Arrêt traitement EFFEXOR. Symptômes de sevrage

(Voyez également sur Psychomédia:
Le sevrage des antidépresseurs (Deroxat et Effexor notamment) parfois difficile
Les antidépresseurs entraîneraient une dépendance et un sevrage)

Bonjour!
Souffrant d'anxiété généralisée depuis plusieurs années, j'ai récemment décidé, en accord avec mon médecin traitant et mon psychothérapeute, d'arrêter le traitement médicamenteux en vue d'une future grossesse (la première, j'ai 27 ans). L'arrêt des benzodiazépines (Xanax) et des béta-bloquants (Inderal) s'est relativement bien déroulé. En revanche, j'ai beaucoup de difficultés pour réduire la prise d'anti-dépresseur (EFFEXOR). La posologie initiale était de 75mg/jour. Après diminution progressive, étalée sur 4 mois!!!, j'en suis actuellement à 18.75mg/jour. Et j'éprouve toujours de très sérieux symptômes de "sevrage" : vertiges très désagréables dès je tourne la tête, nausées, transpiration intense pendant la nuit (je dois fréquemment me relever pour me sécher avec une serviette de bain et changer les draps), claquements de dents, tremblements, libido en chute libre, crises de larmes ou de rire sans raison, tachycardie, sécheresse des muqueuses, cauchemars quotidiens, difficultés à parler et à penser, ... Je n'arrive pas à comprendre comment il est possible de ressentir encore autant de désagréments alors que je prends une si faible dose (mon médecin n'a pas de réponse et m'encourage juste à tenir bon). Je serais très heureuse de lire le témoignage de quiconque ayant vécu une expérience similaire. Je ne pense pas être la seule dans le cas car j'ai découvert un forum d'expression anglophone qui regroupe quantité de personnes se plaignant des inconvénients d'EFFEXOR à ce sujet. Pourriez-vous m'expliquer comment vous avez réussi à vous débarasser de ce médicament ? Ressentez-vous les mêmes effets secondaires ? J'aimerais infiniment retrouver un état normal qui me permettrait d'exercer un emploi et de démarrer une grossesse (désirée depuis tant d'années). Merci d'avance pour votre aide !

Eh bien...

Merci à ce forum.

J'en étais à 375 mg depuis plusieurs mois pour des problèmes de dépression et il semblait que malgré de bons effets sur mon humeur pendant quelques mois, cette dose (maximale?) n'avait plus l'effet escomptée. Avec l'accord de mon psychiatre, on a éliminé cette molécule pour la remplacer pour une autre... mais il ne m'a pas averti des effets du sevrage !!! Je suis passé de 375 à 0 mg en moins de 3 semaines (diminution de 75mg au 4 jours)...

Je croyais que j'étais malade !! Étourdissements, vertige, nausées, fatigue, maux de tête, rêves à la hausse, concentration inexistante, sommeil déréglé...

Jusqu'à ce soir où j'ai fondu en larmes de pas savoir ce qui m'arrivait... en discutant avec ma conjointe on a fait le lien. Tout avait l'air de concorder... petite recherche sur le net et je me retrouve ici. Ouf !

Merci à ce forum. Je comprend maintenant ce qui se passe. Mais je suis un peu déçu de 1) mon psychiatre qui n'a rien dit et de 2) mon pharmacien qui, lui non plus, ne m'a pas mis en garde... pas très fort de leur part.

Arrêt drastique, du jour au lendemain

Cela ne faisait pas longtemps que je prenais Effexor (à tout le moins, le médicament générique). Trois mois tout au plus. Mon docteur, qui pourtant connaît très bien le pouvoir de la pensée sur le corps et les émotions, m'a prescrit ce ''médicament'' puisque depuis certains temps, j'avais des crises de rage intenses. En fait, je me suis rendu compte que je faisais de l'anxiété depuis très, très longtemps (j'ai 26 ans, ça a commencé vers les 8-9 ans dans mon cas, à force de me faire harceler et menacer à l'école et de vivre dans l'angoisse constante de me faire battre, maltraiter et ainsi de suite).

J'ai commencé la prise de médicament sans trop de heurt. Les deux premiers jours, à dose de 37,5 mg, j'étais sur un solide ''buzz'', un peu comme si j'avais calé un 40 oz de rhum à moi seul. Après avoir passé à une dose de 75 mg, j'ai ressenti un bien être et un calme très agréables pour moi, ma compagne et pour ma famille.

Après cette lune de miel qui n'a duré que trois mois, certains des symptômes que j'avais avant la prise de médicament ont réapparu : agressivité, perte de contrôle de mes émotions, démotivation et ainsi de suite. La chose nouvelle qui est apparue : les idées suicidaires. J'étais constamment en train d'établir des plans dans ma tête afin de déterminer comment j'en finirais avec ma vie afin que cela fasse le moins de mal possible aux gens que j'aime et qui m'aiment aussi. Wow.... un antidépresseur qui rend plus dépressif? Fuck Off!!!

J'ai donc décidé de cesser le médicament par moi-même sans l'accord de la sacro-sainte ''autorité'' qu'est mon médecin. Pourquoi? Parce que dans la médecine occidentale, vous en conviendrez, on règle souvent un problème à la surface et non à la source ; mon doc m'aurait donc sûrement prescrit une dose plus forte. Mais je n'ai pas le goût de me droguer consciemment, sachant très bien que le problème qui est enfoui en moi est en train de se déterrer et que la prise de médicament n'est, selon moi, qu'un pansement temporaire sur une blessure plus profonde.

Bref, j'ai coupé du tout au tout, du jour au lendemain, de 75 mg à 0. Comment je me sens? Ça dépend de l'heure. Mais j'ai la chance d'avoir assez de conscience pour reprendre le dessus, même si je me sens comme de la merde, parfois.

Étourdissements, haut-le-coeur, mood swings, sons étranges dans mon cerveau (un genre de ''gzitt'' qui se fait entendre à chaque fois que je bouge les yeux à gauche ou à droite), confusion, bouffées de chaleur... Est-ce normal, selon vous, qu'un médicament censé vous guérir vous donne autant d'effets néfastes lors du sevrage? Pour moi, c'est la meilleure réponse que je pouvais avoir : AUCUN médicament ne peut changer qui vous êtes vraiment. Il peut en altérer certaines parties, mais vous avez le pouvoir, à l'aide d'outils beaucoup plus efficaces et potentiellement moins dommageables pour votre santé, de vous en sortir et de laisser s'émaner toute la lumière qui se trouve en vous. Pour ma part, je sais que ce n'est qu'un moment un peu désagréable à passer et que bientôt, mon corps aura digéré ces médicaments nocifs afin que je puisse reprendre le dessus par des moyens qui selon moi seront beaucoup plus sains à moyen et long terme.

Voici quelques trucs que je fais et que je vous partage afin de vous en inspirer pour que votre sevrage se passe mieux :

1- Reposez-vous. Souvent. Même fermer les yeux quelques minutes seulement peut vous apaiser (avec une musique douce, c'est encore mieux)
2- Faites lire à vos proches des blogues comme celui-ci. Ça leur permettra de mieux comprendre ce que vous vivez et de vous appuyer dans votre épreuve
3- Même si votre corps vous dit le contraire, faites du sport ou des activités physiques relativement intenses. J'aurais cru que j'aurais été étourdi et inapte à faire du sport, mais à ma grande surprise, je suis plus alerte, les étourdissements s'en vont comme par magie et j'ai l'impression de sortir ce poison de mon organisme plus rapidement.
4- Tenez bon, tenez bon, et tenez bon! Gardez des pensées positives à votre égard, et dites à votre corps et votre cerveau que la lumière au bout du tunnel se fera voir bientôt. Après la pluie, le beau temps!

En espérant que mon témoignage pourra en aider quelques uns d'entre vous. Paix et respect à chacun d'entre vous!

Un gros merci

Wow merci de ce beau partage. Si tu savais le bien que tu me fais présentement, malgré le fait que je pleure lol. Difficile d'ecrire avec mon cerveau à off, mais j'y tiens.. Tous les conseils que tu nous donnes, c'est effectivement LE truc. J'ai commencé avant même de te lire de les mettre en pratique et effectivement, ça marche. Cependant, j'avais besoin de trouver des semblables à moi et de me faire rassurer. C'est toi qui l'a fait. Merci. Je vais tenir bon.

Depuis 2 ans que je diminue ma dose, remonte redescend... Mon truc donné par ma merveilleuse pharmacienne: alterner aux 2 jours la diminution. Par contre, depuis un an que je suis à ma plus petite dose, je décide de le stopper totalement, pcq je n'y arriverai jamais sinon. Je pensais, et c'est confirmé avec tous les blogues que je lis, ce medicament est impossible à arrêter sans tous ces symptomes epouventables. Il faut donc tenir bon gang!

En parlant avec une amie cette semaine, je crois que j'ai compris ce qui passe dans notre corps. Notre corps vit un énorme stress. Même si je ne me sens pas stressée, c'est pourquoi j'ai eu du mal à y croire, mon corps, lui, réagit à ce changement et vit donc un stress. Alors, donnez lui ce dont il a besoin: relaxation, exercice, bonne alimentation (merde que cest dure de bien manger quand on ne va pas bien comme ca!!!), bain chaud, massage, lecture... Bref, trouvez ce qui vous convient le mieux! Vous remarquerez que pendant un bref instant, votre attention sera tournée ailleurs et hop! Vos symtomes aussi à votre grand étonnement... Vous aurez donc confiance à poursuivre.

Je vous redonnerai des nouvelles. Moi ça fait 4 jours que je ne prends plus rien. J'étais rendu, dans mon sevrage, à 37,5 une journée, 0 à la deuxième. Depuis 1 an... J'essayais sur 3 jours, trop difficile, donc retour sur 2 jours. Un bout aux 2 jours, mon corps en veut plus alors les symptomes apparaissent... Ouf! Ça suffit! Alors plus de niaisage, on met un stop tout le monde ensemble! On est capable!!!

En passant, mon médecin qui ne savait plus comment me conseiller, m' a dit de voir avec ma pharmacienne... Sincèrement, c'est du gros niaisage. La preuve que ces médicaments sont innefficaces... Les médecin ne sont même pas instruient sur ce sujet.

Lâchez pas! Je tiens le coup en même temps que vous!

Un avis

Bonjour à tous,

j'ai été confronté à l'effexor, et franchement, je n'y reviendrai pas pour un sou, quoiqu'il arrive.
une fois la décision de sevrage prise, j'ai essayé 37.5mg vers 0 d'un coup.Entre le bzzz et les sensations de brulures, ce furent deux nuits horribles.
RDV chez le medecin, reprise du médicament, effets disparus.

j'ai du coup opté pour une diminution très progressive, sur l'étape 37.5mg -> 0 .
En demandant de l'aide, on peut ouvrir la capsule, dans mon cas j'ai compté 125 billes pour la capsule 37.5mg, soit 0.3mg/bille.

j'ai donc procédé par réduire les doses de médicament par "petit palier" d'une dizaine de billes à chaque fois, et sans contrainte particulières sur la durée de chaque palier. Souvent quelques jours (2 à 3, parfois 1 semaine). Le temps de me "stabiliser"

Quelques "victoires", la première fois que j'ai franchi 90 billes, puis 60 billes, puis 30 (les multiples de 3 me vont bien ;)
Les effets de sevrage apparaissent, mais sont restés dans mon cas "gérables". C'est sur que tous les matins ne sont pas roses, parfois on croit que ça va passer mais non, la nuit est rude.
Mais en tout cas, elles le sont moins qu'en arrêtant d'un coup, donc j'ai tenu bon.
Ca impose la manipulation sur cette "m.." tous les jours, mais mes proches m'ont aidé.

En ce moment, je suis à 0 (depuis 15j). J'ai encore des bzz en tournant la tête, mais j'espère ils vont disparaître d'ici 1 mois si les bons conseils de ce blog ce vérifient pour moi.

En tout cas, merci pour ce blog et bon courage à toutes et à tous!!!

