Être mis en quarantaine peut avoir des effets psychologiques négatifs durables selon les enseignements tirés de précédentes épidémies, montre une étude publiée dans The Lancet.

Afin de contrôler l'épidémie actuelle de COVID-19, de nombreux pays ont demandé à des gens de s'isoler chez eux ou dans une installation de quarantaine dédiée.

Financée par des organismes gouvernementaux britanniques, l'étude a passé en revue les recherches sur l'impact psychologique de la mise en confinement pendant un certain nombre de semaines lors de précédentes épidémies.

Samantha Brooks de l'Institut de psychiatrie, de psychologie et de neurosciences (IoPPN) du King's College de Londres et ses collègues ont analysé 24 études, réalisées dans 10 pays, portant sur des personnes atteintes du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), du virus Ebola, de la grippe H1N1, du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) et de la grippe équine.

L'étude a montré un large éventail d'impacts psychologiques de la mise en isolement, dont des symptômes de stress post-traumatique, de dépression, des sentiments de colère et de peur et l'abus de substances.

Certains de ces impacts, en particulier les symptômes de stress post-traumatique, s'avèrent être de longue durée. Dans les études analysées, les personnes ayant des antécédents de troubles psychiatriques et les travailleurs de la santé ont subi des impacts psychologiques plus importants.

« La constatation que ces effets peuvent encore être détectés des mois ou des années plus tard est particulièrement préoccupante et indique que des mesures devraient être mises en place au cours du processus de planification de la quarantaine pour minimiser ces effets psychologiques », souligne la chercheure.

L'analyse suggère que les travailleurs de la santé méritent une attention particulière et que ceux qui ont déjà des problèmes de santé mentale auraient besoin d'un soutien supplémentaire pendant la quarantaine.

Des quarantaines plus longues étaient associées à une moins bonne santé mentale. D'autres facteurs étaient le manque de fournitures de base telles que la nourriture, l'eau et les vêtements, ainsi qu'une mauvaise transmission d'information de la part des autorités de santé publique concernant l'objectif de la quarantaine et les lignes directrices des actions à entreprendre.

En ce qui concerne la période post-quarantaine, les pertes financières dues à l'incapacité de travailler et la stigmatisation liée à la maladie elle-même étaient également liées aux problèmes de santé mentale.

« Les personnes mises en quarantaine ressentent déjà une grande peur d'être infectées et de pouvoir en infecter d'autres. Lorsqu'elles sont en quarantaine, elles sont souvent sujettes à des interprétations catastrophiques des événements et l'absence d'informations précises peut aggraver la situation », explique Neil Greenberg, coauteur.

Il est important que les personnes en quarantaine aient accès à des informations actualisées et précises, et que les raisons de la quarantaine et de toute modification du plan de quarantaine soient communiquées clairement et de manière cohérente, notamment en ce qui concerne la durée, soulignent les chercheurs.

La période de quarantaine doit être aussi courte que possible et sa durée ne doit pas être modifiée, sauf dans des circonstances extrêmes, car de tels changements peuvent avoir des répercussions importantes sur la santé mentale, ajoutent-ils.

Aucune étude n'a comparé les effets psychologiques de la quarantaine obligatoire et de la quarantaine volontaire, mais des études indiquent que la mise en évidence de l'aspect altruiste de la quarantaine en termes de sécurité des autres pourrait rendre le stress et la frustration de la situation plus faciles à supporter.

« Les responsables de la santé chargés de mettre en œuvre les quarantaines doivent se rappeler que tout le monde n'est pas dans la même situation et que les gens peuvent avoir des expériences très différentes du même plan de quarantaine », mentionne Simon Wessely, coauteur.

« La communication et la transparence sont essentielles et la quarantaine volontaire, pratiquée par altruisme pour protéger les autres, sera toujours associée à des conséquences moins graves que la quarantaine imposée », concluent les chercheurs.

Pour plus d'informations sur l'épidémie de coronavirus, voyez les liens plus bas.

Psychomédia avec sources : King’s College London, The Lancet.
Tous droits réservés