La sérotonine (ou 5-hydroxytryptamine, 5-HT) est bien connue comme neurotransmetteur cérébral.

Il est beaucoup moins connu que 90 % de la sérotonine du corps est produite dans le tube digestif, comme le soulignaient, en 2015 dans la revue Cell, des chercheurs qui démontraient que le microbiote joue un rôle essentiel dans la régulation de la sérotonine.

Or, ce que nous mangeons, affecte les bactéries intestinales rappelait, en décembre 2018, la Dre Uma Naidoo sur le site de la Harvard Medical School.

Les aliments ultra-transformés contiennent des substances extraites d'aliments (comme le sucre et l'amidon), ajoutées à partir de constituants alimentaires (graisses hydrogénées) ou fabriquées en laboratoire (exhausteurs de goût, colorants alimentaires). (« Alerte aux faux aliments » : comment le « cracking » dénature les aliments - « Envoyé spécial »)

Ces aliments ultra-transformés, comme le fast-food, sont conçus pour être très savoureux grâce à l'utilisation de ces ingrédients et sont peu dispendieux pour le consommateur.

Des exemples d'aliments transformés sont ceux en conserve, les fruits secs enrobés de sucre et les viandes salées. Quelques exemples d'aliments ultra-transformés sont les boissons gazeuses, les grignotines sucrées ou salées, les pains industriels, les brioches et pâtisseries emballées, les pépites de poisson ou de poulet, et les soupes instantanées de nouilles.

« Les chercheurs recommandent de “corriger d'abord l'alimentation” avant d'essayer des traitements de modification intestinale (probiotiques, prébiotiques) pour améliorer l'humeur. Ils suggèrent de consommer des aliments entiers et d'éviter ceux qui sont transformés et ultra-transformés qui causent de l'inflammation et des maladies », indique la Dre Naidoo.

Le domaine relativement nouveau de la psychiatrie nutritionnelle, rapporte-t-elle, vise à aider les patients à comprendre comment la santé intestinale et l'alimentation peuvent influencer positivement ou négativement l'humeur.

Lorsqu'un antidépresseur, tel qu'un inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine (ISRS), est prescrit à une personne, les effets secondaires les plus courants sont liés à l'intestin, et de nombreuses personnes souffrent temporairement de nausées, de diarrhée ou de problèmes gastro-intestinaux.

« Il y a une communication anatomique et physiologique bidirectionnelle entre l'intestin et le cerveau par l'intermédiaire du nerf vague. L'axe intestin-cerveau permet une meilleure compréhension du lien entre l'alimentation et certaines maladies, dont la dépression et l'anxiété. »

« Lorsque l'équilibre entre les bonnes et les mauvaises bactéries est rompu, des maladies peuvent survenir. Parmi ces maladies, mentionnons : les maladies du côlon irritable (MII), l'asthme, l'obésité, le syndrome métabolique, le diabète et les troubles cognitifs et de l'humeur. Par exemple, les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI) sont causées par un dysfonctionnement des interactions entre les microbes (bactéries), la paroi intestinale et le système immunitaire. »

Des études suggèrent qu'une alimentation saine et équilibrée, comme le régime méditerranéen et la réduction des aliments inflammatoires, peut aider à protéger contre la dépression.

Pour plus d'informations sur l'alimentation et la dépression et sur la psychiatrie nutritionnelle, voyez les liens plus bas.

Psychomédia avec sources : Cell, Harvard Medical School.
Tous droits réservés.