Merci de ton témoignage

Ton témoignage ma beaucoup fait de bien ! tu as répondue à mes questionnements et mes inquiètudes.. Pour ma part,j'ai arrêter progressivement (sur une période) d'un mois et depuis trois jours je capote !! MÊME effets secondaires que toi.. le ''GZITT''que nous entendons quand nous bougeons les yeux ou tournons la tête (sa rend fou)!! j'arrêtais pas de stresser avec ça, le pharmacien me disait que sa pouvait être un effet secondaire -mais j'avais de la misère à comprendre..Pourquoi!!!! en cherchant une réponse sur les effets secondaire de ce médicament, j'ai tomber sur ce forum- je vais prendre mon mal en patience et espérée que ce bruit et les sensations disparaîtra le plus vite possible !!

Moi aussi je souffre de se poison

Depuis 3jours je ner pas d'effexor dans le corps et ses terribles les effet que je ressent vertige ..nauser ...cauchemards ...crise de larme et anxieter et paranoya ...aucune energie ..sueur froide et colere ...jaimerais changer de medication mais le sevrage me fait peur finalement ...je ne suis pas bien depuis plusieur jours combien de temp sa va durer ?

Tous(es) éliminons EFFEXOR !

Salut à vous,

Je souffre à cause de ce poison. J'en prends 225mg par jour. Je fais des rêves et des cauchemars. Je subis des sousbrossauts fréquents le soir et la nuit surtout lorsque je saute une dose. Cela fait quinze ans que j'en prends. Je vais demander à mon médecin de me prescrire autre chose et que je diminue progressivement ce "médicament". Je suis rassurée de voir que je ne suis pas seule à avoir des problèmes de ce genre.
Je me demande pour quelles raisons les médecins continuent d'en prescrire. Ont-ils des récompenses des fabricants ou sont-ils indifférents aux plaintes de leurs patients ? N'ont-ils pas le temps de se renseigner ?

comment arreter ?

Jaimerai bien arreter je suis a 75mg par jrs depuis mes 14 ans jen ai 23. biensur g eu dotre cachet ke g pu arreter plus ou moin facimement. Mais celui la mon medecin a du mal a me le baisser ou le stopper. G deja essayer seul mais c horrible.

Moi aussi je prend effexor

Moi aussi je prend effexor depuis mes 14 ans et j'ai maintenant 23 lol... Au debut je pense serieusement que cela ma aider jetait depressive et tout mais jai continuer le traitement meme si je netait plus sur que j'en avais de besoin... Je ne me fesais pljs suivre depuis des annee. Il y a trois semaines j'en ai eu assez jai ete a lhopital et jai demander de bzisser ma dose de 150 mg pour les cesser sinon changer de médicament. Jai passer une semaine a 112 mg en suite 4 jour 75mg.. Maintenant jen suis a 37,5 mg pour quatre jour. et je commence a sentir les effet secondaire. J'ai peur quand je vais tomber a zero.. Jai mal au coeur tout le temps et les vertiges jen parle meme pas la nuit cest affreu des cauchemard eveiller jai des boufee de chaleur mais cette fois ci je n'abandonne pas. Je veux évacuer cette merde. Avoir su jamais jaurais pris de effexor. Il parrais que cest ls plus pire pour arreter.

Courage

Il ne faut pas trop t'inquiéter. certes les premiers mois sont un peu difficile mais après ça ira très bien. Courage!

Ca dépends des gens...

Bonjour, j'ai pris effexor 75 mg pendant 1 ans, puis j'ai réduit la dose à 37.5 mg il y a un mois. Depuis la semaine dernière, j'ai complètement arrêté le traitement. Mis à part des vertiges quelque peu agacent, je me sens relativement bien... Je crois que les symptômes de sevrage varient d'une parsonne à l'autre. Bon courage à tous ;-)

Bonjour, J'ai pris Effexor

Bonjour,

J'ai pris Effexor 75 mg pendant 5 ans. Sous recommandation de mon médecin, j'ai coupé la dose en 2 pendant deux semaines, puis j'ai cessé complètement. La première baisse s'est assez bien déroulée. J'ai même ressenti un regain d'énergie, plus de mobilisation pour faire des activités avec les enfants. Le seul hic : avoir constamment faim. Pour l'arrêt complet, ce fut plus difficile. J'ai ressenti des chocs électriques dans le cerveau, dans la langue… Pendant les deux premiers jours, les nausées étaient si violentes que j'étais déséquilibrée à la marche et que je devais restée alitée. Voici, mon médecin m'a prescrit du Rivotril (un genre de calmant) que je pouvais prendre au besoin pour m'aider. Je l'ai pris à quelques reprises le soir pour m'aider à dormir puisque ma tête spinnait et ne voulait pas arrêter…. Ça m'a au moins aider à dormir, à cesser l'agitation mentale. Pour moi, le pire effet fut l'irritabilité extrême. Or, pour ce faire, le médecin m'a suggérer de prendre un très faible de dose de Ritalin (comme mes enfants ont un TDAH avec hyperactivité, il était possible que je sois impulsive à cause de cela aussi). Voilà, après 13 jours d'arrêt complet, j'ai passé le pire des effets physiques je crois. Il me reste une douleur à la poitrine pour laquelle je vais consulter afin d'être rassurée, mais c'est tout. Je désirais partager mes trucs avec vous et vous montrer que c'est possible de le faire. J'ai déjà essayé l'arrêt graduel, qui n'a pas fonctionné pour moi. Peut-être n'étais-je pas prête alors, qui sait?
Il faut savoir que c'est très difficile, mais possible d'y arriver. Pour plus de chance de réussite, il faut être suivi par un médecin et avoir des gens qui nous supportent et qui croient en nous. L'exercice physique ainsi que prendre l'air aident beaucoup aussi. Courage à tous!

Sevrage Effexor

Moi aussi j'essaie d'arrêter ce produit mais ça m'est difficile. Je prends une capsule 37.5 tous les deux jours, puis tous les trois jours.
Maintenant je souffre de fortes nausées qui me réveillent la nuit. Mais cela me conforte dans l'idée que je dois arrêter car ayant pris Effexor 37.5 pendant cinq ans j'ai perdu partiellement la mémoire des évènements récents.
Cela est tres gênant, outre le fait que Effexor avait peerdu toute efficacité et même alimentait mes idées dépressives.

Arrêt de l'Effexor

Bonjour,

Je suis également en train d'arrêter l'Effexor après 7 ans. J'ai fait ça graduellement, passant de 75 mg à 37,5 mg, puis en réduisant le nombre de granules petit à petit, jusqu'à seulement 1 granule pendant quelques semaines. Là, je viens de commencer l'arrêt (2e journée) total et c'est assez difficile. J'ai de lourds mots de tête, une transpiration excessive la nuit, une assez forte irritabilité (due auux mots de tête notamment). J'ai lu sur les forums qu'il faut au moins 15 jours pour que les symptômes du sevrage commencent à s'atténuer donc je vais tenir bon. Il parait qu'il faut laisser le temps au médicament de sortir du sang.

Je recommande aux personnes qui s'apprêteraient à commencer l'Effexor de bien y réfléchir et d'arrêter dès qu'ils sentent qu'ils le peuvent. Pour moi, cela m'a beaucoup aidé au début et j'ai pu sortir d'une dépression grâce au médicament. Mais après, je ne me suis pas posée de question et ai continué pendant longtemps par flemme d'entreprendre le sevrage. En effet, lorsque j'oubliais de prendre le traitement un jour, je me sentais très mal pendant la journée suivante.

Bon courage à ceux qui essayent d'arrêter, sachez que vous n'êtes pas seuls dans cet effort !

arrêt

Bonjour

Je suis soulagée de voir que d'autres personnes ont aussi ces effets indésirables.

Cela fait plus de cinq ans que je prend effexore et la ça fait une semaine aujourd'hui que j'ai complètement arrêté.

Mais je suis vraiment pas bien vertiges, naussés, maux de têtes, je pleure pour un rien, cauchemars, bouffées de chaleurs.

Il faut que je tienne bon mais c'est si difficile!

Savez-vous combien de temps doit on enduré ces effets???

Svp déconseiller ce médicaments à quiconque voudrait en prendre!!!!

Courage à toutes et tous ceux qui essaient d'arrêter!

Ça ma pris des années avant

Ça ma pris des années avant d'arrêter d'avoir des effets secondaires. C'est un médicament très difficile à arrêter.... Il faudrait tellement que les gens sachent dans quoi ils s'embarquent AVANT de le prendre! À déconseiller.....

enlever par granuler arrete de efexort

comment avez vous fais pour diminuer par granuler? et si c'est un par un et en combien de temp? merci

répondre à l'ensemble des témoignages concernant la dépression

juste bon courage))), alors vraiment c'est sincère,il en faut du courage pour se débarasser de ce mal,que peut être la depression,et à certaines fois se demander pourquoi on en est arrivé là!?? alors lorsque c'est la "solution"qui devient un problème!! Et il faut s'unir,face à ce réel problème,qui ronge et qui parfois nous isole,alors que fort malheureusement certaines personnes abandonnent le combat"!!!! Nous nous sentons si seul(e)s,face à ce qui demeure une injustice autant inqualifiable qu'un cancer,ou bien une erreur médicale,et parfois fatale!!
Ou comme certaines cliniques privées plus dangereuses que l'HP public!!!!Malheureusement parfois nous sommes pris par un système fonctionnant parfois une fois de trop,quand cela tombe sur soi,cela fonctionne alors comme une "mauvaise loterie";alors parfois c'est à se demander,pourquoi le sort s'acharne t-il sur soi?? Et bien il faut croire que parfois tout ce qu'il nous reste,c'est l'autre!! Et oui,en négligeant son prochain,on se néglige nous même,n'est-il pas?? N'est-il pas simplement absurde,ou seulement injuste?? Aujourd'hui cet outil "internet"peut nous aider les uns et les autres,pour "passer le mot"..alors tout ce que je nous souhaite de mieux,c'est au moins "passer le mot"pour ne pas céder aux maux!!! Ces maux qui peuvent aussi nous unir par "le mot"!! Restons actifs,ensemble,simplement en nous racontons nos vies,qui valent autant que la leur)))
Ne soyons plus le cobaye assisté!! Nos vies dépendent de 'la' vérité)))

Moi aussi je prenais de

Moi aussi je prenais de l'effexor mais des 150 mg et j'ai décidé de tous arrêter après trois mois sous médication.(je n'oublirais pas de préciser que je n'ai que 15 ans ) J'ai arrêter secs si on peux dire. Celas fais presque une semaine que j'ai arrêter et je me sens rassurer de savoir que je ne suis point le seule qui ressens c'est effets indésirable.

