Changer une seule habitude a un effet domino sur d'autres habitudes, rapportent une étude publiée dans la revue Archives of Internal Medicine.

Les gens ont souvent plusieurs habitudes qui les mettent à risque accru d'obésité, de maladies cardiaques et de cancers. Il est ainsi souvent difficile de savoir par où commencer pour changer ces mauvaise habitudes, soulignent les chercheurs. Selon cette étude, deux changements de comportements sont plus efficaces que d'autres pour entraîner une amélioration du mode de vie.

Bonnie Spring de l'Université Northwestern et ses collègues ont mené cette étude avec 204 personnes, âgées de 21 à 60 ans, qui ont été assignées au hasard à un de 4 groupes ayant des objectifs différents:

  • augmenter la consommation de fruits et légumes et l'activité physique
  • diminuer la consommation de gras et les loisirs sédentaires
  • diminuer la consommation de gras et augmenter l'activité physique
  • augmenter la consommation de fruits et légumes et diminuer les loisirs sédentaires

Durant 3 semaines, les participants transmettaient en ligne leurs données concernant ces habitudes. Ils pouvaient gagner jusqu'à 175.00 $ en rencontrant leurs buts. Et, pour les six mois suivants, ils gagnaient une somme plus modeste s'ils continuaient à fournir des renseignements sur ces habitudes mais il ne leur était plus demandé d'atteindre d'objectifs. À la surprise des chercheurs, les participants ont maintenu en bonne partie leurs changements.

Le plus grand effet domino était observé lorsque les participants visaient à:

  • diminuer le temps passé devant les écrans
  • et à consommer plus de fruits et légumes.

"Ces deux changements ont un grand effet global et les gens ne se sentent pas submergés", rapporte la chercheuse. Augmenter les fruits et légumes semblait augmenter la confiance de pouvoir faire d'autres changements, souligne-t-elle. Et, diminuer le temps passé devant la télévision et l'ordinateur réduisait la consommation d'aliments gras et/ou sucrés en plus de faire bouger davantage.

Dans l'ensemble, du début de l'étude à la fin des 3 semaines puis à la fin de 6 mois, le nombre moyen de portions de fruits et légumes est passé de 1.2 à 5.5 puis à 2.9; le nombre de minutes de loisirs sédentaires, de 219 à 89 puis à 125.7 et la proportion de calories provenant de gras saturés de 12% à 9,4% puis à 9,9%.

Psychomédia avec source: Northwestern University . Tous droits réservés.