Un gène prédispose les femmes au bonheur

Des études menées avec des jumeaux ont montré que les facteurs génétiques pourraient expliquer de 35 à 50% de la variance dans les niveaux de bonheur.

Des études ont aussi montré que les femmes ont tendance à être plus heureuses que les hommes bien qu'elles aient aussi des niveaux plus élevés de troubles de dépression et de troubles anxieux. Une étude, publiée dans la revue Neuro-Psychopharmacology & Biological Psychiatry, identifie un premier gène qui pourrait contribuer à expliquer cette différence.

Henian Chen de l'University of South Florida et ses collègues ont mené cette étude avec 345 personnes. Les femmes qui portaient une copie d'une variante du gène de la monoamine oxydase A (MAOA) rapportaient des niveaux plus élevés de bonheur (mesurés selon l'Échelle du bonheur subjectif ("Subjective Happiness Scale") de Lyubomirsky). Le lien était encore plus marqué pour celles qui portaient deux copies.

Le gène MAOA est impliqué dans la régulation de l'humeur en contrôlant l'activité d'une enzyme qui dégrade les neurotransmetteurs sérotonine, dopamine et noradrénaline (faisant partie de la famille des monoamines). Les femmes portant cette variante pourraient avoir tendance à être plus résilientes face aux stress, notent les chercheurs.

La variante du gène n'influençait pas le bonheur chez les hommes. Des études précédentes ont lié ce gène à l'alcoolisme, l'agressivité et au comportement antisocial chez les hommes. Le gène a été surnommé gène du guerrier. Les chercheurs font l'hypothèse que la testostérone mitigerait les effets positifs de la variante chez les hommes.

Les recherches futures devraient révéler plusieurs gènes liés à la personnalité, à l'humeur et au bonheur, soulignent les chercheurs.

Voyez également:

(1) Les jumeaux identiques ayant exactement le même bagage génétique, alors que ce n'est pas le cas pour les jumeaux non identiques, il est possible en comparant les résultats des deux groupes de calculer dans quelle mesure un trait particulier est influencé par la génétique.

Psychomédia avec sources: University of South Florida, Progress in Neuro-Psychopharmacology & Biological
Psychiatry
. Tous droits réservés.