COMMENTAIRE

BONJOUR? JE REPONDS A VOTRE COMMENTAIRE L AN DERNIER J AI ARRETé brutalement l efexor lp 75 que je prenais depuis 6ans le tranxene 10 et le dafalgan codéiné , je comprends ce que vous ressentez , moi qui n' a pas diminué mais tout jeté , j ai crut jamais m'en sortir , tt ce que vous aveze ressenti je l ai eu , tandits que moi je ne dormait pas souffrait enormément. Je suis opérée des cervicales a la suite d un terrible accident contre mon gré accident de travail , mon sevrage a étè horrible pendant 2mois j y croyais plus , j ai tenu jusque avril 2013 j 'ai repris l'éfèralgan terrible herreur de decembre a avril , appart quelque medoc pour mes douleurs cervicals ,suite a mon accident 1ans plus tard réponse du medecin choc postromatique plus peur panique angoise , dsl je mélange mes mots , a l heure actuel j éssai de me débarrasser du dafalgan codéiné , et je me retourne a la médecine douce mon medecin traitant qui me connait depuis l'enfance est dépassé . j' éspere que vous allez mieux pour vos projet soyez entouré je suis maman d 1 bout de chou de 4ans j ai 29 ans et depuis 15jours c 'est revenu de plus belle ce n est pas évident car tout le monde ne comprends pas , je vous réponds dans un état catastrophique désolè j'éspere que vous comprendrez mon message, en tt les cas l 'efexort le tranxene je n'y est plus touché depuis DECEMBRE 2013 cava passez. C'est le manque c'est dur a dire pour moi mais c'est vrai , courage a vs .BIBI

Effexor: réponse pour Bibi

Votre commentaire m'a encouragé car je viens d'arrêter ce médicament. J'ai pris 150 mg d'effexor pendant 1 an suite à un accident et compte tenu que j'ai des douleurs neurologiques, les médecins m'ont convaincu de prendre ce médicaments. Je dis convaincu car je ne voulais pas le prendre. J'ai demandé à l'arrêter et comme mon médecin de famille ne voulait pas, j'ai décidé de l'arrêter par moi-même de façon très progression (5 semaines). Maintenant, j'ai des effets secondaires de sevrages depuis 3 semaines: mal à l'estomac, mal de coeur et diarrhée (ce qui fait changement après avoir été constipée pendant 1 an). Vous me dites que cela va passer alors, je vais prendre mon mal en patience et ne pas voir mon médecin car je ne veux pas le lui dire car je ne veux pas qu'il essaie de me convaincre de prendre un autre médicament. j'en ai marre des médicaments. Je vous remercie infiniment de votre témoignage qui m'a été fort utile et je vous souhaite beaucoup de courage dans votre situation. J'ai eu mon accident en mai 2012, il y a déjà 2 ans... CHATOU

arreter l effexor

bonjour cela fait 9 ans que je prend l effexor . suite à une histoire amoureuse j avais 75 gr le matin et soir j ai essayé d arreter j avais des vertiges tremblement et tenais pas sur mes jambes envie de pleurer à fleur de peau , et beaucoup de mal à parlé cela fait longtemps que je veux arreté mais rien à faire j ai pas la force moralement la je suis decendu à 75gr et 37:5 ca va pour le moment je veux arreter mais mon médecin ne veux pas de quoi ont t il peur je me demande s est un poison qui me pourri la vie

effexor

en ce qui me concerne j,ai demandé à mon médecin de me prescrire effexor au début de juin 2013 car j'avait des amies qui en ont pris et d'autre qui en prennent et qui me dise qu'elles pètent le feu.j,ai débuté avec 75 mg par jour et j'ai remarqué un regain de force mais ca n'à pas duré longtemps,quand les effets secondaire se sont manifestés oh très dur de continuer à prendre ce poison,avec l'assitentiment de mon médecin j'ai diminué à 37.5 et j'allais de mal en pis dimanche passé je croyait faire un acv pression artérielle 198/88 72 pouls machoire raide douleurs à la poitrine mais je ne voulait pas aller à l'hôpital donc j,ai bu beaucoup d'eau,ensuite j'ai commencé à avoir des étourdissements et je marchais comme sur un matelas je devait marcher avec une canne pour ne pas tomber,donc le jeudi suivant en ayant assez j'ai cessé de prendre effexor et aujourd'hui samedi je voit une diminitution des étourdissement.après 4mois et demi je cesse de les prendres et je ne m'en porte que mieux après avoir vécu l'enfer de la sudation de douleurs partout dans mon corp cauchemard tic (les jambes et bras qui sautent surtout au coucher)insomnie je recommande même si c,est pénible le sevrage à tout lre monde de cesser de prendre effexor

L'arrêt d'Effexor

Bonjour,
Je prends Effexor XR a une dose de 150mg depuis 3 ans il y a 1 an 1/2 environ ma Doc m'a prescrit du Mirtazapine 15 mg que je coupe en 4 pour dormir le soir et je dors comme un bébé. Il y a 4 mois j'ai convenu avec ma Doc d'arrêter la médoc... donc j’ai passé de 150 a 112.5 pendant 5 mois...numéro 1 j'étais super, la première semaine elle a été beaucoup d'effet secondaire, mais je savais ce que ce serait j'étais donc préparé. Le 6 janvier on a descendu a 75 mg, ouf! je suis enragée, la majorité du temps ayant 3 enfants de 6-4-4 j'essaie, de me contrôler, car je sais que c'est chimique, mais c'est dur. J'en ai pour 4 mois encore... Nous avons(convenue ma Doc et moi que c'était graduelle quitte a ouvrir des capsules pour en retire une partie moi grand que de dropper de 37.5. Je continue mon mirtazapine, 1/4 pour dormir au moins mon sommeil n'est pas affecté. Tenez bon et allez s'y graduellement pas de presse c'est le secret du succès en suis certaine. Je viens du Québec et nos Doc semblent plus (doux) sur les sevrages que ce que je lis sur les sites Français.
Bonne Chance
Chance

Je me sens moins seule

Bonjour,

Suite a une grosse baisse de moral et des crises d'angoisses, mon médecin traitant m'a mise en fevrier 2013 sous effexor (j'avais des vertiges et comme personne ne trouvait ce que j'avais, on m'a dit que c'était psychologique...) parallèlement je suis allée consulter un psychiatre qui m'a aidée à trouver le bon dosage (j'étais sous dosée à 75 mg il m'avait donc passée à 150 mg) et avec qui j'ai débuté un suivi. L'effexor m'a fait bcp de bien, j'ai reussi à relativiser plein de choses. Mais les vertiges continuant, je suis allée consulter (un 3ème!!!) ORL qui lui m'a diagnostiqué un vrai vertige mais atténué par l'effexor. J'étais soulagée de savoir que ce n'était pas psy. Comme je n'avais plus grand chose à raconter à mon psy, j'ai décidé d'arrêter le suivi et de diminuer progressivement l'effexor afin de l'arrêter (il interfère dans les vertiges et j'ai besoin d'être "sans rien" dans l'organisme afin de trouver pourquoi j'ai ces fameux vertiges, surtout qu'effexor me donne des vertiges orthostatiques!). Je suis passée de 150 mg à 112,5 mg puis à 75mg et enfin actuellement à 37,5. Seulement voilà, il ya 15 jours j'ai eu un épisode de vertiges très violent avec vomisssements et tout le tralala. Depuis, grosse fatigue. Depuis 2 jours je ne fait que dormir, je fais toujours bcp de rêves (souvent des cauchemars) je transpire bcp, j'ai des nausées, je pleure et surtout quand je tourne la tête ou que je bouge j'ai des sortes d'étourdissments très pénibles. Apparement le sevrage de l'effexor ne se passe pas si bien que ça, et en vous lisant je me dit que c'est bien ça!! Je viens de tel à mon psy qui me dit que c'est normal, de m'accrocher et que ça peut durer 10 jours. Une fois ces symtômes passés je pourrais commencer à prendre le 37,5 un jour sur 2 (je stresse d'avance). C'est très dur non seulement pour mon entourage professionel mais aussi pour ma famille et surtout pour moi!! J'espère que ça va vite passer car vraiment j'en ai ma claque!! courage à vous tous

Arrêt traitement Effexor - Ma longue traversée

Bonjour! Pour ma part, je prenais initialement 325 mg d'Effexor tous les jours et cela depuis 3 ans. Je dois dire que ce médicament m'a vraiment aider dans une période passé de ma vie qui fut très difficile. Mais il est venu également grandement oblitérer ma personnalité peu à peu. Bien que ce ne fut pas de manière totalement négative, je dois aussi avouer que je reconnaissais de moins en moins la personne que j'étais avant Effexor.
Mais voilà un an, moi et mon médecin avons convenus que j'allais beaucoup mieux, le temps étant venu de reprendre le contrôle de ma vie par moi-même et donc de mettre tranquillement ma béquille de côté. Nous avons décidés d'y aller très prudemment et surtout graduellement. J'ai donc pris l'année entière pour cessé mon Effexor. Nous y avons été par période de un mois à la fois. Chaque mois nous avons diminué la dose de 37,5 mg. Mon médecin et moi avions également discutés des effets secondaires possibles et du fait qu'ils pouvaient se présenter en cours de traitement. Nous avions donc aussi convenus d'une formule simple: "Un mois à la fois, une petite dose à la fois". Donc que, si j'allais avoir la sensation d'un grand et meilleur bien-être certains mois, de ne pas vouloir brûler les étapes en réduisant plus rapidement la prochaine dose. Mais que si je ressentais des effets secondaires, je pouvais retarder de un mois la diminution de la dose d'après mais jamais attendre deux mois de suite sans rebaisser une nouvelle fois.
Bien sur, en faisant un calcul rapide, vous aurez sans doute devinés que j'ai eu certains mois des effets secondaires. Mais je dois quand même avouer que de manière générale, ce fut très court et peu important. J'ai surtout eu des courtes périodes d'insomnies, de tremblements par moments, des diaphorèses sans raison, un peu de nausée mais surtout une grande perte de poids. Je dois avouer j'ai perdu 40lbs en tout depuis un an et j'en suis à 10 lbs de mon poids que je pesais il y a 3 ans!
Or ce qui fut le plus difficile pour ma part, ce fut l'arrêt final de la dernière dose d'Effexor. Je me suis mis à avoir des crises de larmes sans raison (je devais éviter de regarder la télé car tout me faisait pleurer), de grandes insomnies (je dormais jamais plus que 3 heures à la fois par période de 24 heures), des nuits plus difficiles (j'avais l'impression d'hyper-ventilé durant mon sommeil), certaines douleurs au dos (bas du dos), des tremblements, des période de froids importantes (extrémités: pieds et mains surtout), des céphalés (acétaminophène aux 4 heures), des vertiges et étourdissements (de manière importantes), des problèmes de digestions (je me sentais lourd et avait l'impression de reflux gastrique) et de sensations de mal l'aise générale (anxiété: pouls rapide, sensation de douleur thoracique, agitation, diaphorèse avec chaleur soudaine). Je croyais que la dépression et l'angoisse avaient repris. Le plus gros des symptômes ont duré environ 7-8 jours. Au 8e jour, j'ai commencé à prendre du mieux, à arriver à gérer mieux mes idées, à me raisonner et à me calmer par moi-même. J'ai surtout recommencer à mieux dormir, donc à reprendre du mieux sur le reste aussi. Même si après 10 jours , je ressentais encore certains symptômes plus épisodiquement, c'était de plus en plus brefs et de moins en moins forts.
Aujourd'hui je veux vous dires que malgré, le temps très long du sevrage (1 an au total pour moi) et les symptômes vraiment pas agréables et paniquants par moment, je ne regrette absolument pas d'avoir franchis le pas et d'avoir mise ma béquille de côté. Je suis en train de reprendre confiance en moi, en la vie multiplié par 100 sur le gars que j'étais avant ma dépression sévère. Mais comprenez, que prendre un médicament quand on ne va pas bien, c'est extrêmement important aussi; ça fait partit du début de la solution. Sachez aussi que j'ai appris durant mon cours de soins qu'après 2 ans un anti-dépresseur ne donne plus vraiment d'effets de manière totalement adéquate. Car c'est vrai qu'une dépression ne dure rarement deux ans...souvent que quelques mois. Pour l'anxiété, c'est pareil, on apprends normalement à mieux la contrôler et la vivre. Sinon demandé à votre médecin de vous joindre à des groupe de gestion sur l'anxiété. Et donc voilà, j'ai réussit à vaincre mon Effexor.
Pour tous les spécialistes qui prescrivent ce médoc, un seul avis: S.V.P. Cessez de prescrire l'Effexor en disant à votre patient qu'il n'y a aucune accoutumance, car contrairement à ce que vous pensez, elle est présente et bien réelle.
Bonne chance a tous! Laissez-vous le temps et n'oubliez pas: "Un temps à la fois, une petite dose chaque fois". Et bien-être ou pas ne brûlez pas les étapes en diminuant trop vite ou en stagnant trop longtemps.

