Les personnes ayant peu ou pas d'images visuelles mentales sont plus susceptibles de travailler dans les domaines scientifiques et mathématiques que dans les secteurs créatifs, montre une étude publiée dans la revue Cortex.

L'aphantasie, qui est une incapacité ou une capacité réduite de visualiser mentalement, est plus courante dans les industries scientifiques et techniques.

Le phénomène inverse, l'hyperphantasie caractérisée par une imagerie mentale particulièrement vive, s'avère plus courant dans les professions créatives.

Adam Zeman, professeur de neurologie cognitive et comportementale à l'université d'Exeter (Royaume-Uni, et ses collègues ont interrogé 2 000 personnes atteintes d'aphantasie et 200 personnes atteintes d'hyperphantasie sur leurs choix de carrière, entre autres sujets. Ils ont également interrogé 200 volontaires d'un groupe de comparaison ayant des images d'intensité moyenne.

Plus de 20 % des participants n'ayant pas ou peu d'images visuelles travaillaient dans les sciences, l'informatique ou les mathématiques, tandis que plus de 25 % des personnes ayant une imagerie visuelle forte travaillaient dans les arts, le design, le divertissement et d'autres industries créatives.

Les participants atteints d'aphantasie rapportaient un taux élevé de difficultés de reconnaissance des visages (prosopagnosie) et de mémoire autobiographique, tandis que ceux atteints d'hyperphantasie rapportaient un taux élevé de synesthésie.

Environ la moitié des personnes atteintes d'aphantasie décrivaient une absence d'images éveillées dans toutes les modalités sensorielles, tandis que chez la majorité d'entre elles, la capacité de rêver visuellement est préservée.

Le communiqué de l'Université décrit le cas du professeur Craig Venter, un généticien de renommée mondiale qui a dirigé l'équipe chargée de rédiger le premier projet de séquençage du génome humain. Il avait réalisé depuis longtemps qu'il était atteint d'aphantasie, mais a été heureux de trouver un mot qui reflétait son expérience. Bien que certains y voient un inconvénient, il a su tirer le meilleur parti de son travail.

« En tant que responsable scientifique, j'ai découvert que l'aphantasie aide grandement à assimiler des informations complexes pour en faire de nouvelles idées et approches », a-t-il rapporté. « En comprenant les concepts par rapport à la mémorisation des faits, je pouvais diriger des équipes complexes et multidisciplinaires sans avoir besoin de connaître leur niveau de détail. »

Il a découvert son aphantasie, narre-t-il, en participant à des compétitions dans des classes avec sa femme qui avait une grande mémoire photographique. En comparaison, il a découvert qu'il n'en avait aucune.

Pour plus d'informations, voyez les liens plus bas.

Psychomédia avec sources : University of Exeter, Cortex.
Tous droits réservés