Trois études ont montré une efficacité de la psychothérapie cognitive centrée sur les schémas pour le traitement du trouble de la personnalité limite (TPL), aussi appelé trouble de la personnalité borderline, selon un communiqué de l'International Society of Schema Therapy. Cette approche a commencé à être développée par le psychologue américain Jeffrey Young au milieu des années 1980.
Les personnes souffrant de ce trouble sont généralement impulsives, instables, extrêmement sensibles au rejet, ont régulièrement des accès de colère et vivent quotidiennement avec une douleur émotionnelle extrême, indique le communiqué. Souvent, elles s'auto-mutilent et font des tentatives de suicide répétées.

Des problèmes d'identité, une faible tolérance au stress et la peur de l'abandon rendent le trouble difficile à vivre pour les personnes atteintes et leurs proches. Plusieurs personnes qui souffrent du trouble ne peuvent travailler et ne fonctionnent pas à des niveaux qui correspondent à leurs capacités intellectuelles.

Une première étude, publiée dans les Archives of General Psychiatry, montre une efficacité deux fois supérieure de la thérapie basée sur les schémas comparativement à la thérapie centrée sur le transfert (d'approche psychanalytique) couramment utilisée pour le traitement du TPL.

Les chercheurs néerlandais, Josephine Giesen-Bloo et Arnoud Arntz, ont mené cette étude avec 86 personnes recrutées dans 4 instituts de santé mentale aux Pays-Bas. Elles recevaient 2 sessions par semaine de l'une ou l'autre des thérapies pendant 3 ans. Après le traitement, le rétablissement complet était atteint chez 45% des personnes recevant la thérapie basée sur les schémas et chez 24% de celles recevant la thérapie basée sur le transfert. Le taux d'abandon était de 27% pour la première et de 50% pour la deuxième.

Dans une deuxième étude, publiée dans la revue Behavior Research and Therapy, Arnoud Arntz et Marjon Nadort ont évalué l'efficacité de cette thérapie lorsqu'utilisée de façon moins intensive dans le cadre des soins réguliers en santé mentale: 62 personnes ont été traitées dans 8 centres. Le traitement passait de deux sessions par semaine durant la première année à une par semaine la deuxième année. Bien que moins intensive, la thérapie s'est avérée aussi efficace.

Dans la troisième étude, publiée dans le Journal of Behavioral Therapy and Experimental Psychiatry, Joan Farrell, Ida Shaw et Michael Webber de l'Université d'Indiana ont ajouté, pour 32 personnes atteintes du trouble, une thérapie de groupe centrée sur les schémas au traitement habituel. La thérapie comportait 30 sessions pendant 8 mois. 94% des personnes recevant la thérapie cognitive, comparativement à 16% de celles ne recevant que le traitement habituel, ne présentaient plus les critères diagnostiques du trouble à la fin de traitement.

La thérapie centrée sur les schémas est une approche intégrative basée sur les principes de la thérapie cognitivo-comportementale. Les thérapeutes aident les personnes atteintes du TPL à changer leurs scénarios de vie, ou schémas, en utilisant des techniques cognitives, comportementales et centrées sur les émotions. Le traitement se centre sur la relation avec le thérapeute, la vie quotidienne et les expériences traumatiques de l'enfance qui sont fréquentes dans ce trouble. L'efficacité supérieure de cette thérapie découle en partie de l'utilisation d'un "re-parentage limité" qui ne fait pas partie des autres approches du TPL, selon Young.

La thérapie centrée sur les schémas et celle centrée sur le transfert sont centrées sur le changement profond de la personnalité comparativement à d'autres traitements plus récents qui sont limités à la réduction de symptômes comportementaux spécifiques tels que l'auto-mutilation, selon Young.

"D'autres traitements pour le TPL, telle que la thérapie dialectique du comportement de Marsha Linehan, ont aussi conduit à des habiletés d'adaptation plus efficaces et une réduction significative de l'auto-mutilation. Avec la thérapie centrée sur les schémas, les patients se libèrent en plus de la douleur, de la haine de soi-même et du vide, faisant des changements de personnalité plus profonds et améliorant significativement leur qualité de vie", dit-il.

Psychomédia avec source: Eurelkalert, Communiqué de l'International Society of Schema Therapy.