Un nouveau modèle pour le diagnostic des troubles de la personnalité proposé dans le DSM-5 (1), 5e édition du manuel de référence pour les diagnostics en santé mentale publié par l'American Psychiatric Association, décrit 25 traits de personnalité pathologiques, organisés en 5 grands domaines, qui contribueraient aux troubles de la personnalité.

Ce nouveau modèle, dit alternatif, est destiné à remplacer éventuellement le modèle actuellement en vigueur pour le diagnostic de ces troubles.

Les critères diagnostiques actuels pour 10 troubles de la personnalité n'ont pas été modifiés depuis la publication du DSM-IV en 1994, lequel n'avait pas proposé de changements importants par rapport au DSM-III paru en 1980.

Le modèle alternatif est présenté dans une section du manuel réservée aux modèles émergents sur lesquels les recherches doivent se poursuivre avant une adoption éventuelle.

Caractéristiques des troubles de la personnalité

Selon ce nouveau modèle, chaque trouble de la personnalité est caractérisé par :

  1. certaines altérations du fonctionnement de la personnalité dans les domaines de l'identité, l'autodétermination, l'empathie ou l'intimité (critère A) ;

  2. certains traits pathologiques caractéristiques qui contribuent aux dysfonctionnements identifiés en A (critère B).

25 traits pathologiques regroupés en 5 domaines

25 traits pathologiques pouvant caractériser des troubles de la personnalité sont décrits. Ils sont regroupés en 5 grands domaines : l’affectivité négative, le détachement, l’antagonisme, la désinhibition et le psychoticisme.

Voici leur description.

Le TEST suivant, l'Inventaire de personnalité pour le DSM-5, permet aussi de prendre connaissance de ces traits au moyen d'infographies réalisées selon vos résultats. Ces infographies permettent également de vérifier si vous présentez des traits qui correspondent à la description de six troubles de la personnalité décrits par le modèle.

AFFECTIVITÉ NÉGATIVE (vs stabilité émotionnelle)

Expériences fréquentes et intenses de niveaux élevés d’une large gamme d’émotions négatives (p. ex. anxiété, dépression, culpabilité/honte, soucis, colère) et leurs manifestations comportementales (p. ex. autoagression) et interpersonnelles (p. ex. dépendance).

  • Labilité émotionnelle

    Instabilité des émotions et de l’humeur ; émotions facilement activées, intenses et/ou hors de proportion avec les événements et les circonstances.

  • Tendance anxieuse

    Sentiments de nervosité, tension ou panique en réaction à des situations diverses ; soucis fréquents à propos des effets négatifs d’expériences désagréables passées et de possibilités futures négatives ; se sent anxieux vis-à-vis de et appréhende l’incertitude ; s’attend au pire.

  • Insécurité liée à la séparation

    Peur de la solitude due au rejet ou à la séparation des personnes qui comptent pour soi, reposant sur un manque de confiance dans la capacité de prendre soin de soi, tant physiquement qu’émotionnellement.

  • Tendance à la soumission

    Adaptation de son propre comportement aux intérêts et désirs d’autrui, réels ou perçus, même si se conduire de la sorte va contre ses propres intérêts, besoins ou désirs.

  • Hostilité

    Sentiments de colère persistants ou fréquents ; colère ou irritabilité en réponse à des affronts et à des insultes minimes ; comportement mauvais, méchant ou vengeur. (Voir aussi le domaine de l'Antagonisme)

  • Persévération

    Reste sur des tâches ou sur une façon particulière de faire les choses, bien après que le comportement ait cessé d’être efficace ou fonctionnel ; poursuite du même comportement malgré des échecs répétés ou des raisons claires de l’arrêter.

  • Dépressivité Voir le domaine du Détachement.

  • Méfiance Voir le domaine du Détachement.

  • Affectivité restreinte (manque d’)

    Le manque de cette facette caractérise des niveaux faibles d’affectivité négative. Voir le domaine du Détachement.

DÉTACHEMENT (vs extraversion)

Évitement des expériences socioprofessionnelles incluant à la fois le retrait des interactions interpersonnelles (allant des interactions quotidiennes épisodiques aux relations amicales intimes) et la restriction de l’expérience et de l’expression affectives, et en particulier une capacité hédonique limitée.

  • Retrait

    Préfère être seul plutôt qu’avec les autres ; réticence pour les situations sociales ; évitement des activités et des contacts sociaux ; manque d’initiative de contact social.

  • Évitement de l’intimité

    Évitement des relations proches ou sentimentales, des attachements interpersonnels et des relations sexuelles intimes.

  • Anhédonie

    Manque de plaisir éprouvé ou d’engagement ou d’énergie dans les expériences de la vie ; déficit de la capacité à ressentir du plaisir et à s’intéresser aux choses.

  • Dépressivité

    Sentiments fréquents d’être au plus bas, misérable et/ou sans espoir, difficultés à se remettre de tels états d’âme, pessimisme à propos du futur, sentiments envahissants de honte et/ou de culpabilité, sentiments d’infériorité, idées de suicide et conduite suicidaire.

  • Affectivité restreinte

    Peu de réactions aux situations émotionnellement stimulantes ; restriction de l’expérience et de l’expression émotionnelles ; indifférence ou froideur dans les situations normalement attrayantes.

  • Méfiance

    S’attend – avec sensibilité accrue – à ce qu’autrui ait de mauvaises intentions à son égard ou cherche à lui nuire ; doute de la loyauté et de la fidélité d’autrui ; sentiments d’être maltraité, utilisé et/ou persécuté par autrui.

