Dépression, anxiété, douleur, abus de substance, poids, sommeil : l'efficacité de la méditation testée

Certains types de méditation peuvent apporter un soulagement modeste de la dépression, de l'anxiété et de la douleur, selon une analyse des études sur le sujet publiée dans le JAMA Internal Medicine.

Madhav Goyal de l'Université Johns Hopkins et ses collègues ont recensé près de 19 000 études portant sur la méditation. Ils ont relevé 47 études contrôlées dans lesquelles un groupe qui pratiquait la médication était comparé à au moins un autre groupe qui recevait soit une thérapie ayant des bénéfices psychologiques connus, telle que l'exercice, ou des sessions éducationnelles qui tenaient lieu de placebo. Ces études impliquaient un total de 3,515 participants.

Dans chacune de ces études, les participants ont reçu un enseignement professionnel de l'un de deux types de méditation: la méditation avec mantra (telle que la méditation transcendantale) ou la méditation de pleine conscience ou "mindfulness" (qui est centrée sur la conscience du moment présent). Les distinctions entre ces deux types de méditation ne sont pas toujours claires, notent les auteurs.

Bien que des études non contrôlées ont généralement trouvé des bénéfices à la méditation, très peu d'études contrôlées ont trouvé des bénéfices similaires, soulignent les chercheurs.

L'analyse des données combinées des études a montré :

  • aucun bénéfice de la méditation transcendantale (sur laquelle un nombre moins important d'études portait) mais certains bénéfices de la méditation de pleine conscience;
  • une amélioration des symptômes de dépression chez les participants qui ont pratiqué la méditation de pleine conscience de 10 à 20 % supérieure à celle des participants de l'autre groupe (ayant reçu un autre traitement ou une intervention placebo); ce qui est similaire à ce que des études ont montré comme effet des antidépresseurs, soulignent les auteurs;
  • une amélioration entre 5 et 10 % des symptômes de l'anxiété comparativement aux groupes de comparaison;
  • une réduction modeste de la douleur; mais il est difficile de déterminer quelle sorte de douleur peut être le plus affectée par la médication;
  • peu d'évidence pour les autres bénéfices de la méditation rapportés par des études non contrôlées incluant la réduction de l'abus de substances, les troubles du sommeil, les mauvaises habitudes alimentaires et les problèmes de poids;
  • aucune évidence que la méditation pourrait être nuisible;

L'étude montre que la méditation est peut-être moins efficace pour soulager les symptômes liés au stress que ce qui est généralement admis à l'exception notable de la méditation de pleine conscience qui a fourni un faible, mais peut-être significatif, degré de soulagement de la détresse psychologique, conclut Allan H. Goroll de l'Université Harvard dans un commentaire accompagnant l'article.

Mais, note-t-il, les participants n'ont reçu que 30 à 40 heures de formation en méditation, ce qui pourrait indiquer que "la méditation est une compétence qui prend du temps à maîtriser". Les études doivent se poursuivre, dit-il, avant de pouvoir tirer des conclusions plus solides sur les bénéfices de la méditation.

Voyez également:

Psychomédia avec sources: WebMD, JAMA Internal Medicine.
Tous droits réservés