Enfin une personne qui a réussi à se sortir de ce médicament

J ai pris effexor pendant 4 ans suite à un burn out
Je prenais tous les jours une gellule de 70 mg
Il y a 6 mois, j ai décidé d arrêter, je suis passé à 37,5 g tous les jours puis tous les 2 jours puis tous les 3 jours. J ai arrêté définitivement il y a 10 jours et la 2 effets secondaires sont apparus : le pire, l insomnie, c est dur de travailler la journée en ayant dormi que 3 à 4 h. Le 2ème effet secondaire, les étourdissements
Je n ai pas d autre effets secondaires à part la fatigue qui est sûrement liée à l insomnie
À la lecture des nombreux témoignage, j ai compris qu il fallait que je tienne encore une semaine

Merci

Entrain de diminuer moi même l'effexor de 187.5 que je prenais chaque jour, tu es la première personne qui m'encourage vraiment. Ton texte est ordonné, bien écrit et la réflexion bien pondérée. Merci et félicitations pour ton sevrage!

Merci pour ton témoignage

Salut,

Je viens de tomber sur ton témoignage et je l'ai trouvé très intéressant; on sent que tu as du recul sur ton expérience avec effexor et ça fait du bien de lire ça (pour avoir passé pas mal de temps à lire des posts sur les forums sans jamais poster moi-même, c'est assez rare, la plupart des commentaires sont plutôt anxiogènes); je voulais te le dire parce que ce type de témoignage est utile et important pour ceux qui sont encore dans cette galère. Perso, j'ai passé à peu près 10 ans sous ce médoc pour des problèmes d’anxiété généralisée, mais à très petit dosage (37.5 mg pendant 9 ans et 75 mg la dernière année...c'est très peu par rapport à la dose que tu prenais, je ne voulais pas l'augmenter malgré l'insistance des médecins, mais c'est sur une très longue durée). J'ai essayé de l’arrêter 2 fois pendant cette période, mais ça a échoué ; j'étais pas prêt à supporter la difficulté du sevrage, je pense, et les conseils de bcp de médecins dans ce domaine sont irréalistes...c’est à peine si ils parlent de sevrage d’ailleurs; pour eux, en 2-3 semaines, c’est réglé, le reste n’est que retour des symptômes d’avant la prise. Et puis, il y a 8 mois, j'ai décidé qu'il fallait que j'arrête ce truc, que j'allais pas passer ma vie sous traitement; tu parlais d'"oblitérer ma personnalité", de ne plus "reconnaître la personne que j'étais avant", c'est tout à fait ce que je ressentais (et que je ressens encore partiellement). J'avais cette impression d'être de plus en plus déconnecté de mon ressenti, de mon corps, et m'enfoncer dans une indifférence, apathie, ce qui est assez vertigineux. J’y suis allé hyper progressif, comme toi (perso, j’ouvrais les capsules 75 mg LP, j’enlevais environ 5% chaque semaine, et je remontais à la dernière dose si je sentais que ça devenait trop difficile). J’ai eu des effets secondaires, mais ça a été supportable. Ca fait un peu plus d'1 mois maintenant que je ne prends plus rien, et je sens qu’il y a du mieux (j’ai l’impression de me retrouver un peu, que le brouillard se dissipe petit à petit). Mais ce qui m’inquiète, c’est que je traîne encore des effets secondaires (que j’avais déjà pendant le traitement) : principalement transpiration excessive (toute la journée, ça devient intenable), insomnies, bouffées de chaleur, nausée, et sorte de vertige constant (vue floue, assez difficile à expliquer),… bref, pas mal d’effets identiques à ceux que tu décris. J’ai l’impression que ça va un peu mieux, semaine après semaine, mais c’est pas flagrant. Je me demandais si ton expérience avait été semblable, après l’arrêt je veux dire. Les effets se sont estompés très progressivement ?
Il faut être patient je pense, pas le choix de toute façon.
D’avance merci pour ta réponse, et bravo pour ta belle victoire sur ce médoc.

Emmanuel

moi qui pensai etre un cas isolé......ébé!

bonjour
sous dafalgan codéïné depuis 16 ans et sous effexor 75 LP depuis 7 ans , j'ai pris la descision de tout stopper "cash" . mais là arrivent les problémes. niveau codéïne "juste" des crampes a devenir fou furieux ( ayant pris contact avec le laboratoire fabriquant dafalgan codeïne et leur ayant exposé mon etant , leur reponse fut des plus ....évasive et méme assez étonnés de mon etant de manque ........bien bien). la cerise sur le gateau est l'arret de l'effexor 75 LP : que j'arrete progressivement ou "cash" mon esprit broie du noir voir du noir tres foncé , envie de rien , et mes nuits sont une veritable torture , suée tremblement decharges electriques dans tout le corps .......alors que faire ? reprendre ces "saloperies" , ah non merci mais comment se battre contre ces molécules ?
patrick 34

Bonsoir a tous, J ai connu

Bonsoir a tous,
J ai connu ca, mon pys ma fait arreter effexor 75mg lp et xeroquel lp 50mg le 4 juillet
brutalement il pensait que je n etais pas depressif
mais plutot anxieux. Quelle erreure de l avoir ecouter
j ai fait une rechute et il ma remis a.37,5mg effexor
j ai plus envie de rien et j ai des idee noir
je sais pas si c est la bonne dose.
Le soir pour dormir. Je prends du lysanxia, tercian 1/2
Et un imovane.
Cella dur depuis le mois de mars sous seroplex 20mg puis le mois de juin passage a effexor et xeroquel
j en.vois.plus la fin.
Je vis seul.avec mes deux enfants
et je suis en instance de divorce
Trop de souci dan ma tete vente de la maison et j en passe.
Je sais plus comment faire.
Merci a vous.
David

l'enfer

Bonjour à tous,
Tout d'abord, je tiens à dire que ça fait du bien de vous lire, car j'ai l'impression de devenir folle et de n'être pas prise au sérieux par mon entourage!!!J'ai 26 ans et ça fait plus de 6 ans que je prends de l'effexor, au départ j'étais autour de 150 par jour, puis j'ai passé après 3 ans à une dose de 75. Actuellement j'avais de plus en plus de douleurs aux jambes et mon médecin pense que c'est dû à l'effexor. On a décidé que je devais l'arrêter (ça m'arrange, car je souhaitais depuis longtemps l'arrêter). Il m'a prescris deux semaines de 37,5 et là j'ai terminé. En réalité c'est le cauchemar, j'ai des sortes de décharges électriques dans tous le corps mais notamment dans la poitrine. J'ai aussi le sentiment que ma langue gonfle et que j'ai des décharges dedans. DE plus j'ai le sentiment d'être à côté de plaque, et que mon corps ne me porte plus. Même dans ma tête c'est un sentiment de néant. Je passe du rire aux larmes, avec l'impression d'être folle. J'ai craqué et j'ai repris du 75 car je n'avais plus de 35 et c'est le week-end. J'ai l'impression d'être faible ou plutôt d'être complètement à côté de plaque. Que faire? Je me dis que durant 6 ans, j'ai pris une saloperie de merde de médoc et que le monde médical ne prévient pas les patients du danger de ces substances et du douloureux sevrage qui s'en suit (je hais les firmes pharmaceutiques, c'est vraiment des pourris!). Qu'en pensez vous? Amitiés

En réponse a ton message.

Salut, je suis venu consulter les site pour me sentir moins seul dans mon sevrage, moi aussi j,en veut énormément au psychiatre, a l’hôpital et toute cette gang de malades, je prends effexor et rivotril depuis plusieurs années, au début les médicaments me fesait tellement de bien , plus de problèmes, c,est magique pour que les années passent et que mon cas empire et que j'ai commencer a faire des attaques de panique et je me suis ramassé a l’hôpital a attendre des heures pour finalement ne pas me faire aider et rencontrer des psychiatre qui ont complètement rit de moi, je leur disait que j'avais des idées suicidaires et ils me retournait chez moi et ne modifiait pas mes médicaments disant quil falait que j,attende pour avoir un psychiatre qui me suis régulièrement. je me suis ramassé quatre fois al'urgence en 4 mois pour finalement avoir un suivi ou j'ai fait une plainte...la je suis en sevrage depuis environ 5 semaines, c,est l,enfer, je me sens colérique, impatiente, anxieuse, mal au ventre des vertiges, les oreilles qui bourdonnent et jen passe...ça fait mon 4ieme sevrage les autres j,ai pas été capable mais cette fois ci je me suis rendu le plus loin et je ne veut plus jamais reprendre ce poison qui m,a fait perdre la mémoire, m'a fait prendre beaucoup de poids et m,a augmenter mon anxiété.J,ai entendu dire d'un amie que les médecins recevait des cadeaux , des voyages etc... pour ceux qui prescrivent le plus de médicaments, une sorte en particuliers....voila que eux font la belle vie pendant que nous oon souffrent. je n,encourage personne a commencer ce médicaments mais évidement comme moi qui souffrait tellement je leur fesait confiance et je croyait c'était ma seul porte de sorties. Pour ma part, je me repose beaucoup, je boit beaucoup de tisane, je fait exercices et ca maide. Jai deux amies qui sont suicidaire et qui sont bourré de ces pilules alors je crois quil y a un problème quelque part !

bonne chance

deja un mois

bonjour ! moi j ai arrete de prendre mes médicaments sans l aide du doc parce que depuis janvier j avais des effets secondaire au médicaments qui était de l effexor 75 une fois par jours j avais l impression de faire une depresion en plus de plus en plus fatiguer j ai commencer a avoir des vomisement de la bile ,des sueur nocturne des choc dans la tete j ai regarder les effets secondaire du medicament et j avais pas mal tout les effets secondaire meme les plus rares .quand j ai arrete beaucoup d effet son partie mais d autre ont apparu comme l insomnie ,fatigue pour les chocs dans tete beaucoup moin pire mais le nuage que j avais dans la tete est partie en meme temps que les medoc sa ses ma plus grande victoire parce que je n avait plus le gout a rien ni voir personne mais la je me sens comme avant le gout de rire d avancer dans la vie moi mes trucs omega 3 pour l humeur complexe b 100 pour la fatigue et l acuponteur pour mes chocs dans la tete et pour mon foie qui grace a lui ma fait arrete les medoc pas avoir eu des vomissement je n aurrait jamais regarder les effets secondaire du medoc et je serai surment encore la dessus la seul chose que je peu vous dire avoir continuer le médicaments je serai peu etre plus la vue la chute libre que m entrainait le médicaments .déjà un mois de fait et ma sante mentale se porte pour le mieux et pour les autres effets je trouve ca vraiment plate mais ses déjà moins pire que les 5 premier jours . je vous souhaites un bon sevrage et surtout respecter vous

Poison ce médicament t

Je te comprend je suis dans la même galère, ma dose a moi était seulement de 27.5 mg.
Présentement cela fait 3 semaines que prend plus le médicament, j'ai encore des symptôme tel que tremblement, des vertiges, constipation, mal de tête.
Je prenais elavil avant depuis le mois de novembre, la raison, c'est que j'ai une comotion cérébrale, lorsque j'ai changer pour effexor, ça tout changer une dépendance totale, j'ai pris trois semaine une très faible dose et j'ai eu de la difficulté à cesser donc tu en à au moins sur 6 à 1 ans pour ton sevrage maudit poison

sevrage ffexor

Bonjour! j'ai pris effexor 75mg pendant 3ans! maintenant je suis entrain d'essayer d'arrêter.C'est vraiment très dur. je l fais très progressivement. d'abord 37.5mg ensuite 18mg ensuite 9 mg et maintenant j'en suis a 5mg. Encore avec du 5mg si je l'oublie 1 jour les effets secondaire surviennent toujours:sueur nocturne, etourdissement difficulté à faire des gestes un peut comme si on a bu un verre de trop. Mais heureusement c'est quand même un peut plus faible. Et je pense arriver bientôt à pouvoir m'n passer!! Donc si vous voulez arrêter je pense que la meilleur méthode est comme diminuer progressivement les doses sinon c'est imposible!! Bon courage

dosage effexor

Bonjour, comment fais tu pour prendre moins de 37.5 mg. J'ai ouvert une gelule et il y a un comprime a l'interieur. Je peux eventuellement le couper en 2 pour faire 18mg mais apres.... merci.

