« Que savent les scientifiques cliniciens au sujet de la rémission et de la croissance personnelle à la suite d'une dépression ? À quelle fréquence cette évolution positive se produit-elle ? Qu'est-ce qui l'initie ? »

Dans un article à paraître dans la revue Perspectives on Psychological Science, les professeurs de psychologie Jonathan Rottenberg et Todd Kashdan des universités de South Florida et George Mason « sont arrivés à la conclusion que les scientifiques n'ont pratiquement rien à dire à ce sujet », rapportent-ils dans The Conversation.

Selon l'idée généralement répandue, la dépression est un trouble récurrent et chronique difficile à contenir, même lorsqu'il est traité, soulignent-ils.

Pourtant, des études épidémiologiques montrent des signes de meilleures évolutions, un aspect qui est rarement étudié, écrivent-ils. Par exemple, dans de rares études longitudinales, 40 à 60 % des personnes qui ont souffert de dépression n'ont jamais connu de récidive, même après avoir été interrogées des années et même des décennies plus tard, rapportent-ils.

Une proportion substantielle de ceux qui souffrent de dépression pourrait ainsi s'en remettre et s'épanouir.

Une étape clé pour étudier cette question sera d'utiliser des définitions claires de l'épanouissement, ou du bien-être, guidées par des normes de bien-être recueillies dans des échantillons de population nationale, expliquent les auteurs.

Par exemple, avec leurs collègues, ils ont récemment proposé une norme pour l'épanouissement après une dépression qui incorpore neuf aspects différents du bien-être et dans laquelle non seulement une personne est exempte des principaux symptômes de la dépression, mais elle rapporte un profil de bien-être supérieur à 75 % des adultes non déprimés.

S'inspirant des modèles du bien-être subjectif de Diener et du bien-être psychologique de Ryff, ils incluent neuf facettes :

  1. satisfaction à l'égard de la vie (évaluation cognitive selon laquelle la vie est satisfaisante et proche de l'idéal) ;

  2. émotions positives (présence fréquente d'une énergie élevée agréable, comme la gaieté, et d'états de basse énergie, comme la tranquillité) ;

  3. émotions négatives (états de détresse peu fréquents, comme la peur ou la colère) ;

  4. autonomie (agir avec un sentiment de volonté ou de bonne volonté) ;

  5. maîtrise de l'environnement (autodirection et productivité) ;

  6. croissance personnelle (amélioration continue) ;

  7. relations positives avec les autres (la capacité d'aimer et d'être aimé) ;

  8. but(s) dans la vie (un ou des buts primordiaux dans la vie) ;

  9. acceptation de soi (estime de soi positive).

Conceptuellement, notent-ils, ces facettes du bien-être englobent la théorie de l'autodétermination et les trois besoins intrinsèques que sont la compétence (la maîtrise de l'environnement), l'appartenance (les relations positives avec les autres) et l'autonomie.

« Pour certains, la guérison complète peut simplement prendre du temps. D'autres peuvent y parvenir par le biais d'un traitement formel. D'autres encore peuvent découvrir un nouveau but dans la vie ou une routine quotidienne qui fonctionne pour eux. Certaines personnes peuvent s'épanouir après une première dépression ; d'autres peuvent n'y arriver qu'après plusieurs épisodes de dépression. »

Éclairer différents chemins vers l'épanouissement peut aider les 300 millions de personnes qui luttent contre la dépression dans le monde entier, soulignent les auteurs. « La nécessité d'améliorer l'intervention en cas de dépression est cruciale parce que les antidépresseurs et psychothérapies actuels, bien qu'ils aident la majorité des patients, ne procurent souvent qu'un soulagement partiel des symptômes ; et la plupart des personnes aux prises avec des troubles de l'humeur n'entreprennent pas toujours un traitement. » (Dépression : les symptômes qui persistent même quand les antidépresseurs sont efficaces)

« Que le sujet de l'épanouissement après la dépression soit négligé par les scientifiques est aberrant parce que les études montrent que les patients souffrant de dépression recherchent plus que la simple absence de détresse et de symptômes. Ils veulent aimer et être aimés, s'engager dans le moment présent, en retirer de la joie et du sens, et faire quelque chose qui compte - quelque chose qui fait que la douleur et les revers de la vie quotidienne en valent la peine. » (Rétabli(e) d'une dépression ? La réponse des patients n'est pas celle des médecins)

En raison de cet angle mort de la psychologie et de la psychiatrie, soulignent les auteurs, « les personnes qui éprouvent des problèmes de santé mentale se font régulièrement dire dans le cadre d'un traitement que leur état a un pronostic sombre. Jusqu'à ce que nous sachions à quel point l'épanouissement est courant, de telles déclarations sont mal informées, voire dommageables », disent les auteurs.

« Notre nouveau point de vue sur les possibilités après la dépression n'est pas seulement plus proche des preuves scientifiques existantes, il se trouve aussi qu'il apporte plus d'espoir. »

TEST : évaluez six composantes de votre bien-être psychologique

Pour plus d'informations sur la dépression et le bien-être, voyez les liens plus bas.

Psychomédia avec sources : The Conversation (US), Perspectives on Psychological Science.
Tous droits réservés.