Voyez également : Médicaments du TDAH : dernières actualités.

Voici les types de médicaments généralement utilisés pour le traitement du trouble déficit d'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH). Ces médicaments ne guérissent pas le trouble mais aident à contrôler les symptômes.

Les psychostimulants

Il s'agit de la classe de médicaments la plus fréquemment utilisée.
Les médicaments psychostimulants agissent en augmentant les niveaux de certains neurotransmetteurs, la dopamine, l'adrénaline et la noradrénaline. Ils améliorent la concentration et le contrôle du comportement.

Il y a deux types de stimulants :
  • Le stimulant méthylphénidate (noms commerciaux Ritaline, Ritalin, Concerta, Quasym, Metadate). En France, le méthylphénidate est le seul médicament indiqué pour le TDAH (information à jour en février 2015).

  • Les stimulants à base d'amphétamine tels que le Adderall et le Dexedrine.

Efficacité

Ils amélioreraient les symptômes de TDAH chez environ 70 % des adultes et 70 %-80 % des enfants. Les deux types sont également efficaces selon l'American Academy of Pediatrics (AAP).

Effets secondaires

Les effets secondaires les plus fréquents sont l'appétit diminué, les maux de tête et d'estomac, la difficulté d'endormissement, la nervosité et le retrait social. Ces effets peuvent être atténués en ajustant le dosage ou le moment de la journée où est pris le médicament. De 15 % à 30 % des enfants développent des tics (comme un clignotement excessif des paupières et des grimaces) en prenant des stimulants. Il s'agit d'un effet secondaire qui disparaît à l'arrêt du médicament.

Les psychostimulants amèneraient une légère diminution de croissance. Selon une récente revue des recherches sur le sujet, les enfants qui prennent des stimulants seraient légèrement moins grands et moins pesants. À l'âge de dix ans, ils mesureraient en moyenne 1 à 2 centimètres de moins. On ne sait pas encore si cette différence est rattrapée plus tard.

Ces médicaments stimulants peuvent élever la pression sanguine. En mai 2006, Santé Canada a émis un avertissement que les gens ayant une pression sanguine élevée, une maladie cardiaque ou d'autres problèmes médicaux devraient éviter les médicaments stimulants pour le trouble déficit d'attention et hyperactivité. Aux États-Unis et au Canada, ces médicaments doivent être accompagnés d'un avertissement concernant des risques potentiels de problèmes cardiaques et de mort soudaine. Un avertissement de risque de symptômes psychotiques (tels que l'agressivité, les hallucinations et la manie) doit aussi apparaître sur l'emballage. Voyez à ce sujet :


Ces médicaments présentent un potentiel d'abus et de dépendance.

Les médicaments non stimulants

  • L'atomoxetine (Strattera) a été le premier médicament non stimulant approuvé pour le traitement du TDAH. Cette classe de médicaments est généralement considérée moins efficace que les stimulants.

    Comme les stimulants, elle agit sur la noradrénaline. Elle aide ainsi à augmenter la capacité d'attention et à réduire les comportements impulsifs et l'hyperactivité. N'étant pas un stimulant elle ne se prête pas à l'abus et à la dépendance.

    Effets secondaires

    Cette classe n'amène pas certains des effets secondaires des psychostimulants comme l'insomnie. Elle peut toutefois amener d'autres effets secondaires tels que des étourdissements, des malaises à l'estomac, une baisse d'appétit, des nausées, de la fatigue, de la somnolence et des sautes d'humeur, particulièrement au début de la médication. Un avantage important de cette classe de médicaments est qu'elle agit plus longtemps et de façon plus égale sans l'effet de montagnes russes des stimulants (au début et à la fin de l'effet).

    Mise en garde contre le Strattera utilisé dans le traitement de l'hyperactivité

  • La guanfacine (Intuniv) à action prolongée est un autre médicament non stimulant plus récemment autorisé. Le traitement nécessite un suivi médical étroit et spécialisé en raison du profil d’effets indésirables et le potentiel d’interactions pharmacologiques.

    Ce médicament est notamment autorisé aux États-Unis (2009) et au Canada (2013) dans cette indication.

    TDAH : le médicament non stimulant guanfacine en voie d'être autorisé en Europe (2015)