Effexor

Bonjour,
Je suis sous Effexor 37,5 et en sevrage. 2/semaine, mais beaucoup d'effets secondaires. Comment a tu fais pour diminuer à 18mg, 9mg puis 5mg? Le médicament étant en capsules??
Merci pour ton aide.

dosage effexor

bonjour j'habite en belgisue, les seuls dosages d'effexor sont de 75mg et 37,5mg; comment faites-vous pour faire 18mg, ou 9 mg ? merci de m'expliquer car l'arrêt de 37,5mg est infernal même en prenant 1 jour sur 2
Christine

Tu peux ouvrir ta capsule de

Tu peux ouvrir ta capsule de 37.5 mg et enlever la moitié. Bonne chance :-)

Début d'un sevrage effexor

Bonjour, Enfin quelques réponses. J'ai pris Effexor 112,5mg pendant 1 an pour dépression majeure. Comme je me sens beaucoup mieux, j'ai demandé à mon médecin de diminuer ma dose. De 112,5mg, j'ai passé à 75mg pendant une semaine et ensuite à 37,5mg aux deux jours. J'ai commencé à avoir des étourdissements, nausées, je pleure dès que quelqu'un me demande comment je vais. J'ai appelé mon médecin ce matin et il m'a dit de prendre 37,5mg pour 1 mois. Ce n'est pas tout le monde qui réagit de la même façon. Bonne chance à tous et courage. Ana

Comment faire?

Bonjour à tous. J'ai 23 ans bientôt, et cela fait 3 ans passés que je suis sous Effexor 37.5. Durant la première moitié de mon traitement, j'étais suivie par une psychiatre; c'est elle qui me prescrivait ce médicament pour cause d'anxiété, non de dépression. Je l'écoutais les yeux bandés, elle m'a énormément aidé sur d'autres points. A la fin de cette première moitié de traitement, avec son accord, j'ai souhaité arrêter le médicament, car je me sentais prête. J'étais vraiment bien et me sentais "forte" pour affronter mes propres démons qui se réveilleraient éventuellement. Le "hic", c'est que ma chère psychiatre en qui j'avais complètement confiance, m'a dit "Oh, vu votre faible dose, vous n'en prenez qu'une fois sur deux pendant 4 jours, puis vous arrêtez direct". Haha. Grâce à elle, j'ai vécu les pires jours de ma vie: crise de tétanie durant environ 2 semaines. Presque impossible à décrire. Mais je peux garantir que mon envie d'arrêter est partie de jour en jour. J'ai donc repris l'effexor au bout de 10 jours d'arrêt. Je suis allée voir une dernière fois ma psychiatre, lui ai tout raconté (période de vacances estivales, donc elle ne m'avait plus vu depuis quelques semaines), et elle m'a assuré que l'arrêt de l'effexor ne pouvait pas être la cause de ma crise de tétanie (ainsi que tous les effets secondaires d'arrêt évoqués dans tous les témoignages ici). Je n'ai plus jamais mis les pieds dans son cabinet. Depuis ce jour, c'est mon médecin traitant qui me prescrit l'effexor, toujours 37.5. Et j'ai une peur terrible d'arrêter. Je ne veux plus jamais revivre ça. Jamais. Mais moi aussi, je veux vivre naturellement, retrouver ma libido, ne plus avoir de problèmes oculaires, et tous les autres effets secondaires qu'engendrent tous ces psychotropes même à faible dose. Mais je n'ai plus confiance en ce qu'on m'assure "un arrêt en douceur...". que faire, qui croire ? Merci à ceux qui me liront et qui me répondront... Bon dimanche à toutes et à tous. Et bon courage.
Marie

effexor

Je vie la même chose ,c'est pas évident d'assayé d'ètre normal a traver ca .

En sevrage depuis 6 semaines

À 225mg pendant 2 ans, pour une grosse crise d’anxiété avec panique, j'ai commencé à diminuer il y a 6 mois. D'abord en soustrayant 75mg aux deux semaines jusqu’à 75mg et à 37.5 un mois plus tard. Après 4 semaines à 37.5, 2 semaines à un jour sur deux.

Jusque-là, pas de problème. Mais si je ne prends pas « ma dose » le deuxième jour, je ressens les mêmes (tous!) symptômes que vous avez énoncés.

J’ai parlé à mon médecin des effets du sevrage et après une consultation de la bible des médocs, devant moi, il me dit que rien de tout ça n’y est inscrit par le fabriquant !?

Il me suggère de prolonger la durée entre les prises d’une heure à la fois à chaque semaine pour arriver à une 37.5 aux 5 jours et d’arrêter complètement si aucun symptôme.

C’est de la vraie merde ce produit. Je vais imprimer tous vos témoignages et l’envoyer au fabriquant et à l’ordre des médecins et des Psy.

Bon courage à tous et je vous dirai si le plan de mon médecin a fonctionné.
Homme, 50 ans, Québec

sevrage effexor

Je ne sais si ce médicament (aux effets secondaires désagréables dans mon cas : ralentissement quasi dramatique du transit, prise de poids, problèmes urinaires également principalement) m'a aidée ou si c'est la psychothérapie, mais comme je me sentais vraiment bien (plus d'angoisses, de fatigue perpétuelle,d'aboulie,de confusion et autres symptômes de dépression majeure) donc avec l'aide de mon médecin psychiatre j'ai progressivement diminué de 225 pendant 3 ans à 150 pendant plusieurs mois, puis 75 pendant 2 mois. A ce stade c'était OK, mais après 15 jours de sevrage via la procédure conseillée: 37,5 quelques jours, puis toute les 36 heures puis arrêt je me sens vraiment mal: j'ai cru que je souffrais de sclérose en plaque car j'en ai tous les symptômes : fourmillement, engourdissement dans les membres, problèmes visuel, de mémoire, montagnes russes émotionnelles du rire aux larmes en passant pour la colère pour des broutilles ! J'ai du mal à me reconnaître. J'ai consulté un centre de crise psy qui m'a dit de tenir bon et que dans 10 jours cela devrait aller... Heureusement que je suis en vacances car je n'aurais pas géré cela au travail. C'est vrai que je n'ai pas été préparée à cela et que j'ai un peu paniqué quand j'ai ressentis ces effets. Je reprendrai contact pour vous raconter la suite. Je revois mon médecin dans 48h. Courage à vous tous qui ramez dans la même galère.

xxx

une grosse merde ce produit j'etais malade comme un chien
ils devront interdire à le vendre

Avez vous eu des nouvelles

Avez vous eu des nouvelles ?
J'ai été sous Effexor pendant 7 ans pour de l'anxiété. J'ai décidé, avec encouragements de mon acupuncteur, d'arrêter.

Je ressens tous les symptômes décrits, mais les plus désagréables sont les chocs électriques. Dès que je bouge, que je déplace mon regard, j'en ai d'une intensité très élevée. Ça passe dans la tête, la poitrine, le dos.

Aussi nausées (++++), douleurs dans les jambes, raideurs musculaires.

Je me force à tenir le coup, mais ce n'est pas évident. Jour 4, on continue...

Courage à tous, et on sera bien mieux sans cette merde dans notre sang.

sevrage effexor pour la 3em fois

Moi, j ai toujours été atteint d anxiété généralisée
j ai pris effexor pour la premiere fois en 2002, quand
j ai su que j etait enceinte, j'ai arrêté net. ..
WOW les symptômes de sevrage qui me pourrissait la vie
etaient surtout les fameux chocs électriques qui arrive
dès qu on regarde ailleurs...
Après j ai repris effexor mais j'ai ensuite dû arreter
pour la même raison. ..Encore les fameux chocs électriques. ..
Maintenant il y a 1 ans j ai repris effexor mais il
ne me fesait plus rien...même pire, j'ai engraissé, les
émotions en montagne russe, irritable(genre trop SPM)
Hypersomnie, je dormais 15/jour et si j aurais pu
j aurais dormi plus (3 enfants tout de même! )
Aucune mais vraiment aucune énergie! Mon médecin a décidé
de changer effexor en diminuant 250mg sur 3 semaine a 0 pour
un nouveau médicament: wellbutrin 150mg, ca fait maintenant 2 jours que j'ai cessé effexor, commencer wellbutrin, c est encore la même chanson, les cr... de chocs électriques.personne ne peut comprendre ce qui se passe dans notre corps s ils n'ont jamais passé par la. C'est tellement intense, a CHAQUE SECONDE, t a l impression de tenir une clôture à vache électrifié, pourtant pour avoir passer par la a 2 autres occasions, je savais ce qui m attendait mais vu que je changeait pour un autre antidepresseur je pensais que ça serait différent mais. ..non, toujours aussi dur, il me reste 8 jours. .du courage et de la patience, il va m en falloir!
QUELQU'UN A UN TRUC POUR DIMINUER LES CHOCS ELECTRIQUES?

sevrage effexor

Finalement mon RV est reporté à jeudi. Aujourd'hui 9 ème jour sans Effexor et je me sens épuisée. Le plus pénible ce sont les douleurs articulaires et musculaires avec enkylose. Cela m'empêche de vivre normalement. Dès que j'aurai l'avis de mon psy, je vous informe.

Ce qui me soulage un peu : 500mg paracetamol+200mg ibuprofene + automassage avec jet d'eau ou crème à l'arnica.

Courage! Il faut tenir. Il n'y a pas de raison de prendre ces médocs à vie.

11 jours...cela commence à aller mieux

J'ai vu mon psychiatre aujourd’hui et il était très étonné. Il semble que peut de ses patients réagissent ainsi. Question de sensibilité aux modifications chimiques... C'est vrai que j'ai le profil à mal réagir aux substances chimiques en général et aux médicaments en particulier (genre de nana qui à TOUS les effets secondaires et souvent de manière sévère!)

Mais comme il y a un léger mieux depuis hier, j'ai décidé avec son soutien de tenir et de faire le dos rond en espérant que cela finisse par passer complètement.

Courage à tous ceux qui en passent par là.

Amélioration?

Bonjour,

J'ai pris çe médicament pendant 1an et demi. Vient d'arrêter mais très pénible. J'avais
75 mg et pris 37.5 pendant 2 semaines. Arrêt complet depuis maintenant 7 jours. A 37.5, j'ai commencé à avoir des effets la 5 ieme journée pour environ 2 jours et ensuite pas si pire. Fatigue importante cependant et difficulté a faire mes journées. Depuis l'arrêt complet, crise de nausée, étourdissement et bouffe de chaleur... Après midi est le pire.. Sais pas pourquoi.

Avez vous une idée du temps que cela pourra durer encore? Je pars en croisiere en Alaska, une des plus belle dans 6 jours et suis terriblement inquiète de me sentir encore comme ça. Naturellement, pas envie de gaspiller ce voyage a cause des effets et ai une envie folle de reprendre une faible dose afin de assurer une meilleure forme pour ce voyage.

J'aimerais bien avoir une opinion?

Merci

arrêt

grosse grosse merde de cheval ce médoc, j'ai arrêté net y'a deux jours, complètement cassé, décharges et l'impression que je sombre dans la psychose. Saloperie de médoc !
J'ai une maladie chronique invalidante, on m'a pompé l'air en permanence que les traitements étaient à vie pour cette maladie, j'ai fait le test de ne plus les prendre, résultat ça fait un an que je vis sans traitement sans rechute.
Je suis persuadé que c'est la même pour ces saletés d'antidépresseurs, je préfère tenir le coup quite à picoler un peu plus temporairement pour passer le manque mais jamais je ne remettrai dans les traitements psychiatriques.
Les médecins sont là pour vous faire bouffer des médocs, c'est leur gagne-pain sous le couvert de la vérité en blouse blanche.

A tout çelles et ceux qui galèrent comme moi en ce moment : tenez-bon il faut être plus fort que ces saloperies chimiques !

