Les personnes souffrant de dépression majeure définissent la rémission différemment des psychiatres et cliniciens, selon une étude publiée dans le Journal of Psychiatric Research.

Les normes actuelles recommandent que l'atteinte de la rémission soit considérée comme l'objectif principal du traitement de la dépression majeure, expliquent les chercheurs. "Mais des études récentes ont montré que les patients et les cliniciens voient la rémission différemment".

"Afin de déterminer la meilleure approche pour atteindre un niveau de rémission satisfaisant pour le patient", Mark Zimmerman du Rhode Island Hospital et ses collègues ont développé un questionnaire évaluant les composantes de la dépression que les personnes en dépression estiment les plus importantes. 374 personnes traitées pour une dépression majeure ont répondu au questionnaire.

Le questionnaire incluait des questions sur les symptômes de la dépression, les symptômes non-dépressifs, les caractéristiques positives de la santé mentale, la capacité de faire face aux difficultés, la satisfaction de vie, le fonctionnement et le sentiment général de bien-être.

Alors que plusieurs psychiatres et cliniciens voient la rémission selon une perspective basée sur les symptômes, l'étude montre que les personnes traitées mettent beaucoup plus l'accent sur la satisfaction de vie et le sentiment de bien-être que sur les symptômes, ce qui confirme des études précédentes, souligne le chercheur.

"Plus de travail doit être fait pour élargir la définition de la rémission", dit-il. "Si certains symptômes sont soulagés, mais que le patient souffre toujours d'un faible sentiment de bien-être et d'une faible satisfaction de vie, alors il y a encore du travail à faire", estime-t-il.

L'étude a été financée par le laboratoire pharmaceutique Eli Lilly.

Psychomédia avec source: Rhode Island Hospital.
Tous droits réservés.