Benoît Mâsse, professeur à l’École de santé publique de l’Université de Montréal (ESPUM), a décrit, dans la revue Options politiques, l'efficacité de la distanciation sociale pour réduire la covid-19 au moyen d'un modèle mathématique.

Il démontre comment les mesures d’isolement, de distanciation sociale et de quarantaine sont très efficaces pour ralentir la propagation des épidémies.

L’indicateur R0 est le nombre de personnes en moyenne qui seront infectées par une personne contaminée.

« Par exemple, si R0 = 3 au 1er cycle (1re génération) d’infection, cela signifie qu’une première personne infectée va transmettre le virus à trois autres personnes. Au 2e cycle, ce seront neuf personnes qui seront touchées. Au 12e cycle, nous aurons environ un demi-million de personnes atteintes. »

« Si le R0 est moitié moins élevé, soit 1,5 au lieu de 3,0, au 12e cycle d’infection nous aurons environ 150 personnes qui seront infectées au lieu d’un demi-million. On voit toute l’importance du R0. »

Intuitivement, si R0 est moindre que 1 personne, « l’épidémie va être stoppée. »

« Dans le cas où R0 = 0,5, 100 personnes infectées vont transmettre le virus à 50 autres. Ces 50 personnes vont le transmettre à 25 et ainsi de suite. On voit que l’épidémie va disparaître. »

Présentement, on estime le R0 de la COVID-19 à environ 3. « S’il n’y a pas de R0 estimé pour le Canada en ce moment, ceux de pays où l’épidémie est plus avancée varient de 2 à 4. »

« Mathématiquement, on peut montrer que le R0 d’une épidémie est le produit de trois facteurs : 1) le risque de contracter le virus lors d’un contact, 2) le nombre de contacts par jour et 3) le nombre de jours où une personne infectée est contagieuse. »

« Afin de ralentir ou même stopper une épidémie, on doit diminuer le R0. En l’absence d’un vaccin et d’antiviraux, il y a un seul facteur sur lequel on peut intervenir : le nombre de contacts par jour. Les mesures de distanciation sociale visent spécifiquement à réduire le nombre moyen de contacts par jour par personne. »

« Et l’équation est simple : si l’on diminue le nombre de contacts de moitié, on diminue le R0 de moitié ‒ de 3 à 1,5. Si l’on parvient à réduire encore plus les contacts, on peut même arrêter l’épidémie. »

Lire la suite du communiqué de l'Université de Montréal : Le « R0 » de la pandémie.

Pour plus d'informations sur l'épidémie du COVID-19, voyez les liens plus bas.

Psychomédia avec source : Options politiques.
Tous droits réservés