ANTAGONISME (vs agréabilité)

Comportements qui mettent l’individu en désaccord avec autrui, avec un sens exagéré de sa propre importance et une attente concomitante d’un traitement spécial, de même qu’une dureté avec antipathie vis-à-vis des autres, comprenant tout à la fois le fait de méconnaître les besoins et les sentiments d’autrui et le fait d’être prêt à utiliser les autres au bénéfice de la valorisation de soi.

  • Tendances manipulatoires

    Utilisation de subterfuges pour influencer ou contrôler autrui ; opère avec séduction, charme, désinvolture ou attitudes doucereuses pour aboutir à ses fins.

  • Malhonnêteté

    Tromperies et fraudes ; représentations erronées de sa personne ; enjolivement de la vérité ou inventions quand il/elle relate des événements.

  • Grandiosité

    Croit qu’il/elle est supérieur (e) aux autres et mérite un traitement spécial ; autocentré ; sentiments que tout lui est dû ; condescendant vis-à-vis d’autrui.

  • Recherche d’attention

    Se livre à un comportement destiné à attirer l’attention sur soi et à être au centre de l’attention et de l’admiration d’autrui.

  • Dureté/insensibilité

    Manque d’intérêt pour les sentiments ou les problèmes d’autrui ; manque de culpabilité ou de remords à propos des effets négatifs voire nocifs de son action sur autrui.

  • Hostilité Voir le domaine de l'Affectivité négative.

DÉSINHIBITION (vs caractère consciencieux)

Recherche de satisfactions immédiates, conduisant à un comportement impulsif déterminé par des pensées, des sentiments et des stimuli externes du moment, sans tenir compte des leçons du passé ou sans considération pour les conséquences futures.

  • Irresponsabilité

    Ne prend pas en considération – et n’honore pas – les obligations financières et les autres engagements ; ne respecte pas accords et promesses et ne les suit pas ; ne se soucie pas de la propriété d’autrui.

  • Impulsivité

    Agit sur un coup de tête en réponse à des stimuli immédiats ; agit dans l’instant, sans plan ou considération pour les conséquences ; difficulté à élaborer et à suivre des plans ; vécu d’urgence et comportement d’autoagression dans les situations de détresse émotionnelle.

  • Distractibilité

    Difficulté pour se concentrer et fixer son attention sur les tâches ; attention facilement détournée par des stimuli étrangers ; difficulté à maintenir un comportement centré sur l’objectif, qu’il s’agisse de planifier ou d’achever une tâche.

  • Prise de risque

    S’engage dans des activités dangereuses, risquées, potentiellement autodommageables, superflues, sans considération pour les conséquences ; ne se sent pas concerné par ses propres limitations et dénie la réalité d’un danger personnel ; poursuite imprudente d’objectifs sans tenir compte du niveau de risque encouru.

  • Perfectionnisme rigide (manque de)

    Insistance rigide pour que tout soit parfait, sans fautes ni erreurs, qu’il s’agisse des performances d’autrui ou des siennes propres ; incapable de faire les choses à temps à cause d’un souci excessif pour l’exactitude des détails ; croit qu’il n’y a qu’une seule bonne manière de faire les choses ; difficulté pour changer d’idée et/ou de point de vue ; préoccupé par les détails, l’organisation et l’ordre. Le manque de cette facette caractérise de faibles niveaux de désinhibition.

PSYCHOTICISME (vs lucidité)

Montre une large gamme de cognitions et de comportements culturellement incongrus, bizarres, excentriques ou inhabituels à la fois en ce qui concerne le mécanisme (perception, dissociation) que le contenu (p. ex. croyances).

  • Croyances et expériences inhabituelles

    Le sujet croit qu’il a des capacités inhabituelles comme la lecture de la pensée ou la télékinésie, fusion des pensées et des actions, expériences inhabituelles de la réalité, y compris des expériences d’allure hallucinatoire.

  • Excentricité

    Comportement, allure ou discours d’apparence étrange, bizarre, inhabituel ; pensées étranges et imprévisibles ; dit des choses inhabituelles ou inappropriées.

  • Dysrégulation cognitive et perceptuelle

    Mode de pensée et expériences bizarres ou inhabituelles, y compris des expériences de dépersonnalisation, de déréalisation et de dissociation, expériences d’états mixtes de veille-sommeil ; expériences de contrôle de la pensée.

Six troubles de la personnalité

Six troubles de la personnalité spécifiques sont définis au moyen de ce modèle alternatif.

Voyez quels sont les dysfonctionnements de la personnalité (critère A) et les traits pathologiques caractéristiques (critère B) de ces troubles.

TEST portant sur les 25 traits de personnalité pathologiques

Un TEST, l'Inventaire de personnalité pour le DSM-5, évalue ces 5 domaines et 25 facettes. Il a été publié en 2012 par le psychologue Robert F. Krueger et ses collègues (2) du groupe de travail sur les troubles de la personnalité de l'American Psychiatric Association dans le cadre de l'élaboration du DSM-5.

Des infographies permettent de visualiser comment vous vous situez par rapport aux 5 domaines et aux traits caractéristiques des six troubles de la personnalité.

FAITES LE TEST

Pour plus d'information sur la psychologie de la personnalité, voyez les liens plus bas.

(1) DSM-5, Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (« Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders »), publié par l'American Psychiatric Association en 2013.

Psychomédia
Tous droits réservés.