L'efflexor pire qu'une drogue, un changement de vie totale

Bonsoir à tous et à toutes,

Une fois commencé, peut on réellement l'arrêter et une bonne fois pour toute s'en passer, je suis septique, car cette substance aussi chimique quel soit., nous procure une tel confiance en soit, une telle énergie, un sentiment de pouvoir faire tout ce qu'il est possible de faire sur cette terre, cela fait déjà 12 ans que je suis tombé dedans, il a suffit d'un échec et l'incapacité à ce concentrer, à mémoriser et à réfléchir et à une période d'anxiété ultra intense pour que je sombre de jours en jours dans un désarroi immense, le trou noir total, le néant qui porte un nom apparemment la dépression.
À cette époque ( en février 2001 ) le mot dépression été lié à une dépression atmosphérique, en aucun cas à une dépression nerveuse, je ne connaissait ni ce terme, ni ces drogues durs de type : Anti-dépresseurs, Anxiolytiques, Régulateurs d'humeurs ou voir même somnifères et ceux surtout à 25 ans quand on ne fume pas, on ne boit pas et qu'on pratique le sport 2 heures par jour en plus de son activité professionnelle.
Nabil 37 ans.

NAB

bsr je confirme c'est une drogue. je le prenais pour anxièté génèralisée, mais il faut de la patience.
Nabila 1975.

Arrêt effexor, pas n'importe comment !!!!!!!

Bonjour à tous,

J'ai 23 ans et il y a un an et demi suite à une rupture très difficile j'ai fait une dépression...Ayant perdu le gout de la vie, mon médecin m'a prescrit de l'effexor 75mg/jour pour m'en sortir. Je pense que ça a été efficace car j'avais retrouvé le sourire environ 1 mois après. Je pense que le contexte m'a aidé aussi, c'était l'été et je suis partie en vacance. Du coup sur un coup de tête j'ai décidé d'arrêter, je pensais que j'avais plus besoin de cette merde!

Septembre, la rentrée, changement d'école, des évènements qui m'ont fait retomber dans une dépression plus grave que ce que j'avais pu ressentir lors de ma rupture. Des angoisses à m'en tordre le ventre, la peur de sortir de chez moi, des pleurs sans aucune raison, malheureuse, plus rien ne me faisait plaisir. Je suis pourtant quelqu'un de très bien entourée, une famille géniale, des amis sur qui je peux compter, mais là, personne n'arrivait à m'aider et à me comprendre...même moi je ne me comprenais pas et ça c'est encore plus angoissant.

J'en ai donc parlé à mon médecin et il m'a dit qu'il ne fallait SURTOUT PAS arrêter les cachets aussi brusquement, que la dépression était revenue à cause de ça...J'ai donc repris effexor, xanax pour les angoisses. Xanax je ne l'ai pas pris longtemps car je le trouvais trop violent, il me rendait stone, et je détestais l'idée de ne pas être moi même.

J'ai pris effexor pendant 1 an, mon état s'est amélioré progressivement, ma joie de vivre était revenue, et je m'étais habituée à ma nouvelle vie ! Je sortais, faisais du sport, ça c'est très efficace!!! Il y a 3/4 mois mon médecin voyant mon amélioration m'a proposé de passer à des cachets à 37,5mg. J'ai ressenti quelques effets indésirables pendant une semaine et puis ça s'est arrêté.

Là il y a 1 mois j'ai décidé d'arrêter progressivement comme me l'avait conseillé mon médecin. Je le prenais 1 jour sur 2 ensuite, tous les 2 jours, et je diminuais chaque fois que je ne ressentais plus ces effets indésirables (troubles, insomnies, vertiges, irritabilité).

Là ça fait 5 jours que je n'en ai pas pris, et tous les jours je me demande si je ne devrais pas en prendre un car, cet état me fatigue, me gêne. Je n'arrive pas bien à me concentrer, j'ai des troubles etc...mais je me dis que si j'en reprends un les symptomes vont revenir 4/5 jours après... donc je tiens le coup et j'attends qu'il n'y ait plus ces effets là !

J'ai hâte ! hâte de revenir moi même, de prendre ma vie en main et si j'ai un coup de blues je combattrai avec l'aide de mes proches pour ne pas retomber là dedans. Je sais maintenant que la dépression est une vraie maladie, que les gens qui ne l'ont pas vécu ne peuvent pas comprendre...Quand je parle de mes symptômes, on me dit "c'est dans ta tête..." grrrrr que ça m'énerve!!! Bref, on peut s'en sortir, il faut de la volonté, il faut se prendre en main, avoir du courage, ne pas se laisser aller...

Je vous conseille donc de ne pas arrêter brusquement, au risque d'avoir une dépression plus sévère, mais de l'arrêter progressivement mais seulement si l'on se sent bien si la dépression est partie...
Je pense qu'il ne faut pas critiquer le choix de votre médecin, effexor m'a bien aidé, c'est vrai qu'il y a une accoutumance et que le sevrage n'est pas facile mais moi il m'a aidé à me soigner ! Je vais beaucoup mieux moralement, par contre j'essaierai de gêrer ça moi même si un autre coup dur survient avant de choisir la facilité et de me ruer sur les médocs !

Courage à tous ! Ce n'est qu'un mauvais passage, je suis la preuve qu'on peut s'en sortir.

je te comprend tellement

J ai pris effexor aussi ma dose etait de 250 mg je me sentait tellement pas bien et plus les jours avancait et plus j etait malade au debut etoudissement grincement des dents insomnie pendant 6mois sueur nocturne choc electrique au cerveau main toujours engourdi crispation du visagemouvement involontaire des membres incapable de penser parler prise de poids extreme vertige et j en pas se mais a la fin j avais des convulsion je suis entrer plusieurs fois a l hopital en ambulance jusqu au temps qu il se rendre compte que c etait ma medication la je suis en sevrage et cest terrible je suis a zero depuis 4jours cest l enfer mais je ne desespere pas car apres tout les effets seront parti mais une journee a la fois toi non plus lache pas je sais que ce n est pas facile

meme pour moi

je suis en train d'arreter ce medoc je le prenais depuis 6 ans avec un essai d'arret au bout de 3 ans bref j'en ai marre car plus de libido et en plus les jambes qui bougent sans arret des que je suis assise donc decision seule de l'arreter avec seuvrage bien sur
1 un jour sur deux puis sur 3 la je suis arriver a unsur 5 je vais aller jusque une semaine sans et arret je prens du 75mg
je me suis remise au sport qui est radical course a pieds et la je me suis commande un trampoline pour faire chez moi du unronbonding
courage a tous et je vous tiens au courant

comment te sens tu moi sa

comment te sens tu moi sa fait pas un ans et je suis entrin de toute arreter je suis rendu au 3 jour je prend du 75 mg et rendu a ma troisieme journee j ai des etourdissement comme le vertige mettons que ses de la belle merde se medicament la tu a toute sortes de symptome merci de me repondre alp..

diminution des doses

Bonjour,

si j'ai bien compris, vous êtes à 75 mg ; si vous souhaitez arrêter progressivement, demandez à votre médecin de vous prescrire du 37,5 mg : cela ira déjà mieux.
Ensuite, si vous vous sentez mieux (plusieurs semaines voire plus), vous prendrez 1 gélule de 37,5 mg un jour sur deux sur une période minimale de 3 semaines.
Bon courage !

Effexor

Et bien pour moi tout c'est bien passé. Je pense qu'il n'y
a pas de règle et que chacun y trouve ou non son compte
(Libido en chute libre, même pour un homme, c'est vrai).
Après le sevrage est vraiment une question d'équilibre,
il faut être à l'écoute de son corps et de sa tête !
Le médicament n'est pas tout, la vie est belle et il faut positiver,
Partager, rencontrer des personnes! Il faut penser à vivre et non
Vivre pour penser!

Sevrage peur

J'ai pris Effexor 75mg pendant 2 ans. Mon doc m'a dit que je pouvais me sevrer par moi même en diminuant la dose à 37.5mg et ensuite de sauté des journées, ensuite un jour sur deux etc... jusqu'a ce que j'en ai plus besoin!!!

J'ai réussi à descendre à 37.5mg sans problème, avec un plan fait moi même, en 6 mois. C'est lent mais c'est pour de bon!

J'ai ensuite voulu descendre à zéro mais ça pas été aussi bien je voulais arracher la tête de tout le monde (J'ai organisé le shower de bébé le plus plate jamais fait dans ce temps là!!!)
Alors je suis revenu à 37.5 pendant 2 mois j'ai ensuite diminué à 25mg par jour ça fait bientôt 4 mois et je voulais diminué à 12.5mg mais dernièrement j'ai des doutes... je trouve que je redeviens irritable et très bête je perds patiente très rapidement ce que la pleine d'ose d'Effexor m'empêchait de faire.

Je veux surtout arrêter Effexor pour retrouver ma libido car elle à disparu dans le fond d'une tite bouteille de #$%@ pillules et mon chum s'ennuit!!!

Je ne sais pas quoi faire je retourne à 37.5 ou je reste à 25???? Si mes effets secondaires était physique genre insomnie ou vertiges je crois que ce serait plus facile que d'envoyer promener son patron et espérer qu'il ne me foutra pas à la porte...

Merci de m,avoir lu j'avais personne à qui en parler!!!!

Je te comprend

J'aime voir que dans ton texte il y a une belle touche humoristique, c'est la petite comique qui veux s'exprimer,elle est sur le bord de la porte et dès que tu lui diras go la vie est belle, elle te fera rire .Je pense que tu es vraiment sur la bonne route.Profite de la vie car répète le le plus souvent possible ,la vie est belle. Bravo ! A oui embrasse ton chum.

Ton ami Denis

mon sevrage sans permission

bonjour a tous ,je vais pas vous dire tous se qu'on ma donner en médoc juste vous dire qu'ils mon pourri ma vie et mon corps ,j'ai changer de médecin plusieur fois en 8 ans ,j'ai fait des TS et là je me demande si sais pas le faite d'avoir prie autant d'antie dépresseur qui exciste ,tous se que j'ai vue dans ces dires des personnes les noms des médocs que j'ai reconnue et qui mon fait tellement souffir jusqu'a aller a _ de 40kilo a 50 ans apeut prés ,là depuis 1 ans je ne cesse pas de souvire déssayer de comprendre et je peux vous dire que personne de mon entourage me comprend et la c'est dure parceque ne pas comprendre ma maladie je comprend ,mais ils devraient aux moins me croire sa je peux vous assurer que là je suis seule en plus de ma souvrance c'est 2 fois plus galére a supporter ,car depuis 2 mois je ne veux plus voir de docteur ,les derniers mon trop pourri ,je le faisait venir tou les 15 jours et quand j'ai redemender que le doc vienne j'attend toujours ,mais tant mieux car j'ai réagie. j'ai des piquements partout dans mon corps ,je sursaute grave dans mon lit ,sa me fait mal . sa bourdonne dans ma téte ,je ne supporte pas les méchancettes sa fait un boum dans ma téte et là je suis énormément fatiguer et j'ai des pensées négatif et je doit faire énormément d'effort pour ne pas faire de bétise ,je le fait pour moi vous allez peut étre penser que je suis égoiste mais pas moi car personnes ne comprend et peut étre ils vous disent oui je comprend et aprés ils oublies ,je doit me battres sur 2 choses a la fois le féte de me guerire et de combattre la familles .depuis 2 mois j'ai arreter tous ces médocs pourrie je ne sais pas combien de temps cela vas duré ,je ne peut pas sortir ,j'ai plus de force ,le peut que je fais à la maison je suis essouffler trés épuiser mais je vais continuer mon combat parceque aussi je vais étre grd mére vous voyez la aussi je ne trouve aucun plaisir a vous le dire car la maladie c'est ça aussi ,je voie que mon sang par moment ne circule plus je suis blanche ,je suis triste et voilà je vous ai dit se que sa me provoquer tous ces médocs et vous voyez je ne vous connais pas mais je sais que vous vous me croyée merci et courage a tous il faut prendre le temps pour se soigné

