Les Belges invités à traiter leurs troubles du sommeil

À l'occasion du lancement par des laboratoires et cliniques du sommeil en Belgique d'une campagne d'information nationale, une enquête réalisée par le bureau Ipsos révèle que presque 1 Belge sur 4 souffre de troubles du sommeil.

L'enquête menée auprès de 967 personnes révèle que 23% des Belges souffrent de troubles du sommeil et que ceux-ci ont une influence sur leur fonctionnement durant la journée", affirme Elke De Valck, professeur à la VUB. Un tiers des Belges se sentiraient ainsi somnolent pendant la journée.
Éprouver des difficultés à s'endormir ou à se rendormir, se réveiller trop tôt ou simplement dormir trop peu d'heures sont les problèmes les plus fréquemment rapportés. Les personnes qui y sont confrontées au moins trois fois par semaine au cours d'une période de six mois souffrent de troubles du sommeil.

Il y a un le lien entre troubles du sommeil et problèmes de santé, insiste le professeur De Valck. "Il est ainsi connu qu'une insomnie chronique peut mener à la dépression et à d'autres problèmes psychologiques et physiques".

Un trouble du sommeil peut être soigné par une hygiène de vie, une thérapie cognitivo-comportementale ou, si nécessaire, des médicaments, rappelle Elke De Valck, professeur à la VUB.

Les personnes souffrant de troubles du sommeil sont principalement de personnes âgées de 45 ans et plus, et de façon plus importante, de 50 ans et plus. L'enquête montre que 68% des personnes ayant des troubles du sommeil sont des femmes.

Les personnes qui sont en couple sont moins sujettes aux problèmes de sommeil, les célibataires encore moins mais les personnes divorcées en souffrent plus.

Celles qui optent pour un traitement utilisent des somnifères classiques (24%) ou des remèdes naturels (10%) ou une combinaison des deux (4%). Dans la catégorie des plus de 55 ans, un Belge sur dix prend des somnifères classiques par rapport à 6% de la population en général. Le traitement est généralement prescrit par le médecin généraliste (86%).

En ce qui concerne la médication, le professeur Poirrier du CHU Joliment à Liège, présente les mérites de l'hormone du sommeil, la mélatonine, comme alternative aux benzodiazépines plus connus: "Il existe maintenant un médicament qui imite la diffusion naturelle d'hormone dans le cerveau et peut aider à restaurer les phases de sommeil."

PsychoMédia avec sources:
Le Vif
Medinet

Voyez également:

Combattre l'insomnie
Quels sont les troubles du sommeil?
Médicaments pour le traitement de l'insomnie
L'insomnie, le symptôme le plus sévère et le plus fréquent de la ménopause
DOSSIER: Sommeil, insomnie, troubles du sommeil