Le stress au travail lié à l'insatisfaction et à la dépression

Le stress au travail lié à l'insatisfaction et à la dépression
Selon une enquête de Satistique Canada la majorité des travailleurs canadiens se disent satisfaits de leur emploi. Un peu plus de 8% de ceux-ci, soit 1 personne sur 12, se disent insatisfaits. Plus le travail est stressant, plus ils sont insatisfaits de leur travail et plus ils sont à risque de dépression.

Causes d'insatisfaction au travail

L'insatisfaction au travail est reliée au stress, aux horaires de travail et aux salaires.

Chez les travailleurs qui considéraient que la plupart de leurs journées de travail étaient extrêmement stressantes, 1 sur 4 était insatisfait de son travail. En revanche, chez les travailleurs pour lesquels le stress n'était pas vraiment un problème, seulement 1 sur 15 était insatisfait.

Les hommes et les femmes qui travaillaient par quarts de soirée ou de nuit étaient plus susceptibles d'être insatisfaits de leur travail que ceux ayant un horaire normal de jour.
Le salaire était plus fortement corrélé à la satisfaction au travail chez les hommes. Alors que 15 % des hommes dont le revenu annuel était inférieur à 20 000$ étaient insatisfaits de leur travail, cela était le cas de moins de 5 % de ceux gagnant au moins 60 000$.

Impact de l'insatisfaction sur la santé

L'étude a également révélé que, comparativement aux travailleurs qui étaient satisfaits de leur travail, des pourcentages relativement importants de travailleurs insatisfaits avaient déclaré que leur santé physique et mentale était passable ou mauvaise.

L'insatisfaction au travail était liée au nombre de jours d'incapacité pris au cours de deux semaines. Les travailleurs insatisfaits avaient pris en moyenne près de trois fois plus de journées d'incapacité que les travailleurs qui étaient très satisfaits de leur travail.

Causes de stress

Par ailleurs, 19 % des travailleurs et 27 % des travailleuses ont déclaré éprouver de fortes tensions et contraintes au travail, les exigences de leur emploi l'emportant sur leur capacité de prendre des décisions et de mettre en pratique leurs compétences.

Environ 17 % des travailleurs et 16 % des travailleuses ont déclaré un faible soutien des surveillants, et près du tiers des travailleurs de l'un et l'autre sexe ont déclaré un faible soutien des collègues. Environ le quart des travailleurs ont déclaré des niveaux élevés de stress général dans leur vie quotidienne.

Stress et dépression

Les hommes et les femmes éprouvant de fortes tensions et contraintes au travail étaient respectivement 2,5 fois et 1,6 fois plus susceptibles d'avoir vécu un épisode dépressif que leurs homologues dont les tensions et contraintes au travail étaient faibles.

Les hommes et les femmes qui considéraient que la plupart de leurs journées étaient assez ou extrêmement stressantes étaient plus de trois fois plus susceptibles d'avoir vécu un épisode dépressif majeur comparativement à ceux qui ont déclaré de faibles niveaux de stress général.

Ces données proviennent de l'Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes de 2002.

Psychomédia avec source:
Statistique Canada, Rapports sur la santé, vol. 17, no 4. (www.statcan.ca)

Voyez également:

- Le travail de soir, de nuit et de fin de semaine nuisible pour la famille
- Les compressions d'effectifs entraînent des problèmes de santé (Canada)
- Les emplois stressants menacent la santé des babys boomers
- Stress au travail: mauvais pour la santé et le poids
- DOSSIER: Stress, mode de vie et santé
- DOSSIER: Relaxation
- DOSSIER: Dépression