juste bon courage))), alors

juste bon courage))), alors vraiment c'est sincère,il en faut du courage pour se débarasser de ce mal,que peut être la depression,et à certaines fois se demander pourquoi on en est arrivé là!?? alors lorsque c'est la "solution"qui devient un problème!! Et il faut s'unir,face à ce réel problème,qui ronge et qui parfois nous isole,alors que fort malheureusement certaines personnes abandonnent le combat"!!!! Nous nous sentons si seul(e)s,face à ce qui demeure une injustice autant inqualifiable qu'un cancer,ou bien une erreur médicale,et parfois fatale!!
Ou comme certaines cliniques privées plus dangereuses que l'HP public!!!!Malheureusement parfois nous sommes pris par un système fonctionnant parfois une fois de trop,quand cela tombe sur soi,cela fonctionne alors comme une "mauvaise loterie";alors parfois c'est à se demander,pourquoi le sort s'acharne t-il sur soi?? Et bien il faut croire que parfois tout ce qu'il nous reste,c'est l'autre!! Et oui,en négligeant son prochain,on se néglige nous même,n'est-il pas?? N'est-il pas simplement absurde,ou seulement injuste?? Aujourd'hui cet outil "internet"peut nous aider les uns et les autres,pour "passer le mot"..alors tout ce que je nous souhaite de mieux,c'est au moins "passer le mot"pour ne pas céder aux maux!!! Ces maux qui peuvent aussi nous unir par "le mot"!! Restons actifs,ensemble,simplement en racontant nos peurs,mais aussi nos joies,lorsqu'il y en a,ou lorsque nous sortons de cet état qui rend nos vies compliquées,et qui rend certains jours insurmontables à nos yeux,là où tout devrait rester possible!! Là où aucune vie ne peut valoir plus qu'une autre)))
Ne soyons plus cobayes isolés,incompris,ou encore différents,dans un sens qui arrange bien certains ignorants manipulés!! Nous ne sommes pas contre une médecine qui avance,ni contre certains médecins qui parfois sans doute,croient bien faire,mais nous sommes pour le même droit pour tous,le même droit à l'information..comme ce que nous offre ce site,comme moyen efficace))). Nos vies dépendent de 'la' vérité))) Bref,vraiment,bon courage à tous,comme je peux me le souhaiter également..et merci à chaque personne qui ose témoigner...un grand merci à ceux qui croient et qui ne cesseront de croire en un monde juste, ...juste)))

Symptôme de sevrage sans l'être .. ?!?!

Bonjour,

je prends effexor 75mg depuis 6 mois. J'ai eu beaucoup d'effets secondaire horrible à la prise (migraines, insomnie, fatigue extrême, nausée 24h/24) hey bien depuis 3 semaines j'ai ces effets désagréable qui sont revenu, avec l'ajout de chocs électrique dans la tête et cauchemars. Pourtant je ne suis pas en sevrage et je prends ma dose tous les jours à la même heure sans jamais l'oublié.

Quelqu'un sait ce qui m'arrive? Car je n'en peut plus .. :(

symptôme de sevrage

bonjour , je viens de voir ton message ,moi je pense juste que ton médicament ne te conviens pas il vaudrais que tu retourne chez ton docteur a condition qu'il te croie .je te dit sa car j'en ai fait plusieurs fois expérience .courage

efffescor

bonjour je vien repondre a ta question je sui comme toi je prend effescor que depui 2 mois et sa va pas du tout jai des trenblement des cauchemars je suis tre fatiguee le matin je peu pas me levee je peu pas travaillee je suis en arret jai peur de reprendremon travail courage tu et pas la seule !!!

Effexor

L'Effexor est comme tous les antidépresseurs il provoque des effets secondaires pendant plusieurs semaines en début de traitement. 2 mois, c'est court en matière d'effets secondaires pour qu'ils s'estompent ou disparaissent...

réponse du message 14 aout 2012

Sauf qu'Effexor est différent des autres. Je réponds à ton message. Tu dois sûrement pas en prendre. J'ai déjà fait le sevrage de Wellbutrin et cipralex. Toutefois avec Effexor il est très dur... très dur à décrocher....

effexor

bonjour je viens de lire se que tu ressant ,je croie que tu devrais arreter se médoc se n'est pour toi ,demande a ton docteur ,c'est plus prudent ,tu sais tu doit pas conduire et surtout ne pas aller travailler .je connais j'en ai prie pendant quelque année

re sevrage sans l'être

Bonjour
Peut être que tu devrais voir avec ton médecin si tu as ces effets secondaires là il est possible que la dose ne soit pas assez forte ou que ce ne soit pas la bonne molécule; perso je viens de me sevrer de l'effexor et du rivotril le même jour le 22mai et j'ai eu des chocs éléctrics, des cauchemars et plein d'autres trucs de fou mais c'est normal car mon corps est drogué depuis 12 ans...
Perso je te conseillerais d'en parler à ton toubib ou à un autre si par hasard il ne veut pas t'entendre il me semble qu'ils sont les seuls à pouvoir nous aider.
Bon courage.
Bibi

répondre

bonjour j'ai vue que tu a fait un sevrage d'effexor et de rivotril ,je fais moi aussi un sevrage depuis 3mois et c'est dure ,peut tu me dire combien de temps sa dure le sevrage merci

Arrêt effexor et sevrage, un vrai cauchemar!!!

Bonjour à tous, comme la pluspart de vous je prends effexor depuis environ 4 ans mais moi pour un trouble panique. Comme je vais bien depuis plus de deux ans j'ai décidé, avec l'accord de mon médecin, de cesser l'effexor. Au début je prenais du 75 mg mais depuis plus de 2 ans je prenais 37.5 je me disais donc, ya rien là comme dose, j'aurai pas de trouble à arrêter ça!!!OH QUE JE M'ÉTAIS TROMPÉE!!
J'ai commencé mon sevrage en ouvrant les capsules et en enlevant des graines (10-15-20...) de semaines en semaines sans trop mal filer...rendu à environ 1/4 du comprimé restant je l'ai cessé. Ça fait 4 jours et je capote: insomnie, flashs (sensation de choc électrique ou de faire le saut qui est pire quand je me ferme les yeux ou je les tourne), nausées, crises de larmes inexplicables, crises de rires, agressivité, découragement, aucune concentration...Je me demande combien de temps ça va durer tout ça et moi aussi je veux tenir bon, je me rends compte combien je suis accro et ça me motive encore plus à arrêter!...Ça me fait du bien et ça me rassure de vous lire, de voir que je ne suis pas seule à Rusher avec ça, merci à tous et si vous avez des trucs pour diminuer les symptômes...faites moi signe!!

J'ai aussi pris Effexor

J'ai aussi pris Effexor pendant quatre ans. Je prenais une dose de 75mg. À chaque fois que j'ai cessé graduellement (à deux reprises pendant les quatre ans), je n'ai eu qu'un seul symptôme pendant une ou deux semaines après l'arrêt complet du médicament : un resserrement dans la tête, comme une hausse de pression, qui durait quelques secondes avant de s'estomper. J'avais les oreilles qui se bouchaient en même temps, comme lorsqu'on est en avion. Très désagréable au début du sevrage puisque ça se produisait sans arrêt. Mais après cinq jours environ, les symptômes se distanciaient et ont fini par disparaître complètement. À part ça, rien d'autre. Pas de sueur, pas de crise de panique, de pleurs ou de rires incontrôlables. Je ne prends plus Effexor depuis maintenant plus d'un an et je me porte très bien. Aussi bien qu'avant. Je fais beaucoup de sport. Et j'ai remarquer que pendant le sevrage, ça aidait énormément à calmer les symptômes.

envie d'arrêter

Bonsoir

Je prends venlafaxine (efexor) depuis 8 ans suite à l'annonce d'une maladie auto immune.
Persuadée que ce médicament m'aidait dans la non progression de ma maladie depuis 8 ans, je continuais à me le faire prescrire par mon médecin habituel.
Aujourd'hui et ce depuis 8 mois, je suis victime de sueurs nocturnes assez pénibles, j'ai fait un controle tiroïde (rien) arrêt de la pilule...
Ses sueurs je ne les supportent plus et je cherche le pourquoi du comment.
Pas tellement envie qu'on m'annonce une maladie autre avec une tonne d'examens médicaux.
Du coup, ce soir, j'ai pris ma boite de Venlafaxine pour y lire les effets indésirables : je lis sueurs nocturnes. Par contre, assez étonnée qu'elles soient apparues 7 ans après le début de la prise de ce médicament.
Je voudrais arrêté ce traitement mais quand je lis tous les messages, ça a l'air affolant.
Est ce que quelqu'un peut me rassurer avec un arrêt progressif puis total réussi ?
Et aussi, à part le sport y a t il d'autres solutions pour aténuer les symptomes du sevrage ?
Merci

céssé graduellement

vous pouvez me dire comment vous avez cessé graduellement ? et sur combien de temp , moi je prend le générique de efexor, merci

effexor

Je suis rendu au stade de diminuer par graines aussi. Il me reste le 1/4 du comprimé comme toi.
Je vais continuer à diminuer par graine jusqu'à la fin pour éviter des réactions de sevrage. Peut-être tu devrais continuer à diminuer par graines jusqu'à la fin.

effexor

Bonjour,
je prends aussi de l'effexor ! mais à coté bah j'avoue, que çà me fait un peu peur ! car moi je prenais 6 effexors de 75 ! j'en suis plus qu'à 2 par jour ! j'ai réussi à diminuer sans l'avis des médecins, moi aussi meme sensations, vertige, sensation de courant électrique dans le cerveau ! de trous ! crises d'angoisse, de rire, de pleurs ! cauchemards horribles avec réveils trempée de sueurs ! en ne savant plus ou j'étais ! irritabilités ! peur de tout ! envie de rien ! et ce après chaque arret ! là j'en suis à 2 par jours, et je ne suis pas prete de diminuer, car dès que l'heure est arrivée de les prendre, et bien les symptomes reviennent, vertiges...etc ! la gorge serrée ... c'est horrible ces médocs !!! et dire que j'en prenais 6 !!!! et en clinique j'en avais en perf !!! plus le reste que je prends !!!! Il serait bien de trouver un autre médoc ! moins droguant ! enfin disons, provoquant moins d'addiction ! mains d'effets indésirables voir dangeureux pour les diminuer ! je ne suis plus en arret de travail, mais au chomage ! mais je ne me sents pas du tout au top pour faire un travail compliqué, sachant que je suis normalement secrétaire de direction !! je panique d'un rien ! et je ne sais pas comment faire pour me dépetrer de cette situation ! si vous pouviez m'aider à ce sujet !! merci Sylvie

Ça va!

Bonjour,

je prenais Effexor 150mg depuis 6 mois. Lors d'un récent voyage à Paris avec des amis, j'ai décidé d'arrêter tout net.

Mes amis étaient en état d'extase pendant le voyage, et moi, c'était bof, mouais, pas pire, correct, les yeux dans le vide. Tout ça accumulé d'une prise de poids qui me donnait des airs de bébé béluga, moi qui a toujours été mince. Bref, vraiment déconnecté de ce qui se passait autour de moi. J'ai voulu récupérer ma vie.

Je croyais que ça allait être difficile, à lire tous les commentaires, mais non! C'est pas si pire qu'on le dit.

J'expérimente essentiellement les mêmes symptômes de sevrage: les espèces de "tchhh-tchh-tchh" dans ma tête (que j'assimile aux fameux zaps qu'on parle partout, sans vraiment être certain), le fait d'être en dehors de mon corps (ce qui peut être parfois rigolo dans le bus ou au bureau, mais il faut pas conduire la voiture!!!), quelques étourdissements, les rêves complètement débiles ou horrifiants, ou les deux à la fois, c'est selon les nuits. C'est un peu chiant mais au moins, ça me démontre que mon corps élimine cette merde.

Je souhaite à tous et toutes de se libérer de cette drogue commerciale vendue pour enrichir des sociétés pharmaceutiques. Libérez-vous de vos dépendances, de toutes vos dépendances (de substances et/ou émotives), et allez consulter un psy honnête qui va vous aider à faire un bon ménage de printemps dans votre tête, au lieu de vous engourdir sans jamais vraiment régler quoique ce soit.

Courage!

