Les troubles bipolaires peuvent être difficiles à distinguer d'autres troubles, notamment de la dépression, du trouble de la personnalité limite (borderline), du trouble déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) et d'un trouble d'utilisation de substance.

Les troubles bipolaires de type 1 et de type 2 posent des difficultés différentes de distinction d'autres troubles (diagnostic différentiel).

La dépression

La dépression majeure est le trouble le plus souvent confondu avec le trouble bipolaire de type 2. Dans ce trouble, la personne a vécu, au cours de sa vie, au moins un épisode de dépression majeure ainsi qu'au moins un épisode de manie ou d'hypomanie (symptômes moins sévères que la manie).

C'est souvent lors d'un épisode de dépression majeure qu'est posé le diagnostic. Or, à ce moment, il est souvent difficile de déterminer s'il y a déjà eu un épisode d'hypomanie dans le passé. Souvent, les gens ne reconnaissent pas les symptômes d'hypomanie comme significatifs et n'en parlent pas à leur médecin. Dans les cas où les épisodes de manie ou d'hypomanie sont caractérisés par une humeur irritable plutôt qu'une humeur anormalement élevée, une complexité est ajoutée car l'irritabilité est aussi un symptôme de dépression.

Le trouble bipolaire de type 1, qui est caractérisé par au moins un épisode de manie (qui passe beaucoup moins inaperçu qu'un épisode d'hypomanie) et dans lequel il n'y a pas nécessairement d'épisode de dépression majeure, est beaucoup moins fréquemment confondu avec la dépression majeure.

Voyez : Beaucoup de troubles bipolaires non diagnostiqués chez les gens prenant des antidépresseurs

Le trouble de la personnalité limite (borderline)

Les symptômes de troubles de la personnalité tels que le trouble de la personnalité limite (ou borderline) peuvent présenter un chevauchement important avec ceux des troubles bipolaires, puisque la labilité de l'humeur et l'impulsivité sont fréquentes dans les deux conditions.

Dans le trouble bipolaire, les symptômes doivent représenter un épisode distinct et une augmentation notable par rapport au niveau de base lors des périodes d'humeur normale. Un diagnostic d'un trouble de la personnalité ne doit pas être posé sur la base d'un épisode d'humeur anormale non traité à moins que l'histoire de vie soutienne la présence d'un trouble de la personnalité.

Voyez : Le trouble de personnalité limite souvent diagnostiqué comme trouble bipolaire

Le trouble déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH)

Le trouble déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) peut être diagnostiqué à tort comme un trouble bipolaire de type 2, en particulier chez les adolescents et les enfants.

De nombreux symptômes du TDAH, comme le discours rapide, les pensées qui fuient ou s'emballent, la distractibilité, et le besoin moins grand de sommeil, chevauchent des symptômes de l'hypomanie.

Pour distinguer les deux troubles, il s'agit de clarifier si les symptômes représentent un épisode distinct et une augmentation notable par rapport à un niveau de base.

Le trouble d'utilisation de substance

Des troubles d'utilisation de substance (médicaments, drogues, alcool) peuvent se manifester en symptômes de manie qui doivent être distingués du trouble bipolaire de type 1.

Il peut y avoir un chevauchement important de symptômes compte tenu d'une plus grande tendance des personnes souffrant de troubles bipolaires à surutiliser des substances lors d'un épisode d'humeur anormale. Un diagnostic primaire de trouble bipolaire doit être établi sur la base des symptômes qui restent quand les substances ne sont plus utilisées.

Psychomédia avec source : DSM-5.
Tous droits réservés