Voyez aussi : Traitement de la fibromyalgie : nouvelles recommandations (EULAR, 2016)

Pour soigner la fibromyalgie, le traitement doit être individualisé et inclure des méthodes non pharmacologiques, qui sont souvent plus efficaces que les médicaments, a indiqué le chercheur allemand Winfried Häuser lors du congrès 2014 de l'European League Against Rheumatism (Eular), rapporte le site médical Medscape.

« L'exercice d'aérobie est l'arme la plus efficace dont nous disposons, les gens en santé bénéficient de l'exercice physique continu, et de même, les personnes atteintes de fibromyalgie », estime-t-il.

Les traitements par médicaments pour la fibromyalgie sont les analogues du neurotransmetteur GABA (antiépileptiques), tels que la gabapentine (Neurontin) et la prégabaline (Lyrica) et certains antidépresseurs tels que la duloxétine (Cymbalta) et le milnacipran (Ixel, Savella). Les thérapies non pharmacologiques incluent l'exercice aérobique et la psychothérapie.

Peu d'études ont comparé directement les approches pharmacologiques et non pharmacologiques, dit le chercheur. Avec ses collègues, il a récemment publié, dans la revue Annals of the Rheumatic Diseases, une méta-analyse qui constituait une comparaison indirecte des traitements disponibles. Aucune différence n'a été constatée entre les traitements par médicaments ou non médicamenteux.

Des études peuvent montrer un effet des médicaments, mais ces effets disparaissent une fois que la personne cesse de les prendre, explique-t-il.
Alors qu'un effet soutenu, s'atténuant sur 1 an ou 2, est constaté pour l'exercice. Quant aux psychothérapies cognitivo-comportementales, elles ont un effet sur la douleur et l'invalidité (handicap), mais cet effet est faible, rapporte-t-il.

"Les résultats des essais cliniques sont des moyennes et ne sont pas représentatifs des expériences individuelles des patients", explique-t-il. "Certains patients obtiennent peu ou pas de soulagement de la douleur et d'autres obtiennent un très bon soulagement, la moyenne ne représente qu'une infime minorité de patients. Il en est de même pour les thérapies psychologiques."

Les décisions de traitement doivent prendre en compte la tolérabilité, la sécurité, le coût et la volonté du patient de poursuivre le traitement, dit-il. Et le traitement doit fournir le soulagement important de la douleur.

"Si nous voulons vraiment savoir ce qui fonctionne dans la pratique clinique, nous devons aller au-delà des essais contrôlés randomisés qui excluent un grand nombre de patients qui sont vus en pratique clinique dans le monde réel. Nous devons nous pencher sur les banques de données et les rapports des consommateurs", dit-il.

Par exemple, la National Data Bank on Rheumatic Disease contient des données sur 3123 personnes atteintes de fibromyalgie qui ont été suivies pendant 11 ans. Dans l'ensemble, aucune amélioration n'a été observée pour la fatigue ou l'état fonctionnel, et l'amélioration de la douleur était faible (0,2 sur une échelle de 10 points).

Dr Häuser préconise une approche graduée pour traiter la fibromyalgie. Les formes légères de la maladie peuvent être gérées avec le suivi d'un médecin et l'encouragement à s'engager dans des activités physiques et mentales régulières. La fibromyalgie modérée devrait être gérée avec l'exercice aérobique et un recours temporaire limité à des médicaments. Pour la fibromyalgie sévère, il recommande l'exercice d'aérobie, les médicaments et le traitement psychologique ainsi qu'au besoin le traitement psychopharmalogique des problèmes psychologiques qui peuvent accompagner la maladie tels que la dépression.

Les thérapies non pharmacologiques sont probablement les plus importantes pour les personnes atteintes de fibromyalgie, estime aussi Mary-Ann Fitzcharles de l'Université McGill (Montréal). Chaque personne devrait être gérée avec les approches non pharmacologiques suivantes, estime-t-elle : l'exercice, la promotion d'un locus de contrôle interne (ex. participer activement aux choix des traitements), et l'éducation (information).

Il est important de ne pas exagérer avec l'exercice ou de l'éviter, souligne-t-elle. Le dosage est la clé. (Il s'agit aussi bien sûr de commencer graduellement).

"Je suis d'accord avec l'approche sur mesure pour le patient présentée par le Dr. Häuser. Nous devrions être prudents concernant la sur-médicamentation et le maintien continu des médicaments. Nous nous inquiétons des effets secondaires. Les thérapies non pharmacologiques n'ont pas de risques", explique-t-elle.

Fibromyalgie et autres syndromes : l'alimentation peut affecter la douleur

(1) De la Technische Universität München.

Psychomédia avec sources : Medscape, Annals of the Rheumatic Diseases
Tous droits réservés