Pour développer des traitements de psychothérapie plus unifiés, basés sur des processus psychologiques, il est important de déterminer s'il existe un consensus entre les psychothérapeutes concernant les stratégies d'intervention, soulignent les auteurs d'une étude publiée en juin 2021 dans la revue Psychology and Psychotherapy.

« Parce que la régulation des émotions est une pierre angulaire des traitements modernes et un domaine de recherche clinique en plein essor », Matt Southward de l'Université du Kentucky et ses collègues (1) ont examiné l'évaluation que les psychothérapeutes font de l'efficacité des stratégies de régulation communément étudiées.

Ils ont mené cette étude auprès de 582 stagiaires et psychothérapeutes en exercice dont l'âge moyen était de 42 ans et qui avaient une médiane de 4 000 heures d'expérience.

Les principales orientations théoriques de ces thérapeutes étaient :

Onze vignettes décrivant des situations stressantes courantes ont été présentées aux participants. Il s'agissait de facteurs de stress liés à des problèmes interpersonnels (par exemple, se disputer avec son partenaire romantique, ne pas recevoir d'invitation à une fête), aux études (par exemple, échouer à un test important), aux finances (par exemple, essayer d'obtenir un prêt) et à une maladie physique (par exemple, contracter une mononucléose).

Pour chaque vignette, les psychothérapeutes devaient identifier la meilleure stratégie de régulation des émotions dans la liste suivante :

  • accepter (par exemple, des émotions ou des situations)
  • distraire son attention
  • cacher ses sentiments
  • exprimer ses émotions
  • recueillir des informations supplémentaires
  • essayer d'améliorer la relation (par exemple, passer du temps de qualité ensemble)
  • quitter la situation désagréable
  • résoudre les problèmes
  • chercher du soutien et des conseils
  • réévaluer (par exemple, se voir ou voir la situation d'une manière moins stressante)

Ils devaient ensuite évaluer l'efficacité de chaque stratégie pour aider les patients à se sentir mieux (de 0, signifiant pas du tout efficace, à 100, signifiant extrêmement efficace).

Un consensus général était constaté concernant la stratégie la plus (la résolution de problèmes) et la moins (la dissimulation des émotions) efficaces.

Mais les thérapeutes du courant cognitivo-comportemental ont évalué l'acceptation et la distraction comme étant plus efficaces que les thérapeutes des autres approches.

Alors que ces derniers ont évalué l'expression émotionnelle et la collecte d'informations comme étant plus efficaces que thérapeutes d'orientation cognitivo-comportemental.

Les heures d'expérience clinique n'étaient généralement pas liées aux évaluations de l'efficacité des stratégies.

Voici les scores moyens, sur une échelle de 0 à 100, qui ont été attribués à chaque stratégie par les thérapeutes des courants cognitivo-comportemental (CC) et non-CC :

  1. résolution de problèmes, CC : 68,4, non CC : 65,2
  2. soutien émotionnel, CC : 50,0, non CC : 54,5
  3. réévaluation, CC : 52,9, non CC : 50,1
  4. expression émotionnelle, CC : 43,5, non CC : 58,5
  5. collecte d'informations, CC : 45,7, non CC : 53,7
  6. acceptation, CC : 48,5, non CC : 43.4
  7. distraction, CC: 24,5, non CC : 18,0
  8. améliorer la relation, CC : 20,3, non CC : 21,1
  9. quitter la situation, CC : 19,6, non CC : 19,7
  10. dissimuler les émotions, CC : 5,7, non CC : 5,3

Alors que le domaine de la psychothérapie s'oriente vers des traitements davantage basés sur les processus psychologiques sous-jacents (plutôt que les constellations de symptômes), expliquent les chercheurs, « ces résultats peuvent améliorer la communication à la fois entre les chercheurs et les thérapeutes et entre les thérapeutes de différentes orientations en fournissant une base empirique partagée pour comprendre où se situent les points de similitude et de différence ».

Pour plus d'informations sur la psychothérapie et sur la régulation des émotions, voyez les liens plus bas.

(1) Anne Wilson et Jennifer S Cheavens, toutes deux de la Ohio State University.

Psychomédia avec source : Psychology and Psychotherapy.
Tous droits réservés.