Bientôt plus de décès dus au cancer qu'aux maladies cardiovasculaires

Le nombre de décès attribuables au cancer pourrait bientôt dépasser le nombre de décès attribuables aux maladies cardiovasculaires selon Statistique Canada. En 2004, ces maladies et le cancer confondus ont causé environ 6 décès sur 10.

Depuis 25 ans, la proportion de décès attribuables aux maladies cardiovasculaires
est à la baisse, tandis que la proportion attribuable au cancer est à la hausse.

Du point de vue des taux de mortalité, toutefois, on observe une baisse pour ces deux causes, mais la diminution de taux est plus marquée pour les décès dus aux maladies cardiovasculaires que pour ceux dus au cancer.

En 1979, les maladies cardiovasculaires étaient à l'origine de 47 % de tous les décès au Canada. En 2004, ce pourcentage était passé à 32 %.

L'inverse s'observe en ce qui concerne le cancer, qui est la deuxième cause de décès en importance au Canada. En 1979, 23 % de tous les décès au Canada étaient attribuables au cancer. En 2004, ce pourcentage était passé à 30 %.

En 2004, 66 947 personnes sont décédées du cancer, en hausse de 6,8 % par rapport à 2000. En revanche, 72 338 personnes sont décédées de maladies cardiovasculaires, en baisse de 4,9 % par rapport à 2000.

Afin d'éliminer les effets du vieillissement de la population sur les taux de mortalité, les comparaisons dans le temps utilisent des «taux de mortalité normalisés selon l'âge». Ces derniers suppriment l'effet des différences dans la structure d'âge de diverses populations selon différentes zones géographiques et sur une certaine période.

Le taux de mortalité normalisé selon l'âge pour les maladies cardiovasculaires a diminué de 16 % entre 2000 et 2004, tandis que celui pour le cancer a diminué de 4 % au cours de cette même période.

En 2000, les hommes et les femmes avaient des taux de mortalité normalisés selon l'âge plus élevés pour les maladies cardiovasculaires que pour le cancer.

En 2003 et en 2004, les taux de mortalité normalisés selon l'âge chez les femmes étaient plus élevés pour le cancer que pour les maladies cardiovasculaires.

Source: Statistique Canada, Le Quotidien

Voyez également:

Cancer:

Les cas de cancer vont doubler de 2000 à 2030
Le Québec vers une crise du cancer
Cancer: Comment vont les conjoints 7 ans plus tard?
Cancer : plusieurs croient davantage au destin qu'aux facteurs de risque
La chimiothérapie affecte le cerveau et les habiletés mentales

Maladies cardiovasculaires:

Réduire le sel de 25% réduit le risque cardio-vasculaire de 25% à long terme
Le chocolat noir diminue l'hypertension mais pas le thé vert ou noir
L'optimisme protégerait la santé du coeur
Le sentiment de solitude augmente le risque d'hypertension

Pour vous exprimer sur ce sujet, visitez nos FORUMS Santé et bien-être et S'adapter à la maladie