Dépression, trouble bipolaire: les antipsychotiques prescrits sans tenir compte du poids et des facteurs de diabète

Les médecins tiennent rarement compte des facteurs de risque cardio-vasculaires et métaboliques d'une personne quand ils prescrivent des médicaments antipsychotiques (neuroleptiques), selon une étude publiée dans la revuePharmacotherapy. Des effets secondaires indésirables de ces médicaments sont notamment la prise de poids et les problèmes métaboliques, qui sont des facteurs de risque pour le développement du diabète.

Maithri Prabhakar et ses collègues de l'Université de l'Iowa et ses collègues ont analysé les prescriptions d'olanzapine (Zyprexa), de risperidone (Risperdal) et de quétiapine (Seroquel) à partir des dossiers médicaux de 340 personnes ayant des diagnostics de dépression majeure, trouble bipolaire, et trouble schizo-affectif.

La plupart des médecins avaient prescrit l'un de ces médicaments en se basant sur des critères de santé mentale seulement, tels que la présence de symptômes de manie ou de symptômes psychotiques, sans tenir compte des facteurs de santé physique qui peuvent rendre plus vulnérables aux conséquences des effets secondaires.

Ils étaient plus susceptibles de prescrire ces médicaments si une personne avait déjà été hospitalisée pour un épisode antérieur de la maladie alors qu'ils étaient moins susceptibles de les prescrire si elle prenait déjà du lithium ou si elle était mariée. Mais ni les facteurs de risques cardiovasculaire et ni les facteurs métaboliques n'influençaient la prescription.

Des études précédentes ont montré que cette classe d'antipsychotiques, dits atypiques ou de deuxième génération, est associée à un risque accru de problèmes métaboliques, de prise de poids et d'obésité.

Voyez également:

Psychomédia avec source: PsychCentral. Tous droits réservés.