Le Lorcaserin (Belviq), médicament pour maigrir, serait modestement efficace et sécuritaire

Le médicament pour maigrir expérimental Lorcaserin serait efficace et sécuritaire pour la perte de poids, selon une étude, financée par le fabricant Arena et publiée dans le New England Journal of Medecine. Le laboratoire a déposé une demande d'autorisation de mise en marché à l'agence américaine des médicaments, la Food and Drug Adminstration (FDA).

Le Lorcaserin est un médicament agissant comme coupe-faim. Il s'agit d'une combinaison de benzazépine et d'hydrochloride. Il affecte le neurotransmetteur sérotonine en ciblant sélectivement un récepteur spécifique de celui-ci qui est associé à la faim, ce qui, indique le fabricant, permettrait d'éviter les effets secondaires cardiaques observés avec d'autres médicaments ciblant la sérotonine (tels que la fenfluramine faisant partie de la combinaison fen-phen qui a été retirée du marché en 1997 en raison de problèmes de valves cardiaques potentiellement mortels) ainsi que de potentiels effets indésirables psychiatriques.
Steven R. Smith et ses collègues ont mené cette étude avec 3 200 personnes obèses ou en surpoids. Elles étaient assignées au hasard à prendre 10 mg du médicament 2 fois par jour ou un placebo pendant un an. Elles devaient aussi suivre un régime hypocalorique et faire de l'exercice. À la fin de l'année, 55 % des personnes prenant le placebo et 45 % de celles prenant le médicament avaient abandonné l'étude. A la fin de la première année, la moitié des personnes prenant le médicament continuait de le faire pendant une autre année et l'autre moitié recevait un placebo.

Environ la moitié des personnes n'ayant pas abandonné l'étude qui ont pris lorcaserin pendant un an (tout en suivant un régime amaigrissant) ont perdu au moins 5% de leur poids de départ, comparativement à 20% de celles qui ont pris une pilule placebo. Environ une personne sur 5 a perdu 10% ou plus comparativement à une personne sur 14 avec le placebo. La perte moyenne de poids durant la première année était 5,45 Kg dans le groupe prenant le médicament comparativement à 2,2 Kg pour le groupe placebo.

Durant la 2e année, 68 % de celles qui ont continué à prendre le médicament ont maintenu leur perte de poids comparativement à 50 % dans le groupe prenant le placebo.

Les effets secondaires les plus fréquemment rapportés étaient les maux de tête, les étourdissements et les nausées, mais, dit le chercheur, ces symptômes avaient tendance à se résorber après quelques semaines.

En ce qui concerne les irrégularités cardiaques, aucune différence n'a été constatée entre les deux groupes.

Lorcaserin est l'un des trois médicaments de prescription en attende d'une approbation de mise sur le marché de la part de l'agence américaine du médicament (la FDA).

Hier, le comité consultatif de l'agence s'est prononcé contre la mise en marché de l'un d'eux, le Qnexa. Le Qnexa, du laboratoire Vivus, est une combinaison de phentermine (dérivé de l'amphétamine, utilisé pour réduire l'appétit) et de topiramate (Topamax, un antiépileptique). La décision finale sera rendue en octobre.

L'autre médicament à l'étude est le Contrave du laboratoire Orexigen Therapeutics. Il s'agit d'une combinaison de bupropion (Wellbutrin, un antidépresseur notamment utilisé pour aider le sevrage tabagique) et de naltrexone (Revia ou Nalorex, un médicament contre les addictions aux drogues et à l'alcool).

Voyez également:

Quels sont les médicaments pour maigrir
Coupe faim, brûleurs et bloqueurs de graisse, ... : quels sont les produits vendus pour maigrir?
Neufs produits pour maigrir testés par des chercheurs

Psychomédia avec source:
WebMD
Tous droits réservés