Les traitements pour les troubles liés à l'alcool auraient une bonne efficacité

Un homme sur 5 (20%) présenterait au cours de sa vie un trouble lié à l'alcool: 15% développeraient un trouble d'abus et 10% un trouble de dépendance (alcoolisme), selon une récente analyse publiée dans la revue médicale The Lancet. Une femme sur 10 (8 à 10%) développerait un trouble lié à l'alcool.

L'âge le plus courant des premières consommations, indépendamment de la famille, est environ 15 ans et a peu changé depuis des décennies. La période de plus grande consommation est habituellement entre 18 et 22 ans.
L'abus d'alcool et la dépendance commencent souvent entre le début et le milieu de vingtaine, à l'âge où la plupart commence à modérer à mesure que leurs responsabilités augmentent.

L'abus régulier est associé à un risque de 40% d' épisodes dépressifs. Jusqu'à 80% des personnes dépendantes de l'alcool fument régulièrement, une co-occurence qui pourrait refléter une utilisation du tabac pour composer avec les effets de l'alcool ou des prédispositions génétiques qui se chevauchent, commentent les auteurs.

Des études ont montré qu'environ 20% des personnes dépendantes à l'alcool avaient bu modérément sans que cela cause problème au cours des derniers 12 mois. D'autres études montrent cependant qu'aussi peu que 10% réussissent à passer de longues périodes de consommation non problématique.

Alors que l'abstinence est l'objectif habituel du traitement de la dépendance aux États-Unis, les efforts pour contrôler la consommation ou pour réduire les dommages sont plus souvent considérés comme des buts appropriés en Europe.

Selon Marc Schuckit de l'Université de Californie à San Diego, auteur de l'analyse: "Malgré les perceptions contraires, les efforts pour aider les personnes à diminuer une consommation excessive réussissent couramment à amener des changements dans les comportements. De 50 à 60% s'abstiennent ou montrent une amélioration significative dans leur fonctionnement un an après le traitement et de tels résultats sont prédictifs de leur statut après 3 ou 5 ans."

Le processus de l'intervention inclut des principes de l'interview motivationnel et/ou de brèves interventions pour aider la personnes à reconnaître son problème et à faire des pas pour minimiser les difficultés futures.

Les buts de réhabilitation pour les troubles liés à l'alcool sont les mêmes que pour tout trouble chronique avec rechutes: aider à maintenir la motivation élevée, changer les attitudes par rapport au rétablissement et diminuer les risques de rechute. Une approche cognitivo-comportementale peut aider à changer la pensée concernant l'alcool et son rôle ainsi qu'à apprendre de nouveaux comportements pour le développement et la maintenance de l'abstinence ou de la diminution de consommation. L'article du Lancet discute également des différents médicaments utilisés pour le traitement de la dépendance (alcoolisme).

Psychomédia avec source:
Medical News Today

Voyez également:

Comment reconnaître l'alcoolisme (dépendance à l'alcool)?
La combinaison alcool et tabac est particulièrement néfaste
Équivalences entre boissons alcoolisées et taux d'alcoolémie légal au volant