La dépression est favorisée par les aliments pro-inflammatoires tels que la viande rouge, selon une étude publiée dans le British Journal of Nutrition.

Des études ont montré que des facteurs alimentaires et des marqueurs d'inflammation jouent un rôle dans le développement de la dépression. Mais très peu d'études ont exploré l'association entre le potentiel inflammatoire de l'alimentation et le risque de dépression, soulignent les auteurs de l'étude.

Nitin Shivappa de l'Université de Caroline du Sud et ses collègues ont examiné l'association entre l'« indice inflammatoire alimentaire », qui a été développé pour mesurer le potentiel inflammatoire de l'alimentation, et le risque de dépression chez 6438 femmes âgées en moyenne de 52 ans au début de l'étude et interrogées 5 fois en 12 ans.

1156 femmes (18 %) ont connu un épisode de dépression au cours de 9 années. Les femmes dont l'alimentation était la plus anti-inflammatoire avaient un risque réduit d'environ 20 % comparativement aux femmes ayant l'alimentation la plus pro-inflammatoire.

Des aliments qui favorisent l'inflammation sont notamment les viandes rouges, les graisses saturées ainsi que les aliments ayant un fort indice glycémique tels que les sucres raffinés et les farines blanches.

D'autres aliments sont au contraire anti-inflammatoires : 5 aliments efficaces contre l'inflammation sous-jacente à plusieurs maladies chroniques

Psychomédia avec source : British Journal of Nutrition.
Tous droits réservés