Les dernières décennies ont été marquées par un regain d'intérêt scientifique pour la psychologie du bonheur.

Une grande partie des recherches se concentre sur deux formes principales : le bonheur hédonique (ou « bien-être subjectif », englobant la satisfaction par rapport à la vie et les affects positifs) et le bonheur eudémonique (englobant le sentiment de sens dans la vie et la croissance personnelle).

Toutefois, ce schéma binaire a été critiqué comme étant incomplet et d'autres types de bonheur ou de bien-être commencent à émerger dans la recherche liée au courant de la psychologie dite positive.

Afin d'améliorer la qualité dans le domaine, les psychologues Tim Lomas et Tyler J. VanderWeele de l'Université Harvard ont passé en revue la littérature en psychologie afin de proposer une typologie plus large, bien qu'encore provisoire. Leur analyse a été publiée en mars 2023 dans le Journal of Humanistic Psychology.

Ils ont identifié 16 formes distinctes de bonheur, classées selon qu'elles concernent principalement les émotions, la pensée ou l'action.

Les formes de bonheur liées aux émotions

  1. L'hédonisme

    Le bonheur hédonique est de loin le plus étudié. La dimension affective du concept réfère à la manière dont les gens se sentent dans l'instant (ou relativement récemment) et est généralement conceptualisée en termes de rapport entre l'affect positif et l'affect négatif.

    Cette approche se concentre généralement sur des émotions impliquant une activation (ou excitation) élevée telle que la joie.

    Alors que, dans son utilisation classique, le bonheur hédonique réfère également à la satisfaction par rapport à la vie, les auteurs considèrent cet aspect cognitif comme étant une forme distincte en soi (classée dans les formes liées aux pensées).

  2. Le contentement

    Ce type de bonheur, qui est moins étudiée que la précédente, couvre des états émotionnels positifs relativement neutres associés à de faibles niveaux d'excitation, par exemple, le calme, la paix, la sérénité…

  3. Le bonheur mature

    Certains théoriciens considèrent que le bonheur peut englober des états affectifs à valence négative.

    Le sentiment que sa vie a un sens et l'idée de rédemption peuvent être trouvés à travers des difficultés de la vie. Ces aspects peuvent être à l'origine d'états mentaux positifs.

    La notion de bonheur mature peut donc être conçue comme une expérience mentale concernant la manière dont on a géré la souffrance dans sa vie. Même si le bonheur mature a généralement une valence affective négative, il est caractérisé par une valence cognitive positive, les émotions négatives étant interprétées de manière constructive.

    « Il existe une abondante littérature sur les phénomènes liés au bien-être mental qui peuvent être considérés sous l'angle du bonheur mature, notamment la croissance post-traumatique, les travaux sur les “récits de rédemption” (McAdams) et de nouvelles recherches sur la préférence des personnes pour une “vie psychologiquement riche”, impliquant diverses expériences et émotions, y compris celles à valence négative », citent les auteurs.

  4. Le bien-être spirituel

    Le bien-être spirituel est défini comme étant une expérience mentale en relation avec une sorte de réalité transcendante. Il inclut des sentiments tels que l'émerveillement, la gratitude…

  5. La vitalité

    La vitalité peut être synonyme, en termes objectifs, d'énergie physique élevée tandis qu'en termes subjectifs, elle peut inclure des sentiments de joie de vivre et de vigueur.

Les formes de bonheur liées à la pensée

Les cinq formes suivantes se rapportent principalement (mais pas uniquement) à la pensée.

  1. Satisfaction par rapport à la vie

    La satisfaction par rapport à la vie est la forme de bonheur qui a été la plus étudiée. Il s'agit d'une évaluation globale portant sur l'ensemble de la vie ou sur des domaines spécifiques de la vie d'une personne (sur une période de temps donnée).

  2. Le sentiment que sa vie a un sens

    Le sentiment que sa vie a un sens et d'avoir des buts est l'une des formes de bonheur les plus étudiées. Le sens de la vie est habituellement considéré comme une composante de l'eudémonisme. Les auteurs jugent nécessaire d'en faire un type de bonheur distinct puisqu'il peut être indépendant des autres formes d'eudémonisme (ex. la croissance personnelle).

  3. Le bonheur intellectuel

    Le bonheur intellectuel est également lié à l'eudémonisme, mais tend à être négligé par les chercheurs modernes. Il s'agit d'une expérience mentale liée à la vie intellectuelle ou contemplative d'une personne.