Stéph

Arrêt Effexor

Parmi tous les témoignages que j'ai vus, le tien est celui qui se rapproche le plus de mon expérience. Burn out il y a quelques années, j'ai commencé à prendre effexor 75 mg. Indifférence comme toi à tout, "j'ai voulu récupéré ma vie" comme tu le dis si bien, maintenant que je suis à la retraite. J'ai commencé par prendre un cachet chaque 2 jours, pendant une semaine, puis 1 tous les trois jours pendant 1 semaine. Bien sûr, j'ai de gros symptômes de sevrage, tels que je les ai lus sur les forums. Vu ce que je lis sur les sevrages progressifs qui vont en arriver au bout à ce que je ressens actuellement, je prends la décision ce jour d'arrêter complètement dès cette semaine : tant qu'à souffrir, autant en finir complètement !!!!

arrêt net et définitif de l'effexor

Bonjour à vous,

Je ne sais pas où vous en êtes concernant l'arrêt de cette saloper... pardon mais c'est plus fort que moi.
J'ose espérer que depuis ces quelques mois vous avez réussi à arrêter et êtes définitivement débarrassé de cette drogue.

Pour ma part, j'ai subi une intervention médicale très difficile l'année dernière. Cette intervention m'a plongée dans une dépression les semaines qui ont suivi. J'étais en couple alors et j'ai décidé de sauver les meubles comme on dit. Mon compagnon n'arrivait plus à supporter mes troubles, mes sautes d'humeur et pour la première fois de ma vie, je ne savais plus comment avancer. Desespérée, je suis allée voir mon médecin traitant pour qu'il trouve une solution avec moi. Au final, il a été au plus... simple : les antidépresseurs. Il m'a precrit de la venlafaxine (effexor nom commercial) à 75mg/jour.

la première prise a été comme une montée d'ecstasy (en me renseignant, j'ai lu plusieurs témoignages qui le décrivent aussi comme ça). j'étais terrifiée, et puis je me suis complètement accoutumée. Au début, la dose journalière suffit et puis arrive le moment où l'on se demande si ce ne serait pas bien d'en prendre un peu plus. Enfin bref, j'ai réussi à lutter contre cette tentation et me suis cantonnée à la dose prescrite.

J'en ai pris pendant 6 mois. Jusqu'au jour où j'ai eu ce tilt. Comme une bulle qui éclate dans la tête et qui m'a fait prendre conscience de mon état d'esclave face à cette drogue. Ma vie semblait normale, je semblais normale aux yeux de mes proches (mis à part le fait que j'avais constamment les pupilles très très dilatées), mais quelque chose ne tournait pas rond. Je n'étais pas complètement moi... je m'étais perdue.

J'ai alors décidé d'arrêter tout net le traitement, sans même consulter mon médecin. Il m'avait dit que le sevrage n'est pas simple mais que par paliers, ça pouvait bien passer.

Bizarrement, je n'y ai pas cru une seconde. Je sentais que j'allais galérer, à bien doser la prise, à bien diminuer, à ne pas être tentée d'en prendre plus, "juste pour cette fois", je me suis sentie comme une addict, et il fallait que ça cesse. J'ai pris le taureau par les cornes et je n'ai pas été déçue. J'ai tout stoppé d'un coup.
Le sevrage a duré deux semaines complètes suivies d'une période de convalescence.
Deux semaines d'enfer.
Je n'ai jamais ressenti... ça... de ma vie. Mais j'étais véritablement en manque. Et les symptômes étaient affreux. Je n'avais pas envie de mourir mais j'avais littéralement l'impression d'être en train de mourir. Tout se passe dans le cerveau, tout est équilibre et déséquilibre chimique. Et là, je mettais un sacré coup de pied dans la fourmilière.

Néanmoins, c'est possible d'arrêter, il le faut. Les symptômes ne durent pas et quand ils finissent par s'estomper, on se sent délivré, enfin soi-même et beaucoup... plus fort.
C'est une fierté de pouvoir arrêter. Comme toute drogue.

Quand vous dîtes "tant qu'à souffrir, autant en finir complètement!!", je suis à un millard de pourcents d'accord avec vous.
Parce qu'aujourd'hui je me sens plus forte et je sais que je ne retomberai jamais plus là-dedans.

bien dit il y a beaucoup de

bien dit il y a beaucoup de psy qui sautent sur des traitements alors que bien souvent le fait de parler et d analyser suffit à aller mieux.

merci

enfin un commentaire positif merci

misère ces antidepresseurs...

Bonsoir,

Zoloft depuis 6 mois puis sevrage depuis 1 mois. 50mg par jour passage au 25mg par jour puis 1jour sur deux ... bref
Sensation d'irrealité, de reve, de deconection, de fatigue...

Je cherche des temoignages rassurants.

Merci de m'avoir lue.

Cet état léthargique s'arrange t-il avec le temps ?

A bientot. Sandrine

Récupérer sa vie

Bonjour,

Ce message me parait tellement des plus justes !

A un certain moment de ma vie, j'ai refusé la prise d'anti-dépresseurs, et puis j'ai abdiqué, ma tête ne suivait plus mon corps, ou le contraire, ou les deux à la fois ? bref, j'ai dit ok, le temps que ...

"Le temps que" a duré 18 mois. J'avais toujours en tête cette notion de provisoire, même si cela a duré un an et demi. J'avais bien enregistré les règles à respecter ab-so-lu-ment posées par le psychiatre : ne jamais arrêter sans soutien (conseil) médical, et ne jamais arrêter un traitement pendant les mois d'hiver.

J'ai respecté. Mon médecin traitant m'a aidé pour le rythme et la quantité à diminuer. Cela m'a semblé un peu long (2 mois) et parfois encombré d'effets désagréables (vertiges, nausées etc ...), mais cela a marché : cela fait une semaine que je ne suis plus sous l'emprise de quoi que ce soit. Les effets dûs au sevrage ont quasiment intégralement disparus depuis 48h.

Alors courage, oui ! parce qu'on peut se détacher de cette béquille chimique. Et pour réapprendre à marcher sur ses 2 pieds, travailler sur soi (avec un thérapeute, c'est encore mieux si on le peut). Il faut affronter, regarder en face, en prenant le temps nécessaire pour le faire, bien accompagné. Pas d'un psychiatre qui n'aura de cesse de vous prescrire une camisole chimique, mais d'un psychothérapeute, avec lequel il y aura un véritable échange, des questions et des réponses, pas toujours rapides à trouver, les réponses ! et pas forcément indolores ... mais au bout, il y a la conquête de notre liberté d'être, et ça, on sait l'estimer à sa vraie valeur quand on est passé par tous ces chemins de traverse ... alors courage !

arret effexor

Bonjour, je viens de lire votre message et je me suis reconnue dans pas mal de choses. J'ai moi aussi arreté l'effexor mais progressivement avec l'aide d'une homéopathe. maintenant j'ai arreté net les somnifères ( noctamide et stylnox), ça va malgré un mal fou à m'endormir, mais je m'accroche. il me reste de l'attarax et du lexomil à la demande. Mon plus gros problème actuellement est la prise de poids!! j'étais très très mince quand je prenais tous ces médicaments, comme avant d'ailleurs et depuis que j'ai arreté, j'enfle à vue d'oeil. Je me surveille et je ne comprends pas. Je vois que vous aussi, vous parlez de prise de poids. Comment l'expliquer vous et que faites vous pour perdre ces kilos? moi, ça me rend malade, je ne peux plus m'habiller comme je veux, je me sens mal et je n'ai pas envie de retomber dans la dépression et les médicaments. Si vous avez des idées, elles seront les bienvenues Hélène

.

Arrêt Effexor

Bonjour à toutes et à tous,

Je vous admire face à votre détermination et votre réussite.
Je voudrai bien arrêter, mais j'ai carrément peur !
En effet, je suis sous effexor 75, 2 gélules le matin + Xanax + Rivrotil (que de la merde quoi !!!)
Je suis dépressive bien sûr, mais mes symptômes réels, restent une grande interrogation. De toute façon, ça ne va pas mieux pour autant ; ça pourrit la vie, vous le savez tous !!!. J'ai commencé à diminuer le rivotril et le xanax.
Mais c'est pas évident !!! (agressivité, ...)
Pour celles et ceux qui ont arrêté brutalement l'effexor peut-être faudrait-il suppléer ce manque par du millepertuis et des omégas 3 (paraît que c'est bien, j'ai vu ça sur un forum).
En espérant une réponse de votre part ; cordialement

arrêt effexor

bonjour
que ce soit effexor ou tout autre anti-dépresseur
l arrêt doit se faire avec un médecin et en sevrage
c est a dire petit a petit car sans cela les risques d avoir des troubles de dépression sont plus élevé
j ai arrêter effexor avec mon médecin et je n ai pas eu d effets secondaire
pour ce qui est du millepertuis j en n ai parlé a mon médecin c est un bon produit mais la dose d un comprimés a l autre n est pas égale
je te souhaite bonne chance

Horrible...

Bonjour ou bonsoir à Tous.

Je suis sous effexor 150mg depuis environ 3 mois. C'est peu par rapport à certains! Et pourtant, un jour sans prise ou une prise trop tard, un oubli, et le rappel à l'ordre est cuisant!
Je l'ai très mal toléré au début et ai perdu beaucoup de poids.

D'un caractère assez bien trempé, j'ai décidé d'arrêter sur un coup de tête sans le dire au médecin (qui désaprouverait, c'est sur) ces médocs que j'estime pour ma part nuisibles au possible.

Je suis bien sous effexor, mais ce n'est pas moi. Je devrai reprendre le travail d'ici un certain temps, suite à une lourde dépression et des troubles anxieux très prononcés, et après si peu de temps j'ai l'impression d'être déjà engluée dans une atmosphère qui n'est pas moi.

Donc comme je le disais, j'ai décidé d'arrêter sur un coup de tête, persuadée que si je veux m'en sortir, ce n'est pas avec des médicaments que j'y parviendrai... Une vie saine, continuer la psycho thérapie, tâcher de me contrôler et me raisonner lorsque je suis anxieuse.

L'arrêt, en ce qui me concerne, est horrible. J'ai à peine dormi 2 heures cette nuit, quand je dors, je fais des cauchemards. Je pleure sans cesse et ai la tête dans un étau. Le pire, c'est ce vertige constant, écoeurant qui donne la nausée. Je perds du poids car mes intestins trinquent également (pourtant j'ai déjà perdu 5kg en 3 mois...), et la vue seule de la nourriture m'écoeure... bref, je ne suis pas sortie de l'auberge. J'ai des bouffées de chaleur, des sueurs nocturnes, bref, tous les symptômes décrits ici!

À vous lire tous, cela me fait du bien et m'encourage à continuer en espérant que ce ne sera pas trop long... Vous m'êtes d'un précieux soutien par vos témoignages et je crois que j'aurai la force de poursuivre jusqu'à arrêt total (j'espère!) des symptômes.

J'en suis à trois jours, et je refuse de céder, j'aurais du le faire progressivement... Mais puisque j'y suis, j'y reste!...

Je remercie et encourage tous les membres de ce post, vous m'aidez beaucoup. Savoir que l'on est pas tout seul dans la même galère ça fait un bien fou!...

Je vous dirai si je vais mieux d'ici quelques jours, ou si j'ai rechuté avec ces saloperies!...

effet indesirables d effexor

bonjour je m appelle Sabrina et je prenais EFFEXOR et comme toi sur un coup de tête j ai décider d arrêter ça fait quatre jours honnêtement je regrette d avoir arrêter comme ça c est horrible ses symptômes ses vertiges ses décharges électriques ces cauchemars ses sueurs nocturnes au niveau du caractère n en parlons pas j agresse tout le monde je suis jamais contente que faire j en peux plus et je veux plus dépendre de médocs ça fait peur quand même car j ai un homme formidable et un enfant de 7 ans et le faite qui me supporte c est pas évident ni pour eux ni pour moi on a manquer se quitter et mon fils au milieu de tout ça. ça fait mal au COEUR et je supporte plus tout ça voila j avais besoin d en parler ça fait du bien merci si vous avez des conseils.