La psychothérapie aide à éviter que les pensées tristes évoluent en dépression

La tristesse peut déclencher une rechute en dépression majeure selon une recherche canadienne. Plus de 50% des gens ayant reçu un diagnostic de dépression majeure vivent une rechute.

Mais cela risque davantage de se produire chez les personnes dont la dépression a été traitée par médicaments antidépresseurs que chez celles dont le traitement a été une psychothérapie cognitivo-comportementale.
La tristesse peut amener des pensées dysfonctionnelles évoluant vers la pensée dépressive, suggèrent Zindel V. Segal de l'Université de Toronto et ses collègues.

Des études précédentes ont montré que certaines personnes rétablies d'une dépression présentent toujours des modes de pensée associés à la dépression. Ces modes de pensée incluent certaines façons d'expliquer des événements ou certaines croyances négatives sur sa propre valeur.

L'étude a été menée avec 99 personnes s'étant rétablies d'une dépression majeure; 40 d'entre elles avaient reçu un traitement par antidépresseurs (Zoloft, Paxil ou Effexor) et 59 avaient participé à une psychothérapie d'approche cognitive.

Les participants se prêtaient à un exercice induisant un état de tristesse (écouter une musique triste en se remémorant un événement triste de leur vie) afin de mesurer leur tendance à s'adonner à des pensées dépressives dysfonctionnelles lorsque l'humeur devient négative.

Ceux dont la pensée devenait plus dysfonctionnelle durant cet exercice étaient ceux qui se sont avérés plus susceptibles de vivre une rechute de dépression majeure dans les 18 mois suivants, ce qui a été le cas de 51% des participants.

Cette réactivité cognitive à la tristesse prédisait mieux la rechute que le meilleur prédicteur connu jusqu'à maintenant, c'est-à-dire le nombre de rechutes antérieures.

La tristesse provoquée par l'exercice était plus susceptible de déclencher des pensées dysfonctionnelles chez les participants ayant été traités avec un antidépresseur que chez ceux ayant participé à une thérapie cognitive.

La recherche suggère donc qu'une approche de traitement de la dépression qui cible directement les styles de pensées pourrait être un outil efficace pour prévenir un nouvel épisode de dépression.

Malgré que 50% des gens ayant reçu un diagnostic de dépression majeure vivent une rechute, le traitement de la dépression ne vise souvent qu'à réduire les symptômes dans la phase aigue de la maladie. Peu d'attention est portée à réduire le risque de récidive et à développer des mesures qui permettraient d'identifier les gens qui sont plus à risque.

Le chercheur étudie actuellement un traitement de la dépression consistant à enseigner comment composer avec les changements dans la pensée reliés aux changements d'humeur en pratiquant la méditation de pleine conscience ("mindfulness meditation").

Voyez également:

La psychothérapie cognitive de pleine conscience pour le traitement de la dépression
Quelles sont les différentes approches en psychothérapie ?
Dépression, anxiété, colère : remettre en question les pensées automatiques
Dépression: La psychothérapie cognitive aussi efficace que la médication
DOSSIER: Dépression

Psychomédia avec sources: Medical News Today. Tous droits réservés