  4. L'esthétique

    L'appréciation esthétique n'est pas seulement un facteur influençant le bonheur, mais une forme de bonheur à part entière consistant en une expérience mentale concernant les perceptions sensorielles.

  5. L'état de flux

    L'état de flux, aussi appelé « expérience optimale », consiste à être entièrement immergé dans une activité. Cet état est caractérisé par un sentiment de concentration énergique, de pleine implication et de plaisir.

Les formes de bonheur liées à l'action

  1. Le bonheur eudémonique

    Le bonheur eudémonique est la forme la plus étudiée de bonheur liée à l'action. Alors que ce terme est souvent utilisé pour désigner toutes les expériences liées au bonheur ne faisant pas partie du bonheur dit hédonique, les auteurs l'utilisent de manière plus étroite pour désigner l'expérience mentale liée au développement personnel (croissance personnelle), c'est-à-dire à l'amélioration du caractère et des vertus.

    Cette évolution peut être plutôt intangible dans l'instant. Il s'agit plutôt d'une évaluation qui exige une observation et une évaluation de sa vie avec une certaine distance, au fil du temps. Néanmoins, on peut, à un moment donné, sentir si l'on progresse vers la version idéale de soi-même.

    Les auteurs formulent l'hypothèse que cette forme de bonheur est plus souvent rencontrée dans le contexte d'un comportement physique (par exemple, une action au service de ses valeurs).

  2. La maîtrise, les habiletés

    La « maîtrise » est définie comme une expérience mentale concernant le développement et l'utilisation de ses compétences. Il s'agit de la capacité de naviguer habilement dans la vie.

    Alors que l'eudémonisme concerne le caractère ou la personnalité, la maîtrise concerne les compétences concernant l'adéquation entre soi et son environnement et tend à dépendre du contexte et de la situation.

    « Cette forme de bonheur peut également impliquer des émotions à valence négative ; en effet, l'un des signes qu'une personne progresse est qu'elle sort de sa zone de confort, que ce soit mentalement, physiquement, socialement ou spirituellement », soulignent les auteurs.

    Cette forme de bonheur englobe également les récompenses que l'on peut tirer de l'utilisation réussie des compétences, qu'elles soient sociales (par exemple, le statut) ou non sociales (par exemple, les avantages matériels, comme le fait d'interagir avec son environnement en toute sécurité).

  3. L'accomplissement

    L'accomplissement/la réalisation est étroitement lié à la maîtrise, mais mérite d'être différencié.

    La maîtrise mène souvent, mais pas toujours, à l'accomplissement, tandis que l'accomplissement nécessite parfois, mais pas toujours, la maîtrise. Indépendamment de la maîtrise, l'accomplissement est un pilier du modèle PERMA d'épanouissement (ou « bonheur authentique ») de Seligman.

    Alors que la maîtrise concerne l'utilisation des compétences dans le présent, l'accomplissement est davantage lié au passé et au résultat, constituant une expérience mentale en relation avec ce que l'on a accompli.

  4. L'équilibre et l'harmonie

    Les notions d'équilibre et d'harmonie dans la vie sont étroitement associées aux cultures orientales et sont liées à des émotions positives à faible niveau d'excitation.

    L'harmonie est définie comme étant une expérience mentale concernant la façon dont les différents éléments de la vie d'une personne sont ordonnés et fonctionnent ensemble.

    L'harmonie fait appel à la flexibilité. La persistance flexible trouve son origine dans une passion harmonieuse pour une activité et implique la poursuite d'objectifs avec une attention ouverte et large qui permet de s'occuper d'autres objectifs de la vie.

  5. Le bonheur nirvanique

    Alors que la présente taxonomie s'appuie principalement sur les concepts académiques contemporains, les auteurs mentionnent que de longues traditions telles que le bouddhisme ont élaboré plusieurs théories psychologiques sur diverses formes de bonheur, par exemple, le concept bouddhique de nirvana. Certains concepts pourraient éventuellement inspirer des recherches scientifiques.

  6. Le bonheur relationnel

    Le bonheur relationnel est défini comme un état mental découlant d'une dynamique interpersonnelle. Les relations ne sont pas simplement un facteur qui influence le bonheur, estiment les auteurs, mais peuvent constituer en elles-mêmes une forme de bonheur.

Pour plus d'informations, voyez les liens plus bas.

Psychomédia avec source : Journal of Humanistic Psychology.
Tous droits réservés.