes hypocaloriques (1 200 à 1 500 calories par jour), avec des proportions variables de protéines, lipides et glucides, avaient une efficacité égale pour maigrir. La perte de poids moyenne était de 6 kg au bout de 6 mois et de 4 kg après 24 mois. Le seul facteur qui faisait une différence était l'assiduité aux séances de groupe et l'implication dans le programme.

Il s'agit, considère le Pr Arnaud Basdevant, nutritionniste à la Pitié Salpêtrière (Paris), du "plus bel article de la diététique de l'obésité". Pour lui, les régimes hyperproéinés ne sont justifiés que dans un objectif de perte de poids à court terme, avant une chirurgie par exemple (ou une occasion spéciale penseront plus volontiers plusieurs ...). «Dans les autres cas, considère-t-il, l'enjeu est d'analyser les déterminants de la prise de poids et de rééquilibrer l'alimentation, en trouvant des solutions tenables et agréables pour la vie quotidienne.»

Le Dr Borys est du même avis, mais il conseille volontiers quelques jours de repas de type hyperprotéique pour compenser les excès caloriques d'un week-end.

Le Dr. Alain Golay, spécialiste de l’obésité aux Hôpitaux universitaires de Genève, interrogé par le journal Le Temps est de son côté très critique vis-à-vis le régime Dukan. Ce régime, explique-t-il, conduit à une grande faim et à une reprise du poids lorsque l'alimentation normale est graduellement réintroduite. Une expérience menée par son équipe a comparé les régimes hyperprotéinés, dissociés et équilibrés. Ils amenaient une même perte de poids mais les personnes soumises aux régimes dissocié et hyperprotéiné ont repris beaucoup plus de poids que les autres par la suite."

Le régime hyperprotéiné permet au début, pendant la phase sans hydrates de carbone, de ne pas avoir trop faim. Mais, dit-il, dès que ceux-ci sont réintroduits, "le corps hurle de faim". Il "se souvient qu’il a été privé d’hydrates de carbone et, quand il en reçoit de nouveau, il les stocke d’autant mieux. Et il va en demander plus, par crainte de manquer", ce qui fait prendre du poids.

Il conseille à ceux qui ont déjà commencé un tel régime de réintroduire vite des hydrates de carbone (féculents) en quantité modérée. Ils auront très faim au début mais, plus ils tiennent leur régime hyperprotéiné longtemps, plus cela sera difficile, dit-il.

Voyez également:

Les dangers du régime hyperprotéiné Dukan (ou Protal)
Une alimentation se rapprochant du régime Dukan liée à une mortalité plus élevée
Maigrir sans régime: 10 stratégies appuyées par les recherches
DOSSIER Maigrir: quels aliments, quel régime, combien de calories?

Psychomédia avec sources:
Le Figaro, Ouest-France, Le Temps
Tous droits réservés