L'amélioration de l'alimentation peut constituer un traitement de la dépression, a montré pour la première fois une étude publiée dans la revue BMC Medicine.

« Nous savons depuis un certain temps qu'il existe un lien évident entre la qualité de l'alimentation et le risque de dépression », explique Felice Jacka de l'Université Deakin (Ausatralie), coauteure et présidente de l'International Society for Nutritional Psychiatry Research.

« C'est le cas dans tous les pays, cultures et groupes d'âge, avec des régimes alimentaires sains associés à un risque réduit et des régimes malsains associés à un risque accru de dépression. »

Mais cette étude, précise-t-elle, est le premier essai randomisé qui a testé directement si une intervention pour l'amélioration de la qualité de l'alimentation peut réellement traiter la dépression clinique.

Jacka et ses collègues ont mené cette étude avec 67 personnes souffrant de dépression majeure et ayant une alimentation de faible qualité. (La dépression majeure peut être légère, modérée ou sévère)

Elles ont été assignées au hasard à participer, pendant 12 semaines, à des séances hebdomadaires de formation et d'assistance pour améliorer leur alimentation ou à des séances de support social.

L'accent était principalement mis sur :

  • l'augmentation de la consommation des 12 groupes alimentaires suivants :

    • grains entiers (5 à 8 portions par jour) ;
    • légumes (6 par jour) ;
    • fruits (3 par jour) ;
    • légumineuses (3-4 par semaine) ;
    • produits laitiers faibles en gras et non sucrés (2-3 par jour) ;
    • noix crues et non salées (1 par jour) ;
    • poisson (au moins 2 par semaine) ;
    • viandes rouges maigres (3-4 par semaine) ;
    • poulet (2-3 par semaine) ;
    • œufs (jusqu'à 6 par semaine) ;
    • huile d'olive (3 cuillères à soupe par jour).
  • la réduction de la consommation des aliments suivants :

    • bonbons ;
    • céréales raffinées ;
    • aliments frits ;
    • fast-food ;
    • viandes transformées ;
    • boissons sucrées (pas plus de 3 par semaine) ;
    • vin rouge ou blanc au-delà de 2 verres standard par jour et tous les autres alcools (par ex. spiritueux, bière).

Les participants du groupe d'intervention diététique ont connu une réduction beaucoup plus importante de leurs symptômes dépressifs. Un tiers d'entre eux répondaient aux critères de rémission de la dépression comparativement à 8 % des membres du groupe de soutien social.

« Ces résultats ne s'expliquent pas par des changements dans l'activité physique ou le poids corporel, mais sont étroitement liés à l'ampleur du changement du régime alimentaire », souligne la chercheure.

Ceux qui ont adhéré le plus étroitement au programme diététique ont obtenu la plus grande réduction de leurs symptômes.

« Environ la moitié des personnes atteintes de dépression sont aidées par les thérapies médicales et psychologiques actuellement disponibles », indique-t-elle. « De nouvelles options de traitement sont nécessaires de façon urgente. »

« Il est important de noter que la dépression augmente également le risque de maladies physiques courantes comme l'obésité, le diabète de type 2 et les maladies cardiaques. L'amélioration de l'alimentation serait également bénéfique pour ces maladies. »

L'étude suggère la nouvelle possibilité d'ajouter des diététiciens cliniques aux équipes de soins de santé mentale et de mettre le soutien diététique à la disposition des personnes souffrant de dépression, conclut-elle.

Cette étude ayant été menée avec des personnes ayant une alimentation de faible qualité, les résultats ne sont potentiellement pas généralisables aux gens qui ont déjà une très bonne alimentation.

Pour plus d'informations sur l'alimentation et la dépression, voyez les liens plus bas.

Psychomédia avec sources : Deakin University, BMC Medicine (2017).
Tous droits réservés.