Dans la revue Nature, la psychologue Desiree Dickerson, spécialisé sur les questions de santé mentale dans le milieu académique, présente sept conseils pour gérer le bien-être pendant l'épidémie.

À la mi-mars, rapporte-t-elle, elle devait animer un atelier sur la résilience et le bien-être pour des doctorants en Suède, mais il se retrouvait plutôt en quarantaine avec deux jeunes enfants dans son appartement en Espagne.

Comme pour beaucoup de gens, son sens de la résilience se détériorait de plus en plus, narre-t-elle.

Il présente quelques conseils qui sont ressortis de discussions qu'il a eues avec des responsables universitaires et des étudiants sur la façon de répondre à la covid-19 :

  1. Gérer vos attentes en matière de productivité

    Il est peu probable que l'isolement soit l'occasion de redoubler de productivité.

    Il ne faut pas sous-estimer la charge cognitive et émotionnelle que cette pandémie entraîne ni l'impact qu'elle aura sur la productivité, du moins à court terme.

    Il faut s'attendre à des difficultés de concentration, une faible motivation et un état de distraction.

    L'adaptation prend du temps. Allez-y doucement. Alors que nous nous acclimatons à ce nouveau rythme de travail à distance et à l'isolement, nous devons être réalistes dans les objectifs que nous nous fixons, tant pour nous-mêmes que pour les autres.

  2. Gérer de manière proactive votre seuil de stress

    Essayez d'établir des bases solides pour votre santé mentale et votre bien-être en accordant la priorité à votre sommeil et en pratiquant une bonne hygiène du sommeil (par exemple, évitez les lumières bleues avant de vous coucher et maintenez une routine autour de vos heures de sommeil et de réveil).

    Mangez bien (soyez conscient que vous pourriez être enclin à vous adonner à l'alcool, ou à d'autres indulgences, pour gérer votre stress ; c'est compréhensible, mais potentiellement dommageable à long terme).

    Faites de l'exercice. Il réduira votre niveau de stress, vous aidera à mieux réguler vos émotions et améliorera votre sommeil.

  3. Connaissez vos drapeaux rouges

    Une façon de gérer les moments de détresse est d'identifier les pensées clés ou les sensations physiques qui tendent à contribuer à votre cycle de détresse et à votre sentiment d'être dépassé.

    Nos pensées (« Pourquoi ne puis-je pas me concentrer ? »), nos sentiments (frustration, inquiétude, tristesse), nos sensations physiques (tension, maux d'estomac, nervosité) et nos actions (comme la vérification compulsive des dernières statistiques COVID) alimentent et amplifient ces spirales émotionnelles négatives.

    S'attaquer à un aspect de cette boucle, par exemple en réduisant activement les symptômes physiques, peut désamorcer le cycle et aider à reprendre le contrôle.

  4. La routine est votre amie

    La routine aide à gérer l'anxiété et à s'adapter plus rapidement à la réalité actuelle.

    Faites une distinction claire entre le temps de travail et le temps libre, idéalement dans votre espace de travail physique et dans votre espace mental, suggère-t-elle.

    Trouvez quelque chose à faire qui ne soit pas lié au travail ou au virus et qui vous apporte de la joie. Travailler par petites touches avec des pauses claires vous aidera à maintenir la clarté de vos pensées.

  5. Faites preuve de compassion envers vous-même et les autres

    Il y a beaucoup de choses que nous ne pouvons pas contrôler en ce moment, mais la façon dont nous nous parlons à nous-mêmes en ces temps difficiles peut soit soulager, soit amplifier notre détresse. (Trois composantes de la compassion envers soi-même)

    Les moments où nous nous sentons dépassés par les événements s'accompagnent souvent de pensées telles que « Je suis incapable » ou « C'est trop dur ». Cette pandémie va causer beaucoup de stress pour beaucoup d'entre nous, et nous ne pouvons pas être au mieux de notre forme en permanence. Mais nous pouvons demander de l'aide ou tendre la main quand on nous demande de l'aide.

    (TEST : Comment est votre compassion envers vous-même ?)

  6. Maintenir les connexions

    Même les plus introvertis d'entre nous ont besoin d'un sentiment de connexion avec les autres pour leur santé mentale et physique. De nombreux groupes de travail ont créé des forums virtuels où vous pouvez contribuer ou simplement profiter du bavardage. Des équipes de travail ont mis en place des groupes de café virtuels, des clubs de lecture en ligne et des espaces de co-travail où vous pouvez travailler en présence (virtuelle) d'autres personnes. Nous sommes isolés socialement, mais nous ne devons pas nous sentir seuls. Allez à la rencontre de ceux qui pourraient être particulièrement isolés.

  7. Gérer l'incertitude en restant dans le présent

    Prenez chaque jour comme il vient et concentrez-vous sur les choses que vous pouvez contrôler. La pleine conscience et la méditation peuvent être d'excellents outils. (Pour réduire le stress : équilibrer l'attention au moment présent et la proactivité)

Cette période sera probablement stressante pour nous tous. En adoptant de bonnes mesures de santé mentale et de bien-être, et en nous appuyant sur les autres si nécessaire, nous pouvons nous protéger et protéger ceux qui nous entourent.

Ces conseils recoupent considérablement ceux émis par différentes associations de psychologie à travers le monde dont ceux de l'American Psychological Association et ceux de l'Ordre des psychologues du Québec.

Pour plus d'informations sur la covid-19, la psychologie et la santé mentale et sur la maladie du COVID-19, voyez les liens plus bas.

Psychomédia avec source : Nature.
Tous droits réservés