Dépression : un scan du cerveau prédit si une psychothérapie ou un antidépresseur est le meilleur traitement

Un scan de l'activité cérébrale prédisait si des personnes atteintes de dépression atteindraient mieux la rémission avec un antidépresseur ou une psychothérapie, dans une étude financée par le National Institutes of Health (NIMH) américain et publiée dans le Journal of the American Medical Association (JAMA) Psychiatry.

"Pour le traitement des troubles mentaux, l'imagerie cérébrale reste avant tout un outil de recherche, mais ces résultats démontrent comment elle peut être sur le point d'aider à la prise de décision clinique", a déclaré le directeur du NIMH, Thomas R. Insel.

Actuellement, environ 40% des personnes traitées atteignent une rémission suite à un premier traitement par antidépresseur ou psychothérapie.

Au moyen de la tomographie par émission de positrons (PET scanner), Helen Mayberg de l'Université Emory (Atlanta) et ses collègues ont pris des images de l'activité du cerveau au repos chez 63 personnes atteintes de dépression avant qu'elles entament un traitement.

L'activité dans une zone spécifique permettait de prédire les résultats de la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) ou de l'antidépresseur escitalopram (noms commerciaux: Seroplex, Lexapro, Cipralex ...).

Une faible activité dans l'insula (aussi appelée cortex insulaire) antérieure de l'hémisphère droit signalait une probabilité significativement plus élevée de rémission avec la TCC et une faible réponse à l'escitalopram. Inversement, une hyperactivité dans l'insula prédisait la rémission avec l'escitalopram et une mauvaise réponse à la psychothérapie.

Parmi plusieurs sites d'activité cérébrale liés au résultat, l'insula antérieure prédisait le mieux la réponse aux deux traitements. Cette région est connue pour être importante dans la régulation des états émotionnels, de la conscience de soi, de la prise de décision et d'autres tâches cognitives.

Dans des études précédentes, des changements dans l'activité de l'insula ont été observés pour différents traitements de la dépression, dont les antidépresseurs, l'entraînement à la pleine conscience, la stimulation du nerf vague et la stimulation cérébrale profonde.

Si ces résultats sont confirmés par de prochaines études, les scans de l'activité de l'insula antérieure pourrait devenir cliniquement utiles pour guider vers des décisions thérapeutiques initiales plus efficaces, conclut la chercheuse. Il s'agirait d'un premier pas vers une médecine personnalisée pour le traitement de la dépression majeure, ajoute-t-elle.

Voyez également:

Psychomédia avec source: National Institutes of Health.
Tous droits réservés