La thérapie métacognitive est efficace pour le traitement de la dépression, selon une étude publiée dans la revue Frontiers in Psychology.

Le terme métacognition réfère aux cognitions (pensées) sur les cognitions. La thérapie métacognitive a été développée par l'équipe d'Adrian Wells de l'Université de Manchester (Angleterre) au cours des 20 dernières années comme forme de thérapie cognitive.

Actuellement, les médicaments et la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) sont les traitements recommandés pour le traitement de la dépression et de l'anxiété. La TCC classique est centrée sur l'analyse des contenus des pensées afin de remettre en question leur validité et de vérifier s'ils passent le test de la réalité, explique Roger Hagen du département de Psychologie de la Norwegian University of Science and Technology (NUST).

La thérapie métacognitive est centrée sur les processus de pensée plutôt que leur contenu et vise à aider à réduire et contrôler les ruminations. Les gens en dépression ruminent souvent trop sur les erreurs et les échecs passés ou sur d'autres sujets négatifs, explique le chercheur.

En prenant davantage conscience de ce qui se passe quand ils commencent à ruminer, les patients apprennent à prendre le contrôle de leurs pensées. La thérapie suggère de rencontrer les pensées avec une « pleine conscience détachée » en ayant à l'esprit qu'une pensée est une pensée et qu'elle ne reflète pas nécessairement la réalité avec justesse.

Les gens ont souvent la « croyance métacognitive » que quand ils ont une pensée, elle doit être vraie, dit-il.

Avec ses collègues (1), Hagen a mené cette étude avec 39 personnes atteintes de dépression (critères) qui ont été assignées au hasard à recevoir 10 sessions de psychothérapie métacognitive ou à être placées sur une liste d'attente.

Les participants ont été agréablement surpris par cette forme de traitement, rapporte le chercheur. « Les patients arrivent en pensant qu'ils vont parler de tous les problèmes qu'ils ont et aller au fond des choses, dit Hagen. Mais au lieu de cela nous essayons de découvrir comment leur esprit et les processus de pensée fonctionnent. Vous ne pouvez contrôler ce que vous pensez, mais vous pouvez contrôler comment vous répondez à ce que vous pensez. »

De 70 à 80 % des participants à la psychothérapie pouvaient être considérés comme en rémission après le traitement et 6 mois après comparativement à 5 % de ceux sur la liste d'attente.

Une étude similaire au Danemark, qui sera bientôt publiée, a montré les mêmes résultats positifs, rapporte le chercheur.

Plusieurs traitements traditionnels de la dépression ont un taux de rechute élevé. Sur 100 patients, la moitié rechute après un an, et après deux ans, 75 % ont rechuté. « Le taux de rechute dans notre étude est beaucoup plus faible », dit-il.

De futures études contrôlées devraient comparer la thérapie métacognitive à d'autres traitements, concluent les chercheurs.

Pour plus d'informations sur le modèle métacognitif des émotions d'Adrian Wells, voyez : Un modèle de régulation des émotions pour expliquer la dépression et l'anxiété.

Pour plus d'informations sur le traitement de la dépression au moyen de la psychothérapie, voyez les liens plus bas.

(1) Odin Hjemdal, Stian Solem, Leif Edward Ottesen Kennair, Hans M. Nordahl, Peter Fisher et Adrian Wells.

Psychomédia avec sources : NUST, Frontiers in Psychology.
Tous droits réservés.