Des millions de personnes dans le monde souffrant d'anxiété et d'insomnie se voient prescrire une classe de sédatifs connue sous le nom de benzodiazépines.

Ces médicaments, dont des exemples sont Xanax (alprazolam), Lexomil ou Lectopam… (bromazépam), Valium (diazépam), Ativan ou Temesta (lorazépam)… (liste), sont largement prescrits depuis les années 1970.

« Mais les traitements à long terme avec ces médicaments sont associés à des risques cliniques sévères, notamment des chutes, des problèmes respiratoires, des troubles cognitifs et des interactions nocives avec d'autres médicaments », souligne Christopher K. Blazes, professeur adjoint de psychiatrie à la faculté de médecine de l'Oregon Health & Science University (OHSU), coauteur d'un article d'opinion publié en mai 2022 dans le Journal of the American Medical Association (JAMA) Psychiatry.

« De nombreux médecins travaillent aujourd'hui de manière appropriée avec leurs patients pour diminuer les doses de ces médicaments, mais les diminutions elles-mêmes créent souvent une nouvelle série de problèmes : des symptômes physiques sévères de sevrage, tels que tremblements et hypertension, des troubles psychiatriques dangereux, tels que la dépression, et la réapparition des problèmes sous-jacents d'anxiété et d'insomnie que le médicament était censé traiter à l'origine. Les conditions sous-jacentes réapparaissent souvent bien pires qu'avant. »

Blazes et ses collègues, Linda Peng et Thomas W. Meeks, ont créé un nouveau terme pour désigner ce phénomène : la « dépendance complexe et persistante aux benzodiazépines » (DCPB).

« Il s'agit d'une situation vraiment dangereuse », souligne le chercheur. « Nous savons maintenant que la prescription de benzodiazépines à long terme est rarement indiquée, mais nous sommes toujours confrontés au problème d'aider les personnes qui ont pris ces médicaments pendant des années à les arrêter en toute sécurité. Le processus d'arrêt peut être très difficile et même dangereux. Il peut même y avoir des circonstances, lorsque les tentatives d'arrêt échouent, où la reprise de doses sûres peut être indiquée. »

La prévalence de la DCPB deviendra claire lorsque les prestataires de soins de santé commenceront à la reconnaître dans la pratique clinique, indique le chercheur.

« La crise des opioïdes a fait les gros titres, mais les benzodiazépines sont un facteur méconnu et important de la crise de santé publique que constituent les décès par surdose de médicaments », écrivent les auteurs. (Xanax et Valium parmi les 10 médicaments et drogues causant le plus de décès par overdoses aux États-Unis)

« Tous les patients qui prennent des benzodiazépines à long terme développent une dépendance physiologique à ces médicaments, ce qui signifie qu'ils développent une tolérance nécessitant des doses croissantes et qu'ils éprouvent des symptômes de sevrage lorsqu'ils cessent de prendre les médicaments », peut-on lire dans le communiqué des chercheurs.

« Mais la dépendance est différente de l'addiction. La distinction est identifiée par le nouveau terme “dépendance complexe et persistante aux benzodiazépines”. La plupart de ces patients n'ont pas une addiction qui les conduit à sacrifier leur emploi, leurs relations ou leur stabilité personnelle. Le terme définit plutôt une forme de dépendance physiologique aux benzodiazépines qui inclut parfois des comportements compatibles avec l'addiction, mais qui ne se développent que pendant le processus d'arrêt du traitement. »

« La distinction est importante car le traitement de l'addiction diffère de celui de la dépendance », souligne le chercheur. « Il ne faut pas diagnostiquer une dépendance si les gens n'en ont pas », a-t-il dit. « Les personnes qui n'ont pas d'addiction ne vont pas répondre aussi bien aux interventions psychosociales et comportementales qui fonctionnent pour l'addiction. »

Parce que les benzodiazépines sont associées à une forte hausse de la mortalité, le chercheur dit travailler avec les patients pour qu'ils diminuent progressivement leur consommation de ces médicaments. En même temps, il reconnaît que de nombreux patients à qui l'on a prescrit des benzodiazépines pendant des mois, voire des années, subiront des répercussions sévères de la déprescription.

« C'est une énigme », dit-il. « Vous êtes damné si vous le faites et damné si vous ne le faites pas. »

Pour plus d'informations sur les benzodiazépines, voyez les liens plus bas.

Psychomédia avec sources : Oregon Health & Science University, JAMA Psychiatry.
Tous droits réservés.