Le bonheur est bon pour la santé montre encore une nouvelle étude

Les personnes qui se sentent heureuses dans leur quotidien ont un risque moins élevé de mourir dans les 5 années qui suivent, selon une étude britannique publiée dans Proceedings of the National Academy of Sciences.

Andrew Steptoe et Jane Wardle de l'Université College London ont mené cette étude avec plus de 3800 personnes âgées de 52 à 79 ans qui ont indiqué leur état émotionnel 4 fois au cours d'une seule journée. Cette méthode, qui a été appelée Évaluation écologique momentanée ("Ecological Momentary Assessment"), permet d'évaluer les états psychologiques fluctuants et dépendants de l'environnement. Cette méthode donne des résultats différents d'évaluations dans lesquelles les gens doivent, de façon hors contexte, se souvenir de leur humeur.

Les personnes qui se situaient dans le tiers se sentant les plus heureuses dans leur quotidien avaient un risque de décès diminué de 35% au cours des 5 années suivantes comparativement à celles se situant dans le tiers étant les moins heureuses (7,3% de décès comparativement à 3,6%). Le groupe dans le deuxième tiers avait un risque réduit de 20%. Et cela, même en tenant compte dans l'analyse des données de l'effet d'autres facteurs tels que la santé, l'âge, la situation familiale et la situation socio-économique.

Les émotions positives peuvent contribuer à une meilleure santé physique de diverses façons, mentionnent les chercheurs. Des régions du cerveau impliquées dans le bonheur sont aussi impliquées dans des fonctions relatives aux vaisseaux sanguins et à l'inflammation par exemples, et des études ont montré que les niveaux de l'hormone du stress cortisol ont tendance à augmenter et diminuer avec les émotions.

Voyez également:

Psychomédia avec sources: CNN, Los Angeles Times. Tous droits réservés.